La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait au moins 565.363 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11h00 GMT.

Plus de 12.741.270 cas de contamination ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie et au moins 6.792.900 malades sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel des contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d'autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

La Hongrie se ferme à l'Afrique, à une grande partie de l'Asie et à certains pays d'Europe

La Hongrie va interdire mardi l'accès à son territoire aux résidents des pays africains, de la plupart des pays asiatiques et de certains États européens, son gouvernement invoquant dimanche la recrudescence mondiale des cas de coronavirus. La Belgique est classée en "zone verte" et aucune restriction ne s'applique dès lors au Plat pays. A partir de mardi à minuit, Budapest va introduire un système de feu tricolore et les habitants des pays classés en "zone rouge" ne seront plus autorisés jusqu'à nouvel ordre à pénétrer dans ce pays d'Europe centrale, jusqu'à présent relativement épargné par la pandémie. "Nous devons préserver notre sécurité afin que le virus ne soit pas introduit depuis l'étranger. Le taux d'infection chez nous est en baisse et nous voulons que cela reste ainsi", a déclaré le chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orban, Gergely Gulyas, aux journalistes dans la capitale.

Les pays africains et asiatiques, à l'exception de la Chine et du Japon, sont frappés par cette nouvelle mesure. En Europe, elle concerne l'Albanie, la Bosnie, la Macédoine du Nord, le Kosovo, le Bélarus, le Monténégro et l'Ukraine. Les résidents hongrois en provenance de ces destinations seront autorisés à regagner leur pays mais devront se soumettre à un test obligatoire de dépistage du nouveau coronavirus et subir une quarantaine obligatoire de deux semaines, a précisé M. Gulyas. Ce système de classification comporte également des zones orange et verte. Les voyageurs originaires de la catégorie orange devront se confiner s'ils n'ont pas obtenu un résultat négatif au test de dépistage du coronavirus dans les cinq jours suivant leur arrivée. Cette catégorie comprend notamment la Bulgarie, le Portugal, la Suède, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Norvège, la Serbie, la Russie, les États-Unis, la Chine et le Japon. Aucune restriction n'est imposée concernant les échanges avec des États restants classés en zone verte.

Face au regain "tragique" du virus, le guide suprême iranien appelle à "sauver le pays"

Le guide suprême iranien a qualifié dimanche de "vraiment tragique" la résurgence de l'épidémie de Covid-19 en Iran et a appelé le pays entier à respecter les consignes sanitaires afin d'endiguer la progression de la maladie. La République islamique, qui avait annoncé des premiers cas de contamination en février sur son sol, est de loin le pays le plus touché par la pandémie de Covid-19 au Proche et Moyen-Orient. "Que chacun joue son rôle de la meilleure façon pour rompre la chaîne de transmission à court terme et sauver le pays", a déclaré l'ayatollah Ali Khamenei, lors d'une rencontre en visioconférence avec les députés, selon des éléments de son discours transmis par son bureau. Il s'agit du premier discours du guide suprême iranien devant les députés du nouveau Parlement, entré en fonction fin mai, dominé par les conservateurs et ultraconservateurs et issu des législatives de février. Selon son site officiel, M. Khamenei a salué le corps du personnel soignant pour "ses sacrifices" et a critiqué "certaines personnes (qui) ne s'acquittent même pas d'une chose aussi simple que le port du masque" pour empêcher la propagation du virus, disant ressentir de la "honte" face à un tel comportement. 

Les propos de M. Khamenei surviennent tandis que l'épidémie de Covid-19 apparaît de nouveau en progression depuis le début du mois de mai en Iran. Selon des chiffres officiels transmis dimanche, 194 décès supplémentaires provoqués par la maladie et 2.186 nouveaux cas de contamination ont été recensés au cours des dernières 24 heures. Le ministère de la Santé avait annoncé jeudi un nouveau record de mortalité, avec 221 morts du virus en une journée.

Nouveau record de cas en 24 heures aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont recensé samedi 66.528 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heure, un nouveau record pour le pays, qui est le plus durement frappé au monde par la pandémie, selon l'Université Johns Hopkins.

Le nombre total de cas confirmés depuis le début de l'épidémie s'élève samedi à 3.242.073, selon cette université basée à Baltimore (est) et dont les bilans font référence. Le nombre de décès s'élève quant à lui à 134.729, soit 760 de plus que vendredi.

Donald Trump a été vu pour la première fois samedi portant un masque de protection en public, le président américain étant sous pression depuis des semaines pour donner l'exemple face à l'explosion de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis.

La pandémie progresse toujours en Amérique latine

Le Brésil reste le plus affecté par le virus dans le sous-continent et le deuxième dans le monde, comptabilisant le plus de nouveaux décès en 24 heures, soit 1.214. Le bilan officiel brésilien à la date de samedi était de 1.839.850 cas confirmés de contamination et 71.469 décès.

Au Chili, le bilan a dépassé les 11.000 morts. Le Pérou, également très touché par la pandémie, comptait samedi 322.710 cas de contamination et 11.682 décès, selon le ministère péruvien de la Santé. La Colombie a dépassé samedi le seuil des 5.000 décès, selon un bilan officiel.

Appel au port du masque

En France, 14 médecins de renom ont réclamé "le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics clos" en France pour éviter que l'épidémie ne reparte, constatant un relâchement dans le respect des gestes barrières.

Bond record des nouveaux cas de coronavirus en Inde

L'Inde a rapporté dimanche un nouveau record du nombre de nouvelles contaminations, avec 28.637 infections au Covid-19 rapportées en 24 heures. Selon le dernier bulletin du ministère de la Santé indien, le géant asiatique compte un total de 849.553 contaminations avérées au coronavirus et 22.674 morts, dont 551 décès depuis samedi 8h00. Une note positive tout de même: le taux de guérison a atteint près de 63%. Plus de 500.000 patients qui ont contracté le Covid-19 sont guéris. L'infection virale s'est propagée de plus belle en Inde le mois dernier, alors que le confinement a été assoupli et que le travail a repris dans les usines, commerces et bureaux. Les 100.000 derniers nouveaux cas ont été rapportés en quatre jours.

Le ministre des Affaires extérieures Subrahmanyam Jaishankar a toutefois défendu la stratégie de l'Inde pour lutter la pandémie, en réponse aux critiques adressées au gouvernement. "Dans notre cas, en reconnaissant nos capacités et nos limites, nous avons choisi de nous appuyer très largement sur la distanciation sociale. (...) Nous avons confiné très tôt, nous avons très rapidement restreint les voyages et le résultat est que, trois mois plus tard (...) si la charge de travail est importante aujourd'hui, elle ne l'est pas proportionnellement à la population." L'Inde, avec ses 1,3 milliard d'habitants, représente environ 12% des cas de Covid-19 dans le monde, un taux qui devrait augmenter. Cela fait du pays le troisième le plus touché par la pandémie, après les Etats-Unis et le Brésil, en termes de nombre de contaminations.

Experts en Chine

Un épidémiologiste et un spécialiste de la santé animale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) se rendent ce week-end en Chine pour une mission exploratoire visant à déterminer l'origine du nouveau coronavirus.