La pandémie a fait plus de 3,73 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi.

Après les Etats-Unis (598.392 morts), les pays comptant le plus grand nombre de morts sont le Brésil (476.792), l'Inde (351.309), le Mexique (228.838) et le Pérou (186.757).

Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population.

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. Ils excluent les révisions à la hausse réalisées a posteriori par certains organismes statistiques.

L'OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

EUROPE

Feu vert du Parlement européen au certificat Covid

Les députés européens ont largement donné leur feu vert final mercredi au certificat numérique Covid européen, destiné à faciliter les déplacements cet été au sein de l'UE, à charge désormais aux Etats de le mettre en place d'ici au 1er juillet.

Ces certificats attestent qu'une personne a été vaccinée contre le Covid-19, qu'elle a passé un test négatif ou qu'elle est immunisée après une infection. Ils sont délivrés gratuitement, en format numérique ou papier, et doivent permettre d'éviter de faire des quarantaines dans les pays de destination.

La France et la Belgique desserrent l'étau

Un nouveau pan de vie sociale a repris mercredi pour les Français après sept mois de privations dues à l'épidémie, avec la réouverture des piscines, salles de gym, bars et restaurants sans terrasse, et l'extension du couvre-feu de 21H00 à 23H00. Le télétravail est assoupli, tout comme les règles dans les cantines.

Même scénario à quelques différences près en Belgique, où cafés et restaurants peuvent désormais servir leurs clients en salle et ouvrir le matin dès 5H00 et jusqu'à 23H30. Le travail au bureau est autorisé pour tous une journée par semaine.

L'Espagne assouplit les conditions d'entrée sur son territoire

Un décret publié au Journal officiel mercredi stipule que, comme pour les voyageurs arrivant en avion, l'Espagne laissera à présent entrer les voyageurs arrivant par la route s'ils disposent d'un certificat de vaccination. Jusqu'à présent, le pays exigeait un test PCR négatif de moins de 72 heures pour toute personne souhaitant passer la frontière terrestre française pour se rendre en Espagne.

Les autorités espagnoles ont en outre relevé mercredi à 12 ans, contre 6 ans jusqu'ici, l'âge minimum à partir duquel un test négatif au Covid-19 est nécessaire pour entrer en Espagne.

Portugal: le déconfinement freiné à Lisbonne après un regain de nouveaux cas

Le gouvernement portugais a décidé mercredi de freiner le processus de déconfinement à Lisbonne et dans trois autres municipalités du pays pour lutter contre le regain de la pandémie de Covid-19. Outre Lisbonne, les municipalités d'Odemira (sud), Braga et Vale de Cambra (nord) continueront d'appliquer les mesures actuellement en vigueur jusqu'au 27 juin.

Dans ces municipalités, le télétravail restera notamment obligatoire là où il est possible alors qu'il sera recommandé dans le reste du pays à partir du 14 juin, date de la prochaine phase de déconfinement. À cette date, les restaurants fermeront toujours à 22h30, contre une heure du matin dans les autres parties du territoire.

"La situation de ces municipalités ne nous permet pas de poursuivre le déconfinement", a indiqué Mariana Vieira da Silva, porte-parole du gouvernement à l'issue d'un conseil des ministres, précisant que le nombre de cas avait augmenté à Lisbonne, surtout chez "les plus jeunes".

Dans le reste du pays, le processus de déconfinement se poursuivra selon les modalités dévoilées début juin par le gouvernement.

Ces nouvelles mesures prévoient en outre l'élargissement des horaires pour un large ensemble d'activités et le retour du public dans les enceintes sportives avec une limite fixée à un tiers de leur capacité, à destination du sport amateur dans un premier temps.

Le gouvernement a également annoncé mercredi des tests obligatoires au Covid-19 pour les entreprises de plus de 150 salariés et à l'occasion de certains rassemblements publics comme "les événements sportifs, culturels ou familiaux" dont les modalités seront précisées par les autorités sanitaires, selon la porte-parole du gouvernement.

Frappé par une violente vague de coronavirus cet hiver, le Portugal a connu un confinement strict entre la mi-janvier et la mi-mars, avant d'entamer un déconfinement graduel. Après la phase du 14 juin, l'étape suivante se poursuivra à partir du 28. Les bars et discothèques resteront toutefois fermés jusqu'à fin août.

