La pandémie de nouveau coronavirus a fait au moins 24.663 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à 11h00 GMT (12h00 heure belge).

Plus de 539.360 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 183 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 112.200 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

L'Italie, qui a recensé son premier décès lié au coronavirus fin février, est le pays le plus touché en nombre de morts avec 8.165 décès pour 80.539 cas. 9.362 personnes sont considérées comme guéries par les autorités italiennes.

Après l'Italie, les pays les plus touchés sont l'Espagne avec 4.858 morts pour 64.059 cas, la Chine continentale avec 3.292 morts (81.340 cas), l'Iran avec 2.378 morts (32.332 cas) et la France avec 1.696 morts (29.155 cas).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté fin décembre, a dénombré au total 81.340 cas (55 nouveaux entre jeudi et vendredi), dont 3.292 décès (5 nouveaux) et 74.588 guérisons.

Depuis jeudi à 19h00 GMT (20h00, heure belge), le Honduras, le Venezuela, le Nicaragua et l'Ouzbékistan ont annoncé les premiers décès liés au virus sur leur sol. Saint-Kitts-et-Nevis a annoncé le diagnostic de premiers cas.

L'Europe totalisait vendredi à 10h00 GMT (11h00, heure belge) 16.925 décès pour 292.246 cas, l'Asie 3.682 décès (101.935 cas), le Moyen-Orient 2.437 décès (38.896 cas), les Etats-Unis et le Canada 1.332 décès (89.400 cas), l'Amérique latine et les Caraïbes 182 décès (10.056 cas), l'Afrique 91 décès (3.340 cas), et l'Océanie 14 décès (3.491 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l'AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

EUROPE

France

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé vendredi le renouvellement du confinement en France pour deux semaines à compter de mardi, soit jusqu'au 15 avril, précisant que cette période pourrait encore être prolongée. "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain, soit jusqu'au mercredi 15 avril", a-t-il déclaré à l'issue d'un Conseil des ministres. "Les mêmes règles que celles actuellement en vigueur continueront à s'appliquer", a-t-il précisé, ajoutant que "cette période pourra évidemment être prolongée si la situation sanitaire l'exige".

Le conseil scientifique "évalue à au moins six semaines la période totale (nécessaire) de confinement" mais "il est encore trop tôt pour le savoir avec certitude", a rapporté Edouard Philippe. "Au terme des dix premiers jours de confinement, il est clair que nous n'en sommes qu'au début de la vague épidémique. Elle a submergé le Grand Est depuis plusieurs jours, elle arrive en Île-de-France et dans les Hauts-de-France", a-t-il expliqué. "Ceux qui ne respectent pas les règles de confinement sont peu nombreux et ils seront sévèrement punis, car il en va de la santé de tous et notamment des plus fragiles d'entre nous", a-t-il prévenu.

"Je remercie une nouvelle fois les Français pour leur civisme, pour leur patience et pour leur solidarité. Nous en avons besoin dans ces temps difficiles", a conclu le Premier ministre qui fera de nouveau samedi "un point complet sur la situation du pays face à cette épidémie" lors d'un point presse commun avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

Le président français, Emmanuel Macron, a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi qu'il préparait avec le président américain, Donald Trump, et d'autres pays une "nouvelle initiative importante" face à la pandémie de coronavirus. "Très bonne discussion avec Donald Trump. Face à la crise du COVID-19, avec d'autres pays, nous préparons pour les prochains jours une nouvelle initiative importante", a tweeté le chef d'Etat français après un échange avec son homologue américain, sans autre précision.


De son côté, la Maison Blanche a indiqué que les deux dirigeants avaient convenu de "l'importance d'une coopération étroite par le biais du G7, du G20 et du P5 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, ndlr) pour aider les organisations multilatérales, notamment l'Organisation mondiale de la santé, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, à éliminer rapidement la pandémie et à en minimiser l'impact économique".

Une nouvelle évacuation de patients atteints du coronavirus dans l'Est de la France est prévue vendredi, alors que l'épidémie s'aggrave dans le pays avec près de 1.700 morts, parmi lesquels une adolescente de 16 ans devenue la plus jeune victime.

