La pandémie a fait au moins 2,44 millions de morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi. Plus de 110.262.590 cas d'infection ont été diagnostiqués.

Les États-Unis sont le pays le plus touché, avec 495.470 décès, suivis par le Brésil (244.765), le Mexique (178.108), l'Inde (156.111) et le Royaume-Uni (119.387).

Le nombre des victimes est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé mais exclut les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques.

Plus de 200 millions de doses administrées dans le monde, 45% dans les pays du G7

Plus de 200 millions de doses de vaccins antiCovid ont été administrées dans au moins 107 pays ou territoires, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 10H00 GMT.

Quelque 45% des injections ont été réalisées dans les pays riches du G7, dont les membres ont pris vendredi des engagements en faveur d'une meilleure répartition des doses avec les pays pauvres. Ces sept pays n'hébergent que 10% de la population mondiale.

EUROPE

Mesures renforcées en Italie et en France

Le ministère italien de la Santé a annoncé un renforcement des mesures dans trois régions, mais a épargné de nouvelles restrictions aux deux plus grandes villes, Rome et Milan. La région de Campanie, qui comprend Naples, l'Emilie-Romagne avec son chef-lieu Bologne et le petit Molise, passeront de la catégorie 'jaune' (risque modéré) à la catégorie 'orange' (risque moyen) à partir de dimanche.

Par ailleurs, le gouvernement français a annoncé l'intensification des moyens de lutte contre la montée des cas de variant sud-africain sur l'île de La Réunion, en augmentant les capacités hospitalières, en accélérant la campagne de vaccination et en étendant le couvre-feu.

La Russie enregistre un troisième vaccin

La Russie a enregistré son troisième vaccin contre le Covid-19, étape préalable à la phase finale des essais cliniques, a annoncé samedi le Premier ministre, promettant d'accélérer les cadences de production. "Dès le milieu du mois de mars, les premières 120.000 doses (du troisième vaccin) seront mises en circulation. La Russie est aujourd'hui le seul pays où existent déjà trois vaccins", s'est félicité Mikhaïl Michoustine, lors d'une réunion gouvernementale diffusée à la télévision.

Baptisé "Kovivak", ce troisième vaccin a été conçu par le Centre de recherche Tchoumakov de Moscou. La Russie a déjà enregistré le vaccin Spoutnik V, en août, et EpiVacCorona, homologué en octobre. Elle mène depuis janvier une campagne massive de vaccination de sa population.

Le premier vaccin, dont l'annonce précoce a suscité des doutes au sein de la communauté scientifique, a bénéficié dernièrement d'une reconnaissance de son efficacité dans une étude publiée par la revue médicale The Lancet, validée par des experts indépendants. Il est désormais autorisé dans plus d'une vingtaine de pays.

Les autorités russes tentent de passer des accords de production à travers le monde, plutôt que d'exporter leurs vaccins, faute de capacités suffisantes pour satisfaire la demande nationale, prioritaire. "Nous accélérons les cadences de production de vaccins. Plus de 10 millions de doses du Spoutnik V ont été produites, et environ 80.000 du EpiVacCorona", a affirmé samedi Mikhaïl Michoustine.

En Russie, l'enregistrement du "Kovivak" signifie qu'il doit désormais passer la phase III des essais, prévue en mars sur 3.000 personnes, selon le ministère russe de la Recherche.

A la différence des deux autres vaccins, ce dernier utilise un virus inactivé, une technologie plus classique. Le ministère précise qu'il est, pour l'heure, uniquement recommandé aux personnes âgées de 18 à 60 ans.

Selon le bilan quotidien du gouvernement, 4,13 millions de contaminations ont été enregistrées en Russie, plaçant le pays au quatrième rang mondial derrière les Etats-Unis, l'Inde et le Brésil.

