Europe

L'OMS a appelé l'Europe à "faire plus" face à "une situation alarmante", en raison de la circulation dans la région d'une nouvelle variante plus contagieuse du coronavirus, d'abord décelée au Royaume-Uni. "C'est une situation alarmante, qui signifie que pendant une courte période nous allons devoir faire plus que nous n'avons fait", a dit le directeur Europe de l'OMS, Hans Kluge, au cours d'un point presse en ligne. Vingt-deux pays de la zone Europe, comprenant 53 Etats dont la Russie, ont désormais enregistré des cas liés à cette nouvelle souche, a précisé l'OMS.

Et l'Espagne, qui a une nouvelle fois exclu un confinement généralisé, en contraste avec d'autres pays européens, a annoncé jeudi avoir à elle seule recensé plus de deux millions de personnes contaminées. Un chiffre toutefois considéré comme sous-évalué. Selon l'OMS, la nouvelle souche "pourrait progressivement remplacer les autres en circulation" dans la zone Europe, "comme observé au Royaume-Uni et de plus en plus au Danemark".

La France a à cet égard annoncé jeudi que deux "clusters à risque" du variant britannique du coronavirus avaient été détectés sur son territoire, en Bretagne (ouest) et dans la région parisienne. Conséquence, le Premier ministre Jean Castex a fait savoir que les frontières avec le Royaume-Uni resteraient fermées "jusqu'à nouvel ordre". Avec 25.379 cas confirmés de Covid jeudi, "on arrive à des chiffres préoccupants", a de son côté prévenu Jean-François Delfraissy, le président du conseil scientifique, qui guide le gouvernement.


Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a enregistré vendredi 1.325 morts supplémentaires de la maladie Covid-19, un record depuis le début de la pandémie, portant son bilan total à 79.833 décès dans les 28 jours suivant un test positif.

Le nombre de cas recensés en 24 heures a aussi atteint un record à plus de 68.000 cas, portant le total des personnes testées positives au Royaume-Uni à 2.957.472, selon le ministère de la Santé.

Allemagne

Record de décès en Allemagne: le nombre de morts et de cas de Covid-19 en Allemagne a atteint de nouveaux sommets vendredi, alors que les autorités du pays s'efforcent de renforcer le confinement qui a été prolongé jusqu'à la fin du mois de janvier. Au total, 1.188 décès ont été enregistrés sur une période de 24 heures.

Pays-Bas

Entre jeudi matin et vendredi matin, 8.169 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés aux Pays-Bas. C'est moins que les plus de 9.700 tests positifs signalés par l'Institut national de la santé publique et de l'environnement (RIVM) jeudi, mais c'est au-dessus de la moyenne de la semaine dernière, où environ 7.700 infections confirmées ont été ajoutées par jour. Au cours des sept derniers jours, un peu plus de 54.000 personnes ont été testées positives, contre plus de 61.000 la semaine dernière et près de 80.000 la semaine précédente.

Le nombre de décès a augmenté à 89, contre 85 jeudi. Cela ne veut pas dire que toutes ces personnes sont mortes en 24 heures. Lorsqu'un patient corona décède, il faut parfois un certain temps pour que l'information soit reprise dans les données nationales.

Hongrie

La Hongrie a prolongé jusqu'au 1er février les mesures de confinement partiel visant à freiner la propagation du coronavirus, a déclaré vendredi le Premier ministre Viktor Orban. "Le groupe de travail opérationnel (du gouvernement) a décidé de prolonger les restrictions actuellement en place jusqu'au 1er février", a dit M. Orban lors d'un entretien avec la presse nationale.

Ces mesures ont été prises dans le cadre d'un état d'urgence décrété depuis le 11 novembre.

Elles comprennent un couvre-feu nocturne, une interdiction des rassemblements, le port obligatoire d'un masque en public et la fermeture des lycées comme des universités.

"Tant qu'il n'y aura pas assez de vaccins, nous nous en tiendrons aux restrictions déjà adoptées", a ajouté le chef du gouvernement.

Le Premier ministre souverainiste a en revanche estimé que les écoles primaires et les jardins d'enfants pouvaient rester ouverts.

Vendredi, la Hongrie a fait état de 115 nouveaux décès dus au coronavirus, ce qui porte le nombre total de décès dans le pays à 10.440.

Iles Canaries

Lanzarote fait désormais partie des zones rouges, si bien que les voyageurs de retour en Belgique après un passage de plus de 48 heures sur l'île espagnole devront se placer en quarantaine, est-il indiqué vendredi sur le site du SPF Affaires étrangères. L'Irlande est, elle aussi, colorée entièrement en rouge. El Hierro rejoint également la liste des îles Canaries de Tenerife et La Gomera placées en rouge.

Les personnes voyageant vers des îles de Fuerteventura, Grande Canarie et La Palma, toujours colorées en orange, doivent quant à elles présenter un test récent négatif au coronavirus avant leur départ. Aucune mesure spécifique n'est requise à leur retour en Belgique.

L'archipel d'Åland (situé au sud-ouest de la Finlande), la Haute-Corse et le sud de l'Irlande se sont, vendredi à 16h00, également parées de rouge sur la carte du SPF Affaires étrangères.

Les personnes en quarantaine à la suite d'un voyage doivent également être testées le premier et le septième jour. La quarantaine ne peut être levée que si les résultats des tests sont négatifs le septième jour.