Pour soulager les hôpitaux du Grand Est, cette évacuation par les airs intervient au lendemain d'un transfert inédit de malades de l'Est vers d'autres régions en TGV médicalisé, afin d'y alléger la pression sur les établissements de soins.

Une "vague élevée" qui "déferle" sur le pays

Le Premier ministre français Edouard Philippe a mis en garde vendredi contre "la vague extrêmement élevée" de l'épidémie de coronavirus qui "déferle sur la France", prédisant que "la situation va être difficile pendant les jours qui viennent". "Nous nous installons dans une crise qui va durer, dans une situation sanitaire qui ne va pas s'améliorer rapidement. Il va falloir tenir", a-t-il exhorté, alors que l'épidémie s'est aggravée en France avec 365 décès enregistrés jeudi à l'hôpital en 24 heures.

Le Premier ministre s'exprimait vendredi après une visioconférence avec l'ensemble du gouvernement français.

"Il va falloir rester extrêmement mobilisés, a-t-il insisté. La vague épidémique qui déferle sur la France, qui a frappé la région Grand-Est la première, qui est en ce moment en train d'arriver en Île-de-France, dans les Hauts-de-France (nord), dans d'autres régions françaises est une vague extrêmement élevée et elle soumet l'ensemble du système de soins, l'ensemble du système hospitalier, à une tension redoutable".

L'épidémie de COVID-19 s'est aggravée en France, avec 365 décès enregistrés jeudi à l'hôpital en 24 heures dont, pour la première fois, une adolescente de 16 ans. Julie A. est morte du coronavirus à Paris, faisant d'elle la plus jeune victime française du coronavirus, pourtant réputé toucher principalement les personnes âgées ou vulnérables.

Le bilan est désormais en France de 1.696 morts depuis le début de l'épidémie, selon le point des autorités sanitaires françaises jeudi.

Evoquant "un combat difficile", M. Philippe a annoncé qu'il détaillerait samedi lors d'un point-presse aux côtés du ministre français de la Santé Olivier Véran "l'ensemble des questions relatives à notre stratégie, à la disponibilité des équipements, de masques, de tests", dans un contexte de polémiques sur les pénuries.

Les chiffres liés à l'épidémie de coronavirus en région parisienne sont désormais "vertigineux", avec 1.300 personnes en réanimation et au moins 241 Ehpad (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) touchés par l'épidémie, a assuré pour sa part le directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France vendredi.

Pays-Bas

Le gouvernement néerlandais a prolongé jusqu'au 10 avril l'interdiction de vol décidé il y a deux semaines pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Cela signifie que La Haye refuse d'accueillir tout vol en provenance de pays à risque, a expliqué vendredi la ministre néerlandaise de l'Infrastructure, Cora van Nieuwenhuizen. L'interdiction de vol en provenance de Chine, Hong Kong y compris, d'Iran, de Corée du Sud et d'Italie aurait dû prendre fin vendredi soir. L'Espagne et l'Autriche avaient ensuite été rajoutées à la liste jusqu'à début avril.

Ces interdictions de vol comportent quelques exceptions, notamment pour ceux transportant des Néerlandais ou, dans certains cas, des Européens, tentant de rentrer chez eux. Des personnes actives dans les soins de santé ont l'autorisation d'atterrir si les Pays-Bas ont besoin de leurs services. Il existe aussi des exceptions pour les patients. Quant aux avions de fret, même provenant de ces territoires, ils peuvent atterrir aux Pays-Bas.

Le nombre de décès aux Pays-Bas est passé à 546 après les 112 nouveaux morts rapportés au cours des 24 dernières heures, a annoncé l'Institut national pour la santé publique et l'environnement (RIVM). Depuis le début de l'épidémie, 8.603 personnes ont été testées positives au coronavirus, soit 1.172 de plus que ce qui était connu jeudi. L'institut rappelle que l'annonce des personnes décédées ou hospitalisées ne rapportent pas les cas réels puisque tous ne sont pas rapportés directement à l'institut.