AMERIQUE

La fermeture de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada prolongée jusqu'au 21 mars

La fermeture de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada à tous les déplacements non-essentiels a été prolongée d'un mois, jusqu'au 21 mars, a indiqué vendredi le gouvernement canadien. "Les restrictions de voyage non essentiels avec les Etats-Unis ont été prolongées jusqu'au 21 mars 2021", a annoncé Bill Blair, ministre de la Sécurité publique, sur Twitter.

La fermeture des frontières des Etats-Unis avec ses deux partenaires du libre-échange nord-américain, Canada et Mexique, a été décidée en mars et prolongée chaque mois depuis.

Seuls sont autorisés le commerce des biens et marchandises, et les voyages considérés comme essentiels.

A partir de lundi, tous les voyageurs se rendant au Canada devront par ailleurs se mettre en quarantaine dans des hôtels à leur arrivée en attendant les résultats de tests de dépistage PCR obligatoires.

"Les vaccins sont sûrs", dit Biden aux Américains

Le président américain Joe Biden a profité d'une visite vendredi dans une usine Pfizer fabriquant un vaccin contre le coronavirus pour assurer aux Américains que le remède était sûr et qu'il serait la clé vers la fin de la pandémie.

Le démocrate, qui a fait de la lutte contre le Covid-19 sa principale priorité depuis son entrée en fonctions le 20 janvier, s'est adressé à ceux de ses compatriotes se disant sceptiques sur les vaccins, qui ont été produits à une vitesse record face à la crise sanitaire mondiale.

"Les vaccins sont sûrs. S'il vous plaît, pour vous, votre famille, votre communauté, ce pays, prenez le vaccin quand ce sera votre tour et qu'il sera disponible. C'est comme ça que nous vaincrons cette pandémie", a dit le président, en assurant que les compagnies fabriquant les vaccins étaient "méticuleuses".

"S'il y a un message à faire parvenir à tout le monde dans ce pays, c'est celui-ci: les vaccins sont sûrs", a-t-il insisté.

"Il n'y a jamais, jamais, jamais eu de défi logistique plus grand que ce que nous essayons de faire, mais nous sommes en train d'y arriver", a-t-il encore dit à propos de la distribution des précieux flacons et des injections.

Selon le président, l'objectif d'administrer un million d'injections par jour pour arriver à 100 millions pendant les 100 premiers jours de son mandat est en bonne voie pour être dépassé, avec une moyenne actuelle de 1,7 million d'injections quotidiennes.

Avec un bilan qui va bientôt atteindre les 500.000 morts aux Etats-Unis, M. Biden a dit ne pas vouloir se risquer à des prédictions sur la date de la fin de la crise.

Mais il a affirmé que 600 millions de doses (assez pour couvrir presque tout le pays) devraient être prêtes d'ici la fin juillet.

"Je crois que nous allons nous rapprocher de la normalité d'ici la fin de cette année. Si Dieu le veut, ce Noël sera différent de celui qui l'a précédé, mais je ne peux pas m'y engager", a-t-il dit.

Scandale en Argentine: #VaccinsVIP

Le ministre de la Santé argentin, Ginés González García, a démissionné vendredi à la demande du président Alberto Fernandez, après des révélations selon lesquelles il proposait à ses amis de se faire vacciner au ministère sans prendre rendez-vous dans un hôpital. Le scandale a provoqué une déferlante de réactions sur les réseaux sociaux sous le hashtag #vacunasvip ("#vaccinsVIP").

AFRIQUE

Livraisons pour l'Afrique

Le président français Emmanuel Macron a proposé que l'Europe et les Etats-Unis livrent "le plus vite possible" 13 millions de doses de vaccins à l'Afrique pour que le continent puisse vacciner ses 6,5 millions de soignants.

MOYEN ORIENT

Israël : vaccin pour 100.000 travailleurs palestiniens

L'Autorité palestinienne a annoncé vendredi un accord avec Israël pour vacciner contre le Covid-19 quelque 100.000 Palestiniens travaillant sur le territoire israélien, où est menée une vaste campagne de vaccination.