Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de coronavirus.

La pandémie a fait au moins 164.016 morts dans le monde, dont près des deux tiers en Europe, depuis son apparition en Chine en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 19h00 GMT.

Plus de 2.363.210 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires.

AMERIQUE

Etats-Unis

Le nombre de morts du coronavirus aux Etats-Unis a augmenté de près de 2.000 au cours des dernières 24 heures pour atteindre au total 40.661 dimanche, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. L'augmentation du nombre de décès, de 1.997, est légèrement supérieure aux 1.891 décès recensés un jour plus tôt sur 24 heures.

EUROPE

Allemagne

L'Allemagne s'apprête lundi à entrer dans une nouvelle phase de lutte contre la pandémie de Covid-19, avec la réouverture de certains commerces forcés de rester portes closes depuis un mois. Les magasins d'une surface inférieure à 800 mètres carrés vont à nouveau pouvoir accueillir des clients, bien que les dispositions précises varient selon les 16 Etats fédérés.

Les concessionnaires de voitures, les magasins de vélos, les librairies de toutes tailles sont tous autorisés à rouvrir leurs portes, de même que les zoos dans certains Etats. Les écoles seront accessibles aux élèves plus âgés préparant et passant leurs examens en Saxe, à Berlin et Brandebourg. Ce sera le cas dans d'autres régions plus tard cette semaine, voir même en mai. Le statut des crèches doit encore être débattu. Avec plus de 135.000 cas recensés et environ 4.000 décès, la pandémie est en Allemagne "sous contrôle et gérable", a estimé le ministre de la Santé, Jens Spahn. Ce "succès d'étape" est toutefois "fragile", a souligné la chancelière Angela Merkel. "Nous ne pourrons pas vivre notre ancienne vie avant longtemps", a averti Armin Laschet, dirigeant de l'une des régions d'Allemagne les plus touchées, la Rhénanie du Nord-Westphalie.


ASIE

Chine

Les écoles secondaires de la province chinoise du Hubei (centre), d'où est partie l'épidémie de Covid-19, rouvriront le 6 mai pour les élèves de rhéto, ont annoncé lundi les autorités. Les écoles et les universités du pays avaient été fermées fin janvier afin d'enrayer la propagation du nouveau coronavirus.

Le laboratoire de Wuhan soupçonné d'être la source du nouveau coronavirus a catégoriquement démenti toute responsabilité dans la pandémie, après les doutes émis par les pays occidentaux et une nouvelle mise en garde du président américain Donald Trump.

L'épidémie "aurait pu être arrêtée en Chine avant qu'elle ne commence et elle ne l'a pas été", a déclaré M. Trump. "S'ils étaient sciemment responsables, oui, il devrait y avoir des conséquences", a-t-il dit.

Singapour

À Singapour, 1.426 nouvelles contaminations par le Covid-19 ont été enregistrées au cours des 24 dernières heures, rapportent les médias locaux lundi. Il s'agit de la hausse la plus importante en une journée dans ce pays asiatique qui compte à présent 8.014 cas de coronavirus sur son territoire. La quasi totalité de ces nouvelles infections touchent des travailleurs immigrés qui vivent dans dortoirs partagés, a précisé le ministère de la Santé. Seules 16 personnes parmi les nouveaux infectés disposent d'un titre de séjour permanent.

Le 1er avril, le pays comptait un millier de cas confirmés de Covid-19. Toutefois, le nombre d'infections dans une quarantaine de dortoirs pour travailleurs étrangers gérés par le gouvernement a entre-temps augmenté. Pour tenter de séparer les travailleurs en bonne santé des malades, le gouvernement a lancé une large campagne de dépistage dans les dortoirs. Environ 200.000 personnes, pour la plupart de jeunes travailleurs du bâtiment venus de toute l'Asie, dorment entassés à 10 ou 20 ans dans ce type de résidences. Singapour est le pays le plus touché par le nouveau coronavirus en Asie du sud-est. Après avoir réussi à longtemps contrôler la propagation du virus, il fait actuellement face à un regain de l'épidémie. Bien plus petit que ses voisins indonésien et philippin - qui recensent respectivement 6.575 et 6.459 cas et semblent moins tester leurs populations - , Singapour n'a enregistré que 11 décès, contre 582 en Indonésie et 428 aux Philippines.

AFRIQUE

Sénégal

Le Sénégal a imposé dimanche le port obligatoire du masque pendant la période de l'état d'urgence, prévu pour durer au mois jusqu'en début mai, pour lutter contre le Covid-19. "Le port obligatoire du masque de protection durant l'état d'urgence est prescrit dans (...) les services de l'Administration, du secteur privé, de commerce et de transport. Tout manquement aux présentes dispositions sera puni par les peines prévues par les lois et règlements", indique un arrêté du ministère de l'Intérieur publié dimanche soir.

Le pays a déclaré 367 cas de coronavirus, 220 guéris et trois décès. Le président sénégalais Macky Sall avait décrété l'état d'urgence sur tout le territoire à partir du 24 mars, assorti d'un couvre-feu de 20H00 à 6H00 pour endiguer la progression du coronavirus.

Tunisie

Le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh, a annoncé dimanche soir que le confinement en place depuis le 22 mars serait prolongé jusqu'au 3 mai puis progressivement allégé, la situation étant "presque maîtrisée". Le confinement a également été prolongé samedi en Algérie, pays voisin (jusqu'au 29 avril), et au Maroc (jusqu'au 20 mai).

OCEANIE

Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande lèvera la semaine prochaine certaines des restrictions ordonnées pour combattre le nouveau coronavirus. La Première ministre Jacinda Ardern a indiqué lundi que "l'explosion incontrôlée" du nombre de cas avait été maîtrisée et a tablé sur une reprise progressive des activités à partir du 27 avril. "Nous avons réalisé ce que peu de pays ont été capables de faire", a déclaré Mme Ardern. "Nous avons arrêté une vague de dévastation". Elle a annoncé que le niveau d'alerte sanitaire, actuellement au plus haut (4), redescendrait d'un cran le lundi 27 avril pour une période de deux semaines le temps d'évaluer la situation.

Des restrictions sur les déplacements seront levées, et il sera possible de se réunir à 10 pour certains événements, comme les mariages et les funérailles. Les consignes de distanciation sociale, cependant, resteront en vigueur. La situation sera ensuite réévaluée le 11 mai afin de déterminer si un assouplissement de ces nouvelles règles peut être envisagé. "Je ne pourrais être plus fière du départ que nous avons réalisé, mais je ressens aussi une très grande responsabilité pour s'assurer que l'on ne perde rien des progrès que nous avons réalisés", a affirmé Mme Ardern. La Nouvelle-Zélande avait ordonné fin mars un confinement de quatre semaines, qui impliquait aussi la fermeture des frontières, une obligation de rester chez soi et la fermeture de tous les commerces et services non essentiels. Environ 1.100 cas de Covid-19 ont été enregistrés dans l'archipel, dont 974 qui sont guéris. La Nouvelle-Zélande, qui déplore 12 décès dus au nouveau coronavirus, a recensé lundi sept nouveaux cas sur 24 heures.