La chancelière allemande Angela Merkel a dit vendredi s'attendre à une évolution de la pandémie "encore plus difficile" en automne et hiver.

"Nous avons tous bénéficié de liberté et d'une protection relative contre les aérosols pendant l'été", quand est possible la "vie en plein air", a-t-elle souligné, mais la donne risque de changer désormais.

"Tout ne sera pas comme avant la pandémie, elle nous frappera durement et de façon existentielle", a-t-elle ajouté.

L'Allemagne, qui a connu beaucoup moins de décès que ses voisins européens (9.288), est confrontée comme eux à une hausse des cas ces dernières semaines.

Restrictions levées dans le nord de l'Angleterre

Le gouvernement britannique a annoncé vendredi la levée des restrictions mises en place dans plusieurs zones du nord de l'Angleterre à partir de mercredi prochain, en raison d'une baisse des contaminations au nouveau coronavirus. "Cela signifie que la semaine prochaine, plus d'un million de personnes pourront revoir leurs proches et amis n'appartenant pas à leur foyer, dans le respect des règles de distanciation sociale, pour la première fois depuis l'annonce des restrictions le 30 juillet", a souligné le gouvernement dans un communiqué.

Dans ces zones du Grand Manchester, du Yorkshire de l'Ouest et du Lancashire, les bowlings, casinos et aires de jeux intérieures pourront également rouvrir, comme c'est le cas depuis le 15 août dans le reste de l'Angleterre.

Des restrictions en matière de rencontres entre personnes de foyers différents demeurent toutefois en place dans le centre de Manchester, à Oldham, Pendle et Blackburn notamment, ainsi qu'à Leicester (centre) en raison d'une prévalence toujours élevée du virus.

Pays le plus endeuillé d'Europe, le Royaume-Uni dénombre près de 41.500 morts pour plus de 330.000 cas positifs.

La Hongrie va refermer ses frontières mardi par peur du virus

La Hongrie va totalement interdire l'accès à son territoire pour les non-résidents dès mardi afin de tenter d'enrayer la hausse du nombre des contaminations par le nouveau coronavirus, a annoncé le gouvernement vendredi. "À partir du 1er septembre, les citoyens étrangers ne seront plus autorisés à entrer sur le territoire de la Hongrie.

Les citoyens hongrois qui reviennent de l'étranger doivent être mis en quarantaine pendant 14 jours ou doivent présenter deux tests négatifs", a déclaré le chef du Bureau du Premier ministre Gergely Gulyás.

Paris se réveille masquée

Depuis 08h00 (06H00 GMT) vendredi, le port du masque est obligatoire dans toutes les rues de Paris sous peine d'une amende de 135 euros. La mesure concerne tous les piétons, de même que les motards. A la demande de la mairie, les cyclistes et les adeptes du footing en ont été exemptés.

Il s'agit "d'apprendre à vivre avec le virus", a commenté le président Emmanuel Macron.

Dans l'est, le masque est aussi désormais obligatoire à Strasbourg et dans les communes de plus de 10.000 habitants.

Paris est considérée comme une zone à risque par plusieurs pays : la Belgique vient de l'ajouter à sa liste des destinations européennes qui ne sont plus autorisées, à moins d'un dépistage au retour.

Les Pays-Bas mettent fin à l'élevage de visons

Le gouvernement néerlandais a décidé de mettre fin à l'élevage de visons après que plusieurs cas de coronavirus aient éclaté dans diverses exploitations. Toutes devront fermer leurs portes le 1er mars de l'année prochaine, soit trois ans plus tôt que prévu. Le gouvernement a alloué 140 millions d'euros à ce programme.

La décision intervient après un avis de l'OMT, une équipe d'experts qui conseille le cabinet dans la lutte contre le coronavirus. Il n'y aura pas d'abattage préventif des visons.

Selon le Bureau central des statistiques (CBS), il existe environ 130 élevages de visons aux Pays-Bas. Le coronavirus a été détecté dans au moins quarante d'entre eux.

Plus de 832.000 morts

La pandémie a fait au moins 832.336 morts dans le monde depuis l'apparition du virus fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à 11h00 GMT.

Plus de 24,5 millions de cas d'infection ont été diagnostiqués.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 180.857 décès, suivis du Brésil (118.649 morts), du Mexique (62.594 morts), de l'Inde (61.529) et du Royaume-Uni (41.477).

La Corée du sud renforce les mesures de protection

La Corée du Sud a décidé de renforcer les mesures destinées à juguler l'épidémie à compter de dimanche dans la région du grand Séoul, où vit la moitié de la population de ce pays de 52 millions d'habitants.

Les installations sportives en salle seront fermés et les cafés franchisés, qui font partie intégrante de la vie quotidienne des Sud-Coréens, ne pourront servir que des plats à emporter.

"Veuillez annuler tout rendez-vous et rentrer directement chez vous après le travail", a demandé le ministre de la Santé.

La Corée du sud avait réussi à maîtriser une première vague de l'épidémie au travers d'une stratégie de tests et de traçage, mais depuis mi-août de nouveaux foyers épidémiques sont apparus, la plupart liés à des églises protestantes.

Chine : 5.800 arrestations liées au Covid-19

Près de 5.800 personnes soupçonnées d'avoir commis des infractions pénales en lien avec le Covid-19 ont été arrêtées en Chine depuis janvier, selon le parquet national.

Certaines sont accusées d'avoir organisé des collectes de fonds trompeuses, des ventes d'équipements médicaux défectueux, fait de fausses déclarations sur leur état de santé ou dissimulé leurs déplacements. D'autres faits sont plus graves, comme cet homme frappant à mort un client d'un supermarché qui lui demandait de porter un masque ou cet autre tuant au couteau un agent lors d'un contrôle de température.

France: chute du PIB

En France, le produit intérieur brut a chuté de 13,8% entre avril et juin, a confirmé vendredi l'Insee, qui a aussi mesuré un coup de frein sur l'inflation en août à 0,2% sur un an.