Le centre national de crise et le SPF santé publique se sont réunis une nouvelle fois pour dévoiler les dernières données concernant l'épidémie de coronavirus en Belgique.

On dénombre, ce jeudi 2 avril, 5376 personnes hospitalisées, dont 1144 en soins intensifs. Depuis le début de cette crise sanitaire, 1011 Belges ont perdu la vie des suites de complications liées au covid-19, dont 183 durant les 24 dernières heures. Emmanuel André, Benoît Ramacker, Steven Van Gucht et Yves Stevens sont revenus sur les tendances et points importants à dégager de ces chiffres.

Débat autour des masques

"Ce débat autour des masques est important car tout le monde veut de la transparence", a confié Emmanuel André, porte-parole interfédéral. "Les masques sont utiles pour prévenir. Ce n'est pas un outil 100% sûr contre le virus. Nous le recommandons pour les personnes exposées et les personnes à risque. En aucun cas le masque ne doit se substituer aux autres recommandations, qui sont aussi efficaces. L'hygiène des mains, de la toux est tout aussi important contre le coronavirus. De même que la distance physique entre les personnes."

Benoît Ramacker, porte-parole du centre de crise, a rappelé que seuls les déplacements essentiels sont autorisés, à savoir aller travailler ou aller au supermarché. "Tous les autres déplacements ne sont pas autorisés. Tenez bien compte de ces règles de base qui permettent de limiter la propagation du virus", indique-t-il, rappelant de repousser toutes les tentations que pourraient occasionner les vacances de Pâques.

Attention aux informations

Emmanuel André demande de faire attention au flux d'informations. "Les données ont été rendues plus facilement accessibles pour des spécialistes, épidémiologistes notamment, qui ont pour rôle de digérer ces données pour ensuite les communiquer aux citoyens et les rendre lisibles. Il faut cependant faire attention à ce que ces informations ne soient pas interprétées trop rapidement. Il faut également faire attention à tous les commentaires des différents experts."

Benoît Ramacker a également mis en garde contre le stress que peut générer le flux d'informations sur la maladie. "Les nouvelles au sujet du coronavirus ont été prédominantes sur internet, en radio, à la télé... C'est important d'avoir la bonne information. La surcharge d'informations, souvent négatives, peut avoir une influence sur notre humeur, peut engendrer des inquiétudes qui sont peut-être parfois inutiles. Nous vous conseillons dès lors de faire attention et de sélectionner la quantité d'informations que vous suivez chaque jour. Essayez aussi d'adopter une certaine routine: il n'est pas possible de suivre toutes les informations liées au coronavirus et il est important de vous divertir à côté."

Pour les personnes vivant sur le territoire belge mais qui ne comprennent pas bien l'une des trois langues nationales (français, néerlandais ou allemand), le porte-parole du centre de crise recommande d'aller sur le site www.info-coronavirus.be où sont proposées des traductions de tous les conseils et toutes les recommandations de base dans une dizaine de langue. 

Quid de la fin du confinement?

Interrogé sur la fin du confinement, Emmanuel André a expliqué : "La diminution de la vitesse de l'épidémie ne veut pas dire que tout est gagné. Il est important de poursuivre les mesures actuelles pour essayer de gagner de la place dans les hôpitaux. Avec le temps, nous réfléchirons à quelles mesures nous pourrons en priorité lever. C'est un exercice difficile car, à chaque mesure levée, il y a des risques de voir le nombre de cas réaugmenter. Il ne faudra en tout cas pas relâcher toutes les mesures en même temps car nous connaîtrons alors un rebond de l'épidémie".

La chloroquine a des effets secondaires

La chloroquine, une solution contre le coronavirus? Emmanuel André nuance. "Nous n'avons pas aujourd'hui des informations qui prouvent que la chloroquine est efficace ou inefficace. Dans les hôpitaux, on n'a pas attendu les résultats de ces études sur le sujet pour l'utiliser mais il faut bien savoir que cette molécule a des effets secondaires", a-t-il averti.

Revivez la conférence de presse: