Enquête de l'OMS en Chine: les Etats-Unis inquiets

Les Etats-Unis ont de "fortes inquiétudes" sur les premiers résultats de l'enquête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les origines du coronavirus en Chine.

"Pour mieux comprendre cette pandémie et préparer la prochaine, la Chine doit rendre accessibles ses données sur les premiers jours de l'épidémie", a exigé la Maison Blanche.

L'OMS veut "plus de données"

Le chef de la délégation de l'OMS qui s'est rendue en Chine pour enquêter sur les origines de la pandémie a exprimé sa frustration samedi sur le manque d'accès aux données brutes pendant cette mission, déclarant qu'il en fallait plus pour détecter d'éventuels cas précoces du Covid-19.

"Nous voulons plus de données. Nous avons demandé plus de données", a déclaré dans un entretien avec l'AFP Peter Ben Embarek, qui est allé avec son équipe pendant un mois à Wuhan, où le coronavirus responsable de l'épidémie a été découvert en décembre 2019.

Des experts pour un accès équitable au vaccin

Les vaccins ne pourront mettre un terme à la pandémie que si tous les pays reçoivent des doses de façon rapide et équitable, ont souligné des experts samedi.

Au moment où plusieurs pays envisagent des passeports vaccinaux avant la reprise des déplacements internationaux, les auteurs de cette lettre ouverte parue dans The Lancet estiment que l'accumulation des doses de vaccins dans les pays les plus riches risque de prolonger la crise sanitaire.

Iran : mise en garde contre une "4e vague"

Le président Hassan Rohani a mis en garde contre une "quatrième vague" en Iran, après une hausse du nombre des cas dans certaines régions.

Après plusieurs semaines de faibles niveaux de contamination, certaines villes de la province du Khouzestan, dans le sud-ouest, sont dorénavant des zones "rouges".

L'Iran est le pays du Moyen-Orient le plus endeuillé par la pandémie due au coronavirus avec près de 59.000 morts sur plus d'un million et demi de personnes contaminées.

Le Royaume-Uni a vacciné plus de 15 millions de personnes

Le Royaume-Uni a franchi la barre des 15 millions de personnes vaccinées contre le coronavirus, remplissant l'objectif du gouvernement d'offrir un vaccin aux catégories de personnes les plus vulnérables à la mi-février, ont annoncé Boris Johnson et ses ministres dimanche.

Critiqué à maintes reprises pour ses lenteurs et ses hésitations, Boris Johnson parvient ainsi à tenir l'objectif ambitieux d'offrir à cette échéance un vaccin aux quatre catégories prioritaires. Elles regroupent les personnes de plus de 70 ans, les soignants en première ligne, les employés et résidents des maisons de retraite et les patients les plus vulnérables, soit environ 15 millions de personnes, sur une population totale de 66 millions.

Pays le plus durement touché en Europe avec 117.000 morts, le Royaume-Uni aborde à partir de lundi une nouvelle étape de sa campagne de vaccination, qui va s'élargir aux personnes âgées de 65 à 69 ans.

Le Japon approuve un premier vaccin, à cinq mois des JO

Le Japon a donné dimanche son premier feu vert à un vaccin contre le coronavirus, celui développé par Pfizer, ouvrant la voie au lancement d'une campagne de vaccination à cinq mois de l'ouverture des jeux Olympiques d'été. "Aujourd'hui, le ministre de la Santé a donné un feu vert spécial au vaccin de Pfizer", a annoncé le bureau du Premier ministre dans un tweet.

Le Japon doit commencer à administrer le vaccin Pfizer/BioNTech à 10 à 20.000 travaileurs de la santé à compter de mercredi, avant d'élargir la vaccination aux autres personnels de santé et aux personnes âgées à partir d'avril, en utilisant aussi d'autres vaccins contre le coronavirus.

Le gouvernement n'a pas encore présenté sa stratégie pour généraliser les vaccins au reste de sa population, qui est de 126 millions d'habitants.

France: pas de confinement dans l'est

En Moselle, département de l'est de la France durement touché par l'épidémie, notamment avec une progression du variant sud-africain, les écoles restent ouvertes et il n'y a pas de confinement local, les mesures actuelles apparaissant "à ce jour suffisantes", selon les autorités.

De nouvelles mesures ont été prises dans le département du Nord, limitrophe de la Belgique, où "la présence du variant anglais s'est accélérée" autour de Dunkerque, a annoncé la préfecture.

Autriche: manifestation contre les restrictions

Quelque 2.000 personnes, selon la police, ont de nouveau bravé une interdiction de manifester samedi à Vienne pour protester contre les dispositions visant à endiguer le coronavirus.

L'Autriche a été une troisième fois confinée après Noël. Face à la colère d'une partie de la population, les musées ont été rouverts lundi, comme les magasins. Les écoles accueillent à nouveau les élèves, deux jours par semaine.

Des Tchèques se précipitent pour passer en Allemagne

Des Tchèques se sont précipités samedi à la frontière avec l'Allemagne pour la franchir avant sa fermeture dimanche décidée par Berlin pour contrer la diffusion des très contagieux variants du coronavirus.

Plus de 2,38 millions de morts

La pandémie a fait plus de 2,38 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi samedi par l'AFP à partir de sources officielles.

Après les Etats-Unis (484.149 morts), les pays les plus endeuillés sont le Brésil (238.532), le Mexique (172.557), l'Inde (155.550) et le Royaume-Uni (116.287).

Le nombre des victimes est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé mais exclut les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques.