La pandémie a fait au moins 2.903.907 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à 10h00 GMT.

Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts (560.115), devant le Brésil (345.025), le Mexique (206.146), l'Inde (167.642) et le Royaume-Uni (126.980).

Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.

EUROPE

France: 10 millions de premières doses

La France a dépassé jeudi les 10 millions de premières injections, une barre symbolique mais encore très éloignée d'une protection totale face à l'épidémie.

Malgré tout, le Covid-19 continue de remplir les services de réanimation: avec 5.729 patients au total, le niveau se rapproche du pic de la première vague (7.000 en avril 2020).

Islande: les voyageurs vaccinés devront se faire tester

L'Islande, qui laisse entrer depuis début avril sans autre forme de contrôle tous les voyageurs présentant un certificat de vaccination contre le Covid-19, a annoncé jeudi qu'ils devront désormais se faire tester à leur arrivée.

Norvège: amende pour la cheffe du gouvernement

La Première ministre norvégienne Erna Solberg a écopé vendredi d'une lourde amende (près de 2.000 euros) pour avoir enfreint les règles anti-Covid en organisant, dans un cadre familial trop élargi, un repas pour son 60e anniversaire auquel elle n'a pas elle-même participé.

Fin février, 13 membres de sa famille avaient dîné dans un restaurant de la station de ski de Geilo, alors que les règles limitaient à 10 le nombre de participants à un événement privé dans un espace public. Mme Solberg n'avait pu y prendre part en raison de problèmes oculaires.

AMÉRIQUE

Chili: plus de jeunes que de personnes âgées en soins intensifs

Les patients de moins de 39 ans admis en soins intensifs au Chili sont désormais plus nombreux que ceux de plus de 70 ans, ont indiqué jeudi les autorités sanitaires, notant un "changement radical" par rapport à la première vague de coronavirus.

AFRIQUE

Vaccination: l'Afrique en marge

L'Afrique demeure "en marge" dans la campagne de vaccination contre le Covid-19, avec seulement "2% des vaccins administrés dans le monde", a déploré jeudi la directrice pour l'Afrique de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Ce continent est cependant moins touché par la pandémie, avec 4,3 millions de cas dont 114.000 morts sur une population de 1,2 milliard d'habitants, selon le dernier décompte de l'OMS-Afrique.

ASIE

Japon: nouvelles restrictions anti-Covid à quelque 100 jours des JO de Tokyo

Les autorités japonaises s'apprêtaient vendredi à renforcer les mesures contre le coronavirus à Tokyo, moins de trois semaines après la levée de l'état d'urgence dans la capitale et à un peu plus de 100 jours des Jeux olympiques.

Les JO de Tokyo-2020, retardés d'un an en raison de la pandémie, doivent s'ouvrir le 23 juillet dans la capitale japonaise où les infections avaient diminué grâce à l'état d'urgence mais où elles sont reparties à la hausse depuis la levée des restrictions le 21 mars. Les nouvelles mesures --qui sont beaucoup moins sévères que les stricts confinements imposés dans d'autres pays-- prévoient la fermeture des restaurants et des bars à 20H00, sous peine d'amendes pour les entreprises récalcitrantes. La ville d'Osaka (ouest) fait déjà l'objet de mesures spéciales après une recrudescence des cas de Covid-19, qui a entraîné l'annulation du relais de la flamme olympique sur la voie publique dans l'ensemble du département.

A partir de lundi et jusqu'au 11 mai, une grande partie de la capitale japonaise sera aussi soumise aux nouvelles mesures qui sont globalement similaires à l'état d'urgence précédent, mais qui permettent de cibler plus facilement des foyers d'infection, ont indiqué les autorités. "Pour la gestion de la crise, j'ai demandé que des mesures spéciales soient appliquées à Tokyo", a déclaré la gouverneure de la ville Yuriko Koike aux journalistes jeudi soir. "Il est urgent que nous prenions des mesures plus nombreuses et plus fortes, telles que la réduction des flux de personnes entre les grandes villes, sinon nous allons forcément assister à une situation où les infections vont se propager et devenir plus graves", a déclaré Mme Koike.

La ville de Kyoto (ouest) et plusieurs zones du département d'Okinawa (sud) seront également sous le coup des nouvelles mesures jusqu'au 5 mai, y compris la semaine de congés de la "Golden Week" au cours de laquelle elles sont habituellement inondées de visiteurs. Malgré plusieurs vagues d'infections, le Japon a été relativement épargné jusqu'ici par rapport à d'autres pays, avec quelque 9.300 décès officiellement recensés dans l'archipel depuis janvier 2020. Mais les centres urbains assistent à une recrudescence des cas de Covid-19, les professionnels de santé signalant une pression croissante sur leurs infrastructures et leur personnel. Des médecins ont également signalé la propagation rapide de variants. La vaccination progresse très lentement au Japon qui n'a approuvé jusqu'ici que le vaccin de l'entreprise pharmaceutique américaine Pfizer. Seuls des personnels soignants ont reçu des doses, et la vaccination des personnes âgées devrait commencer la semaine prochaine. Aucune date n'a encore été annoncée pour la vaccination de la population générale.

Hong Kong suspend sa commande d'AstraZeneca 

Hong Kong a suspendu, pour "éviter tout gaspillage", sa commande de vaccin AstraZeneca par craintes d'effets secondaires et d'inquiétudes quant à son efficacité contre les nouveaux variants du coronavirus.

Pour vacciner ses 7,5 millions d'habitants, le riche centre financier a signé des contrats avec l'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech et le laboratoire chinois Sinovac, dont les livraisons sont en cours.

Pénurie de vaccins en Inde

L'Inde, où 87 millions de doses de vaccin ont été administrées jusqu'ici pour une population de 1,3 milliard d'habitants, est confrontée à une pénurie, selon les médias locaux, au moment où le nombre d'infections a atteint un nouveau record quotidien.

Les principaux centres de vaccination de Bombay étaient notamment à court de doses jeudi, et l'immense hôpital général a complètement arrêté les injections.

A Manille, les hôpitaux vivent "le pire des cauchemars" avec une flambée des cas de Covid

"Le pire des cauchemars". C'est ainsi qu'un responsable des hôpitaux de Manille décrit la situation face à une flambée des cas de Covid-19 qui contraint nombre de Philippins à chercher en vain une place pour un proche agonisant.

Des variants plus contagieux du coronavirus sont à l'origine d'une hausse record du nombre de contaminations dans la métropole philippine à nouveau confinée.

Devant les services d'urgence des hôpitaux de la capitale, d'immenses files d'attente se forment, contraignant les familles à faire désespérément le tour des établissements médicaux pour trouver un lit.

C'est l'expérience vécue en mars par Angelo Barrera dont le père est mort, cinq heures après avoir été inscrit sur une liste d'attente.

"Ils l'ont conduit dans huit hôpitaux qui étaient tous débordés", raconte M. Barrera, qui s'activait de son côté à téléphoner à une vingtaine de centres médicaux.

L'état de santé du pasteur de 61 ans, qui ne souffrait d'aucun facteur de comorbidité, s'est soudainement dégradé.

"Le urgences étaient pleines tout comme leur liste d'attente. Certains hôpitaux nous ont dit qu'une quarantaine de patients attendaient d'y être admis", se souvient M. Barrera.

Finalement, vers 4 heures du matin, une grande clinique privée l'a ajouté sur sa liste d'attente aux soins intensifs.

Le pasteur était sur un brancard et sous oxygène, à l'extérieur des urgences bondées quand il a rendu son dernier souffle.

Une ligne téléphonique permettant d'orienter les malades du Covid-19 vers un hôpital a été ouverte mais, totalement débordée, elle est incapable de gérer les centaines d'appels reçus chaque jour.

Beaucoup se sont donc tournés vers les réseaux sociaux pour obtenir des informations sur les établissements susceptibles d'avoir encore de la place ou exprimer leur colère.

"Nous avons appelé 48 hôpitaux dans et autour de la métropole de Manille pour une amie dont le taux d'oxygène est de 75%. Tous étaient pleins. Beaucoup ne voulaient pas nous ajouter sur leur liste d'attente", a twitté Laurel Flores Fantauzzo, le 31 mars avant de lancer un "aidez-nous".

Afin de ralentir la propagation du virus et de décongestionner les hôpitaux, les autorités ont ordonné en mars le confinement des 24 millions d'habitants de la capitale et de quatre régions périphériques.

Une semaine après, 70 à 80% des lits dédiés aux patients souffrant du Covid étaient occupés alors que ceux des soins intensifs étaient pleins à "près de 100%" dans une majeure partie de la capitale, selon la sous-secrétaire au sein du ministère de la Santé Maria Vergeire.

"C'est une situation catastrophique, le pire cauchemar pour un directeur d'hôpital", reconnait Jaime Almora, président de l'Association des hôpitaux des Philippines.

Leland Ustare, anesthésiste au centre médical St Luke; affirme que certain patients attendent pendant des jours aux urgences avant d'obtenir un lit en soins intensifs.