Pays-Bas: les jeunes présentant des risques médicaux peuvent se faire vacciner

Les Pays-Bas vaccineront bientôt dès l'âge de 12 ans les enfants qui présentent un risque sur le plan médical, ont décidé mercredi les autorités néerlandaises après la publication d'un avis du Conseil de la santé. "Nous savons que les jeunes dont la santé est fragile courent un risque considérable de développer des formes plus sévères du coronavirus. Il s'agit de jeunes qui ont dû faire très attention à ne pas tomber malade ces derniers temps", a déclaré le ministre sortant de la Santé, Hugo de Jonge. La vaccination peut leur permettre de "gagner en liberté, de retrouver leurs amis, de retourner à l'école et peut-être de trouver un job".

Le vaccin sera administré aux adolescents souffrant, par exemple, d'une maladie pulmonaire, d'un cancer, d'obésité ou du syndrome de Down. Les jeunes en bonne santé dont un membre de la famille ne peut pas se faire vacciner pourront également recevoir une injection et ainsi protéger leur proche.

Entre 60.000 et 100.000 jeunes pourraient être invités à se faire vacciner à partir de fin juin, pour la plupart chez leur médecin généraliste. C'est le vaccin développé par les firmes Pfizer et BioNTech, approuvé à partir de 12 ans, qui leur sera administré, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays européens.

Le Conseil de la santé des Pays-Bas émettra ultérieurement un avis sur la vaccination des enfants ne présentant pas de risques de santé.

AMERIQUE

Un traitement de MSD séduit le gouvernement américain

Le gouvernement américain s'est engagé à commander près de deux millions d'unités d'un médicament anti-Covid développé par le laboratoire Merck Sharp and Dohme (MSD) à condition que les autorités approuvent ce traitement encore à l'essai, a annoncé mercredi le groupe. MSD "se verra verser environ 1,2 milliard de dollars pour livrer environ 1,7 million de traitements Molnupiravir au gouvernement des États-Unis", a déclaré dans un communiqué le groupe, distinct de son homonyme allemand Merck KGaA.

Ce traitement antiviral est une seconde chance pour le groupe de trouver sa place face au Covid-19, après avoir renoncé à tous ses projets de vaccins, dont certains développés avec l'institut Pasteur.

Le Molnupiravir est un traitement à administrer dans les premiers jours des symptômes et par lequel MSD compte guérir le Covid-19. Il a enregistré de premiers résultats encourageants mais son efficacité doit encore être confirmée par des essais cliniques dont les résultats sont attendus à l'automne.

Si ces derniers sont positifs et que les autorités sanitaires américaines l'approuvent dans la foulée, le gouvernement américain concrétisera alors sa commande.

Ce médicament, à l'origine développé contre la grippe, doit être pris deux fois par jour, pendant cinq jours, sous forme de pilules. C'est l'ensemble de ce programme de traitement qui sert d'unité à la commande de Washington.

Au-delà de celle-ci, MSD promet de produire au total 10 millions de ces traitements d'ici à la fin de l'année.

"Nous menons de multiples efforts pour que le Molnupiravir soit disponible au niveau mondial", a déclaré Rob Davis, président de MSD.

Brésil: la Cour suprême va statuer en urgence sur la tenue ou non de la Copa América

La Cour suprême du Brésil va juger jeudi en urgence un recours réclamant la suspension de l'organisation de la Copa América dans ce pays touché de plein fouet par la pandémie du nouveau coronavirus, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Ce jugement aura lieu de façon "virtuelle", sans débat entre les onze juges, qui enverront leurs votes écrits tour à tour, jeudi, de 00h00 à 23h59.

Washington assouplit son avertissement aux voyageurs pour plusieurs pays dont la France

Les Etats-Unis ont assoupli leur avertissement aux voyageurs souhaitant se rendre dans plusieurs pays, dont la France, l'Allemagne, le Canada mais aussi le Japon à un mois et demi des Jeux olympiques, évoquant un changement dans la prise en compte du risque lié au Covid-19.

Les Etats-Unis ont constitué des groupes de travail avec le Canada, le Mexique, l'Union européenne et le Royaume-Uni pour préparer la reprise des voyages internationaux, a annoncé mardi un responsable du département d'Etat.