Suède

La Suède, qui a opté pour une méthode plus douce que la plupart des autres pays européens en vue d'endiguer la propagation de la pandémie de Covid-19 et a maintenu son économie en ordre de marche, a interdit vendredi les rassemblements de plus de 50 personnes, après avoir interdit ceux de plus de 500. "Une session extraordinaire du conseil des ministres a décidé aujourd'hui de limiter les rassemblements à 50 personnes, suivant une recommandation de l'Agence publique de la Santé ce matin", a dit à la presse le Premier ministre Stefan Lofven. L'interdiction entrera en vigueur dimanche. Ceux qui organisent des évènements qui violeront cette règle seront passibles d'une amende ou d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à six mois. "Si vous n'avez pas besoin de voyager, restez à la maison. C'est sérieux à présent", a déclaré le Premier ministre, don t le pays recense 92 décès parmi 3.046 cas de coronavirus confirmés.

Face à la crise sanitaire en cours, la Suède, en contraste saisissant avec le reste de l'Europe, a maintenu ses écoles, ses cafés et ses restaurants ouverts et a encouragé les enfants à poursuivre leurs activités sportives. Mardi, le gouvernement avait exhorté les bars et les restaurants à se limiter aux services à table, afin d'éviter les files d'attente et d'assurer une distance minimale entre chaque client. Les autorités appelaient les citoyens à "prendre leurs responsabilités" et à suivre les recommandations du gouvernement, comme celle de télétravailler si c'est possible, de rester à la maison quand on est malade, de pratiquer la distanciation sociale et de ne pas sortir si on appartient à un groupe à risque ou qu'on a plus de 70 ans. Alors que cette stratégie douce a été critiquée par plusieurs experts à la fois en Suède et à l'étranger, les autorités suédoises n'ont cessé de répondre que les mesures draconiennes n'étaient pas suffisamment efficaces au regard de leur impact sur la société.

Russie

La Russie fermera à partir de samedi tous les cafés et restaurants du pays pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé vendredi le Premier ministre. "Les autorités exécutives des régions de la fédération de Russie suspendront à partir du 28 mars et jusqu'au 5 avril 2020 les activités des organisations de restauration, à l'exception du commerce à distance", a ordonné Mikhail Michoustine dans un document diffusé sur le site du gouvernement russe.

ASIE

Chine

La Chine a fait état vendredi de 55 nouveaux cas de Covid-19, dont 54 "importés" de l'étranger, au moment où le pays s'apprête à fermer temporairement ses frontières et réduire drastiquement ses vols internationaux. Pour la première fois depuis trois jours, un cas de contamination d'origine locale a été recensé dans l'est du pays, à en croire le bilan officiel. Cinq décès ont par ailleurs été enregistrés dans le Hubei, l'immense province centrale placée en quarantaine fin janvier et dont les restrictions sont depuis mercredi progressivement levées.

La Chine, d'où est partie en décembre la pandémie mondiale, a parmi ses priorités aujourd'hui d'éviter que le Covid-19 ne revienne sur son sol depuis l'étranger. Le pays compte au total 595 cas "importés". Pékin a annoncé jeudi soir qu'il allait fermer temporairement ses frontières à la plupart des étrangers et réduire drastiquement ses vols internationaux. La mesure entrera en vigueur samedi à 00H00 locale (vendredi 16H00 GMT).

Le nouveau coronavirus a contaminé en Chine au moins 81.340 personnes et fait 3.292 morts, selon les données communiquées par les autorités.

Corée du Sud

Le nombre de nouveaux cas d'infection quotidienne au Covid-19 est passé vendredi sous la barre des 100, avec 91 cas enregistrés depuis la veille, selon le bilan annoncé par les autorités sanitaires du pays. Le nombre total d'infections dans le pays asiatique est désormais porté à 9.332, avec un bilan de 139 décès.

Cela marque le 16e jour consécutif avec moins de 200 nouveaux cas d'infection par jour, dans une tendance à la stabilisation de l'épidémie qui a éclaté en janvier.

Iran

L'Iran a annoncé vendredi 144 nouveaux décès liés au nouveau coronavirus, portant le bilan à 2.378 morts dans ce pays, l'un des plus touchés par cette épidémie. "Au cours des dernières 24 heures, nous avons eu 2.926 nouveaux cas à travers le pays", ce qui porte à 32.332 le nombre total de personnes contaminées, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, lors d'une conférence de presse télévisée, ajoutant que 11.133 personnes hospitalisées avaient été guéries.

