Nombre de pays musulmans entrent mardi dans la période du ramadan, assombri pour la deuxième année consécutive par la pandémie, qui a déjà fait un million de morts en Europe.

Le mois saint de la religion musulmane se déroulera, à partir de mardi ou de mercredi selon les pays, entre restrictions sanitaires et craintes de nouvelles contaminations, notamment sous l'effet de ses traditionnels repas festifs à la fin de la journée de jeûne.

Le jeûne du ramadan est l'un des cinq piliers de l'islam. Durant ce mois, les musulmans doivent notamment s'abstenir de manger et de boire du lever au coucher du soleil.

Dans le pays le plus peuplé du monde arabe, L'Egypte (plus de 100 millions d'habitants), le ramadan débute ce mardi et, négligeant souvent le port du masque ou la distanciation physique, les Cairotes s'affairaient en nombre lundi à leurs derniers achats.

La veille au soir, des enfants grimpaient encore aux arbres pour y accrocher des guirlandes lumineuses et les commerces de proximité arboraient déjà les traditionnels "fanous", lanternes ramadanesques aux couleurs éclatantes.

"Ni rassemblements familiaux, ni prières"

En Tunisie, où le dernier ramadan s'est déroulé en plein confinement général, le gouvernement a dû cette année faire marche arrière sur l'allongement du couvre-feu à 19h et revenir revenu ce week-end à un couvre-feu à 22h, face à une levée de boucliers.

"D'habitude après la rupture du jeûne, on sort, on se balade, on va dans la médina de Tunis, dans le village de Sidi Bou Saïd, on prend l'air, on s'invite, les enfants courent dans les rues", explique Samira Khalifi 45 ans.

"Mais cette année, on aura à peine le temps de faire un petit tour, ca va être triste pénible", continue cette artiste peintre, resserrant son foulard fuchsia.

Au Maroc, des mesures de restriction pour la période (extension du couvre-feu, interdiction de fêtes et de rassemblements etc...) ont été promulguées récemment.

En Syrie, où le conflit est entré en mars dans sa dixième année, le ramadan s'annonce morose, dans un pays en plein effondrement économique et en proie à une inflation galopante. Le gouvernement n'a pas annoncé de nouvelles mesures ni de couvre-feu

"Ce ramadan n'est pas comme les autres. Il n'y ni rassemblements familiaux, ni prière à la mosquée après l'iftar (le repas quotidien de rupture du jeûne, NDLR), ni tentes, ni tables où est disposée la nourriture pour les pauvres comme le veut la tradition", assure Rima Qabalan, une mère de famille de la capitale jordanienne Amman.

Les autorités saoudiennes ont annoncé début avril que seules les personnes vaccinées contre le Covid-19 seraient autorisées à effectuer la omra, le petit pèlerinage à La Mecque, à partir du début du ramadan.


Israël accueillera les touristes vaccinés à partir de la fin mai

Israël prévoit d'autoriser les touristes vaccinés contre le coronavirus à entrer dans le pays à partir de la fin du mois de mai, ont indiqué mardi les ministères de la Santé et du Tourisme. Les voyageurs internationaux seront les bienvenus dès le 23 mai, à condition qu'ils puissent prouver qu'ils ont été vaccinés et que leur test est négatif.

Le pays a fermé presque complètement ses frontières après l'apparition du virus, n'autorisant l'entrée de personnes de l'étranger que dans de rares cas. Le tourisme est cependant important pour l'économie du pays et a été durement touché par les conséquences de la pandémie.

Israël vaccine ses citoyens à un rythme soutenu. Près de quatre mois après le début de la campagne de vaccination, cinq millions de personnes auront bientôt reçu leur deuxième dose. Le nombre d'infections a par conséquent fortement diminué.

Le gouvernement a donc décidé de supprimer progressivement les mesures restrictives. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a notamment annoncé plus tôt dans la journée, que la plupart des écoles allaient rouvrir leurs portes. Un système de surveillance va également être mis en place pour détecter rapidement les infections.

Bientôt 100.000 morts en France

L'Europe a franchi lundi la barre du million de morts du Covid-19, selon un comptage réalisé lundi par l'AFP à partir de bilans fournis par les autorités de santé.

Les 52 pays et territoires de la région (qui va à l'est jusqu'à l'Azerbaïdjan et la Russie) totalisent au moins 1.000.288 décès (pour 46.496.560 cas), devant l'Amérique latine et les Caraïbes (832.577 décès), les Etats-Unis/Canada (585.428 décès) et l'Asie (285.824 décès).

"Nous sommes actuellement à un point critique de la pandémie", a déclaré Maria Van Kerkhove, la responsable technique de la lutte contre le Covid-19 au sein de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), au moment où le bilan dans le monde approche des trois millions de morts (2.937.355 décès).

"La trajectoire de cette pandémie est en pleine expansion. Elle croît de manière exponentielle. Ce n'est pas la situation dans laquelle nous voulons nous trouver 16 mois après le début de la pandémie, alors que nous disposons de mesures de contrôle efficaces", a-t-elle fait valoir.

La vaccination en est une. Les Britanniques ont ainsi réinvesti lundi terrasses de pubs et salons de coiffure grâce à une nette amélioration de la situation sanitaire en Grande-Bretagne permise notammet par une campagne massive de vaccinations.

Le Royaume-Uni a aussi atteint lundi, avec un peu d'avance, son objectif d'offrir avant la mi-avril au moins une première dose de vaccin contre le coronavirus à tous les plus de 50 ans et aux personnes les plus vulnérables ou exposées, a ainsi assuré le gouvernement.


L'Inde en revanche, pays de 1,3 milliard d'habitants, a dépassé lundi le Brésil, devenant le deuxième pays le plus touché par la pandémie.

Il a enregistré une augmentation rapide des nouvelles contaminations ces dernières semaines, portant le nombre total de cas à 13,5 millions, contre 13,48 millions enregistrés au Brésil.

L'Allemagne a pour sa part franchi le seuil des 3 millions de contaminations. "Cette troisième vague est peut-être la plus dure", a commenté lundi la chancelière Angela Merkel, rappelant que la vaccination était "l'arme la plus importante contre le virus".

Des allègements de restrictions sanitaires sont également attendus cette semaine en Italie, Irlande, Slovénie et Grèce.

La France, frappée par une violente troisième vague, dans une Europe qui connaît des situations contrastées, a dépassé lundi la barre des 99.000 décès depuis le début de l'épidémie, et devrait franchir les 100.000 cette semaine. Le nombre de malades en réanimation, qui continue sa progression, dépasse désormais les 5.900.