Depuis l’apparition du coronavirus en décembre, les scientifiques du monde entier s'évertuent à récolter le plus d'informations possibles sur le SARS-CoV-2 de manière à mieux le combattre. Parmi tous les questionnements, la durée de la période d'incubation figure parmi les principaux. Mais finalement, quelle est sa durée ?

Depuis quelques semaines, l'expression "période d'incubation" est une formule qui est passée dans le vocabulaire courant. Que ce soit à la radio, sur internet ou en télévision, chacun a déjà dû entendre ces termes lors de ces derniers jours. Mais quelle est-elle réellement ? La période d'incubation est le délai entre l'entrée du virus dans l'organisme, donc la contamination, et l’apparition des premiers symptômes.

La période d'incubation: pas une science exacte

Pour le nouveau coronavirus, les publications et études scientifiques sont diverses et ne sont pas unanimes à propos de la durée de la période d’incubation. Une étude menée sur 181 malades chinois par l'école de santé publique de l'université américaine Johns hopkins a révélé que leurs symptômes se déclaraient en moyenne au cinquième jour de la maladie. Cette étude a également révélé que la presque totalité des patients étudiés avaient contracté les premiers symptômes au plus tard lors du onzième jour.

"Il existe de nombreuses publications à ce sujet avec de grands écarts entre les différents chiffres. Mais en moyenne, la période d’incubation pour le coronavirus se situe entre 4 à 6 jours", estime Jean Ruelle, chercheur à l’Institut de recherche expérimentale et clinique de l’Université de Louvain-La-Neuve. "Mais il existe des personnes qui présentent une période d’incubation de deux jours alors que pour d’autres cela durera 2 semaines", continue le chercheur.

La contagion au cœur des interrogations

La contagiosité de la maladie est également au centre des questionnements actuels, et est invariablement liée à la période d’incubation. Il est pour l’instant compliqué d’établir le moment exact où la personne infectée commence à être contagieuse. "C’est quelque chose qui est fort discuté pour l’instant mais, d’après les dernières publications, il y a une confirmation que les personnes contaminées peuvent éventuellement être contagieuses avant l’apparition des premiers symptômes", explique Jean Ruelle.

Cette phase de contamination, avant même l’apparition des symptômes, est également observable pour de nombreux autres virus comme celui de la grippe. "Lorsque l’on est infecté, on n’est pas immédiatement contaminant. Cela peut cependant venir assez vite, tout dépend de la quantité de virus qui se diffuse dans l’organisme", conclut le chercheur de l’UCLouvain.