AMERIQUE

USA

La pandémie de coronavirus a tué 345 personnes aux Etats-Unis durant les dernières 24 heures, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, un record, portant le bilan dans le pays à 1.438 morts.

Les Etats-Unis, désormais premiers en nombre de cas officiellement déclarés dans le monde (94.238) ont aussi recensé près de 18.000 cas en une journée.

Venezuela

Le Venezuela a annoncé jeudi le premier décès lié au coronavirus survenu sur son territoire, un homme de 47 ans qui souffrait auparavant d'une maladie des poumons. La victime résidait dans l'Etat d'Aragua, dans le nord du pays sud-américain, a indiqué la vice-présidente Delcy Rodriguez lors d'une intervention télévisée.

Alors qu'il était hospitalisé dans une clinique privée pour une pneumonie, un test a révélé il y a trois jours qu'il était positif au Covid-19, selon Mme Rodriguez. "Il était atteint d'une maladie professionnelle aux poumons", a-t-elle précisé.

Panama

Quatre passagers sont décédés à bord du paquebot Zaandam, qui se trouve actuellement dans les eaux territoriales panaméennes après avoir été refusé dans plusieurs ports sud-américains en raison des craintes liées à la pandémie de Covid-19, a annoncé vendredi la compagnie Holland America. "Holland America Line confirme que quatre passagers âgés sont décédés à bord du Zaandam", a indiqué la compagnie dans un communiqué diffusé sur son site internet, sans préciser les causes des décès. La compagnie a précisé qu'au moins deux passagers du navire, qui compte environ 1.800 personnes à son bord, ont été testés positifs au coronavirus. "Hier (jeudi), plusieurs patients (parmi les passagers) présentant des symptômes respiratoires ont été testés aux Covid-19 et deux ont été positifs", selon Holland America. La compagnie précise que 53 passagers et 85 membres d'équipage présentent des symptômes grippaux.

Le Zaandam, battant pavillon néerlandais et exploité par Holland America (groupe Carnival), a quitté Buenos Aires le 7 mars. Il devait débarquer ses passagers à San Antonio, au Chili, qui lui a refusé l'accostage. Les autres ports sud-américains sur sa route lui ont ensuite été fermés en raison des restrictions mises en place pour tenter de freiner la propagation de l'épidémie de coronavirus. Jeudi, alors qu'il se trouvait dans les eaux panaméennes, le navire a commencé à recevoir l'assistance d'un autre bateau de la compagnie, le Rotterdam, parti de San Diego, aux Etats-Unis, avec des vivres, du personnel et des tests de Covid-19. La compagnie prévoit désormais de transférer à bord de ce deuxième navire les "passagers qui ne sont pas malades", après les avoir soumis à un contrôle sanitaire. Les passagers qui présentent des problèmes de santé, ou qui ont été placés à l'isolement après avoir été en contact avec des malades, ainsi que l'équipage vont rester à bord du Zaandam, a-t-elle précisé. De strictes mesures de confinement avaient été décrétées à bord dès le 22 mars après que plusieurs passagers avaient présenté des symptômes grippaux. 

Vendredi, le gouvernement panaméen a finalement refusé pour "raisons sanitaires" la traversée du canal du Panama au paquebot qui souhaitait rejoindre la Floride dans l'espoir d'y débarquer tous ses passagers le 30 mars. "Le ministère de la Santé ne nous a pas donné son feu vert", a déclaré par visioconférence à des journalistes l'administrateur de la voie maritime interocéanique, Ricaurte Vasquez. Mercredi, le gouvernement du pays centro-américain avait pourtant annoncé que le paquebot serait autorisé à emprunter le canal tout en interdisant tout débarquement sur son territoire.

AFRIQUE

RDC

Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo ont annoncé vendredi un cas de coronavirus dans la province du Nord-Kivu (est), le premier signalé en dehors de Kinshasa, à la veille d'un "confinement total" de la capitale pendant quatre jours. Des acteurs de la société civile redoutent des tensions à la veille du premier "confinement total" de quatre jours à Kinshasa, où la majorité des quelque dix millions d'habitants vit au jour le jour, souvent sans eau courante ni électricité.