Texas: un hôpital poursuivi en justice par son personnel contraint de se faire vacciner

Plus d'une centaine d'employés d'un des hôpitaux les plus importants du Texas ont lancé une action en justice contre leur employeur, décidé à renvoyer ses salariés non-vaccinés contre le Covid-19.

Le Houston Methodist, le groupe hospitalier en question, leur avait donné jusqu'à lundi pour prouver qu'ils avaient reçu leur dose.

ASIE

La Chine va vacciner dès 3 ans

La Chine se prépare à vacciner les enfants dès l'âge de trois ans avec le sérum Coronavac, a annoncé mardi le laboratoire pharmaceutique Sinovac qui le produit, ce qui devrait faire du pays le premier du monde à distribuer des vaccins aux jeunes enfants.

Le Vietnam pour un report des Jeux d'Asie du sud-est

Le Vietnam envisage de reporter à juillet 2022 les 31e Jeux d'Asie du Sud-Est (SEAGames) qui doivent se tenir du 21 novembre au 2 décembre 2021 sur son sol, ont annoncé mercredi des médias d'Etat, alors que le pays est aux prises avec une nouvelle vague de cas de Covid-19.

Les 31e Jeux d'Asie du Sud-Est devraient attirer près de 20.000 participants, dont environ 7.000 athlètes, de 11 pays de la région, selon les médias officiels.

Le Japon souhaite réduire davantage la présence étrangère pendant les Jeux

Le Japon souhaite réduire davantage le nombre d'étrangers qui vont participer aux Jeux Olympiques de Tokyo, a déclaré le Premier ministre Yoshihide Suga, mercredi. Auparavant, il avait été décidé de réduire de plus de la moitié le nombre initial de 180.000 accrédités et de ne pas autoriser la présence de spectateurs venus de l'étranger. Suga veut maintenant réduire encore davantage le nombre d'officiels, es membres des équipes et de journalistes venant de l'extérieur du Japon. La crise du coronavirus n'est toujours pas maîtrisée dans l'archipel nippon.

Dans le même temps, M. Suga a confirmé que le Japon reste déterminé à organiser les Jeux Olympiques du 23 juillet au 8 août. "Je veux faire passer le message que le monde a fait face aux difficultés posées par le coronavirus et qu'il les a vaincues grâce à son unité", a déclaré le Premier ministre japonais. M. Suga a également promis que tous les résidents se verraient offrir une dose de vaccin d'ici novembre.

L'essoufflement de la campagne de vaccination, l'augmentation du nombre d'infections et la prolongation de l'état d'urgence à Tokyo jusqu'au 20 juin au moins ont contribué à susciter des appels à un nouveau report des Jeux, voire à leur annulation pure et simple. Selon les sondages, six Japonais sur dix ne veulent pas que les Jeux olympiques et paralympiques aient lieu cette année. Le gouvernement, le comité d'organisation et le Comité international olympique (CIO) ne veulent rien entendre et sont déterminés à organiser des Jeux sûrs. Les critiques affirment que Suga espère que les JO seront un succès afin d'augmenter ses chances de réélection.

Taïwan: vague de décès de personnes en attente d'un traitement

Les hôpitaux sont surchargés par la pandémie de coronavirus à Taïwan, ce qui fait de plus en plus de malades meurent alors qu'ils attendent d'être soignés. L'État insulaire est confronté depuis fin avril à des vagues de contamination au Covid-19. Selon le service sanitaire CECC, près de 18% des patients infectés par le virus depuis le 20 avril ont développé une pneumonie sévère ou des problèmes respiratoires aigus.

Des personnes ayant des symptômes modérés sont devenues subitement très mal en point et sont décédées, les hôpitaux ne pouvant pas les prendre en charge immédiatement. Les établissements de soins sont tellement surchargés qu'ils ont mis en place des listes d'attente.

Selon les autorités, 36 personnes ont perdu la vie avant de pouvoir aller à l'hôpital entre le 11 mai et le 7 juin, soit près de 12% des 296 patients enregistrés durant cette période. Des malades ont également succombé avant d'obtenir une confirmation de leur infection.

La mort subite des patients serait en partie due au phénomène "happy hypoxia", lors duquel le taux d'oxygène dans le sang chute fortement.

Mercredi, 274 nouvelles contaminations et 25 décès ont été enregistrés à Taïwan. L'île, qui compte 23,6 millions d'habitants, a enregistré 11.968 infections et 333 morts depuis le début de la pandémie.