Les seules zones oranges européennes ne se trouvent désormais plus qu'en Norvège, en Islande, en Grèce, en France et en Espagne.

Amérique

Sur le continent américain, plus de 30 des 50 millions d'habitants de la Colombie sont soumis à un confinement renforcé à partir de jeudi et pour cinq jours.

Quant aux Etats-Unis, ils ont enregistré un nouveau record de décès sur 24 heures, en atteignant quasiment la barre des 4.000 morts quotidiens, selon les chiffres de l'université Johns Hopkins qui font référence. Dans le même temps, le pays a enregistré plus de 265.000 nouvelles contaminations.

En Californie, les hôpitaux sont submergés par les décès, et au moins 166 remorques frigorifiques ont été installées pour servir de morgues provisoires. A Los Angeles, une personne meurt du Covid-19 toutes les quinze minutes.

Brésil

Le Brésil a franchi jeudi le seuil de 200.000 morts du Covid-19, tandis que l'OMS appelait l'Europe à se mobiliser davantage face à la "situation alarmante" créée par le nouveau variant plus contagieux du coronavirus.


La situation n'est pas plus réjouissante aux Etats-Unis, qui ont enregistré jeudi un nouveau record de décès (près de 4.000) ou au Japon, où Tokyo est désormais placé en état d'urgence.

Au Brésil, le virus a fait 200.498 morts, le deuxième bilan le plus lourd après les Etats-Unis (364.691 décès), et les spécialistes s'attendent au pire en ce début d'année.

Le géant latino-américain de 212 millions d'habitants a recensé un record de nouvelles contaminations (87.843) et pas moins de 1.524 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures.

La campagne de vaccination n'y a pas encore débuté, tandis que le président d'extrême droite Jair Bolsonaro reste dans le déni absolu, minimisant la gravité d'un virus qu'il a accusé de ruiner le pays.

"J'ai de la peine, nous atteignons aujourd'hui les 200.000 morts", mais "la vie continue, nous le déplorons profondément", a-t-il réagi sur Facebook.

"Il ne sert à rien de continuer (...) cette vieille histoire de rester à la maison et de s'occuper ensuite de l'économie. Cela ne va pas fonctionner", a-t-il dit. "Nous ne pouvons pas nous transformer en un pays de pauvres, de chômeurs", a-t-il ajouté.

Asie

Japon

Au Japon, un nouvel état d'urgence entre en vigueur vendredi pour un mois dans le grand Tokyo, sur fond de record de contaminations.

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a lancé un appel particulier aux jeunes en les exhortant à respecter les consignes sur l'arrêt des sorties nocturnes, alors que plus de la moitié des nouvelles infections dans la région de Tokyo concerne des moins de 30 ans.

Chine

La Chine a placé en quarantaine deux villes situées au sud de Pékin dans l'espoir d'endiguer la flambée de Covid-19 la plus grave depuis six mois dans le pays où le nouveau coronavirus est apparu il y a un an. Au total, 18 millions d'habitants des vastes communes de Shijiazhuang et de Xingtai, qui comptent d'importantes zones rurales, se sont vu interdire de quitter les lieux sauf raison impérative, à la suite de l'apparition d'une poignée de cas ces derniers jours.

Les écoles sont fermées ainsi que les moyens de communication (autoroutes, aéroport, trains, autocars longue distance) dans ces deux villes du Hebei, la province qui entoure Pékin.

La télévision nationale a diffusé des images montrant des policiers bloquant les accès routiers, ainsi que des soignants en tenue intégrale en train de tester des habitants.

La Chine est parvenue dès le printemps dernier à enrayer l'épidémie qui s'est répandue depuis à la surface du globe, faisant près de 1,9 million de morts. Le pays a dénombré officiellement 4.634 morts, le dernier comptabilisé en mai.

Mais lors de la semaine écoulée, le Hebei a fait état de 310 contaminations, dont 183 asymptomatiques. Le pays compte désormais 87.000 cas de contamination cumulés depuis un an, un chiffre sans rapport avec les bilans considérables annoncés dans les pays occidentaux.

Soixante-douze cas ont été annoncés vendredi dans le Hebei pour les dernières 24 heures.

La plupart des cas détectés l'ont été à Shijiazhuang, la capitale provinciale située à 300 km au sud de Pékin. Plus au sud, neuf cas ont été découverts dans la commune voisine de Xingtai.

Les autorités ont prévu de tester tous les habitants des deux communes et 6,7 millions d'entre eux l'ont déjà été, ont-elles indiqué vendredi.

L'ensemble des habitants du Hebei ne peuvent quitter la province sauf raison impérative. Les personnes qui se trouvent dans les secteurs les plus proches de Pékin ne peuvent entrer dans la capitale que sur présentation d'un test de dépistage négatif de moins de trois jours et d'une preuve de résidence ou de travail à Pékin.

Un responsable provincial a expliqué que la flambée épidémique était importée de l'étranger.

Les autorités chinoises soulignent ces derniers mois que les nouvelles contaminations correspondent à des souches en provenance de l'étranger introduites par des voyageurs ou bien sur de la nourriture surgelée.

Océanie

De l'autre côté de la planète, en Australie, Brisbane a décrété un confinement immédiat de trois jours, après qu'un travailleur d'un hôtel accueillant des personnes placées en quarantaine eut contracté la souche très infectieuse du Covid-19 découverte au Royaume-Uni.