Masques "dangereux pour la santé et l'environnement", aux "modalités de lavage non conformes aux prescriptions" et accompagnés "d'instructions d'utilisation erronées", ces trois fédérations avaient tiré à boulets rouges, à plusieurs reprises, sur la commande de masque passée, à la demande du gouvernement fédéral, par la Défense à la société Avrox.

Cette dernière avait répondu en initiant une procédure devant le tribunal pour l'Entreprise de Bruxelles, estimant que "certaines communications des trois fédérations" concernant les masques buccaux qu'elle avait fournis "contenaient des erreurs qui (...) pouvaient ébranler la confiance de la population dans les masques buccaux."

Il semble donc que les esprits se soient entretemps apaisés. "Dans le cadre de la procédure, les trois fédérations ont reçu des informations complémentaires sur les masques buccaux d'Avrox. Ces informations complémentaires ont à présent permis aux parties de mettre fin à la procédure devant le tribunal des entreprises de Bruxelles", explique dans un communiqué l'entreprise luxembourgeoise, ajoutant que "la procédure entre Avrox et les trois fédérations est donc définitivement close."