La pandémie a fait au moins 760.739 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP samedi à la mi-journée. Plus de 21 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont au moins 12,9 millions ont été guéris.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé (169.463 décès). Viennent ensuite le Brésil (107.232 morts), le Mexique (55.908), l'Inde (49.036) et le Royaume-Uni (41.358).

Plus de 200 nouveaux cas en un jour en Corée du Sud, une première depuis mars

Les autorités sanitaires sud-coréennes ont signalé dimanche 279 nouveaux cas de coronavirus, marquant la première fois depuis mars que les nouvelles infections quotidiennes dépasse la barre des 200, a rapporté l'agence de presse Yonhap. Le pays a connu une forte hausse des infections au cours des trois derniers jours, selon les données du Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies (KCDC). Le nombre total de contaminations s'élève désormais à 15.318. Parmi les nouveaux cas, 267 étaient des transmissions locales, selon le KCDC.

Les autorités craignent que cette nouvelle poussée du coronavirus ne s'étende au-delà de leur contrôle. Séoul est particulièrement touchée, avec l'apparition de foyers parmi les congrégations religieuses de la ville et de ses environs.

Le gouvernement a imposé une série de restrictions dans la zone métropolitaine de la capitale samedi en réponse à cette flambée épidémique. Les institutions publiques, y compris les centres sociaux, les bibliothèques et les musées doivent maintenant rester fermés à Séoul et dans la ville voisine de Gyeonggi pour les deux prochaines semaines.

Les clubs, les bars karaoké, les salles de sport et les salles de concert peuvent également être fermées si elles ne respectent pas les directives, dont celle de tenir une liste de leurs clients.

Parmi les autres mesures, il y a également le retour des matchs de football et de base-ball à huis clos, après une réouverture partielle des stades aux fans.

La Corée du Sud a connu plusieurs grappes d'infection sporadiques depuis qu'elle a assoupli sa politique de distanciation sociale plus stricte le 6 mai.

Record de nouveaux cas en France

Un indicateur inquiète particulièrement. Le nombre de cas de coronavirus est reparti à la hausse: 3.310 en 24 heures, selon les chiffres mis en ligne samedi soir par Santé Publique France. Ce record depuis mai, mois du déconfinement, est en partie un effet du dépistage massif en cours, mais pas seulement puisque le taux de positivité dans la population augmente régulièrement.

Cette tendance conduit à une multiplication des mesures préventives prises par les autorités. Même si pour le moment le nombre des décès quotidiens est bien loin des heures sombres (moins de 30 par jour depuis mi-juillet, plus de 30.400 au total depuis le début de l'épidémie) et que la situation en réanimation reste stable (376 malades selon Santé Publique France).

"En tant que médecin, je pense que la situation est très préoccupante, en tant que citoyen, j'ai peur, je ne suis pas certain qu'on retrouve le monde d'avant", a lâché samedi sur BFMTV le professeur Xavier Lescure, spécialiste en maladies infectieuses à l'hôpital Bichat (Paris).

Les restrictions se multiplient dans le monde

Quarantaine pour les voyageurs arrivant de France au Royaume-Uni, masque obligatoire dans la rue: de nombreux pays musclent leur dispositif pour contrer un rebond du nouveau coronavirus.

Le Royaume-Uni a imposé samedi 14 jours d'isolement aux voyageurs arrivant de France, où l'épidémie progresse, mais aussi des Pays-Bas et de Malte, un peu plus d'un mois après les en avoir exemptés. Paris a menacé Londres d'une "mesure de réciprocité".
Le masque, déjà obligatoire dans certaines rues de Paris, l'est désormais dans des quartiers entiers de la capitale française, dont une grande partie du centre, du quartier latin et des Champs-Elysées.

Le préfet a également interdit les rassemblements de plus de dix personnes si les gestes barrières ne sont pas garantis.

Les masques seront obligatoires dans les transports en commun au Danemark à partir du 22 août, alors que le pays connaît une reprise légère de l'épidémie.

La Corée du Sud durcit les mesures de distanciation sociale et impose de nouveau que les rencontres sportives se jouent à huis clos à Séoul, face à la crainte d'un regain de l'épidémie dans la capitale et ses environs.

Réouverture des lieux touristiques en Algérie et à Rio

L'Algérie rouvre progressivement ses mosquées et les lieux de détente comme les cafés, restaurants, parcs et plages.

Les services de sécurité sont chargés de veiller au respect du port du masque, obligatoire en public, et des consignes de distanciation entre les baigneurs.

Les principaux lieux touristiques de Rio de Janeiro, dont la célèbre statue du Christ Rédempteur connue dans le monde entier, ont rouvert au public, après cinq mois de fermeture.

La course aux vaccins

Quelques jours après l'annonce par Vladimir Poutine qu'un premier vaccin "assez efficace" avait été mis au point en Russie (et testé sur la propre fille du président russe), Moscou a annoncé avoir produit les premières doses.

Le "Spoutnik V" est cependant perçu avec scepticisme par le reste du monde, la phase finale des essais n'ayant commencé que cette semaine.

L'obtention d'un vaccin reste l'un des principaux espoirs de la planète pour se débarrasser des restrictions drastiques mises en place pour freiner la propagation du Covid-19, qui a fauché plus de 760.000 vies dans le monde.

Dans la course aux vaccins, les Etats-Unis (qui comptent plus de 5,3 millions de cas et près de 170.000 morts selon le dernier bilan de l'université John Hopkins) ne sont pas en reste, avec des essais cliniques de vaccins expérimentaux anti-Covid en Floride notamment.

L'organisme privé Research Centers of America (RCA), situé dans la ville d'Hollywood, à une quarantaine de kilomètres au nord de Miami, teste au total six vaccins expérimentaux contre le Covid-19, dont deux sont en phase 3.

Le RCA teste chaque jour un vaccin expérimental différent. Aujourd'hui: le mRNA-1273 développé conjointement par la biotech Moderna et les Instituts nationaux de santé américains (NIH), dont les tests de phase 3 ont commencé le 27 juillet à travers le pays.

Chaque vaccin expérimental sera injecté à 30.000 personnes, dans des dizaines de centres américains, la plupart en Floride, en Californie et au Texas, les Etats les plus touchés.

Les volontaires s'inscrivent en ligne avant d'être contactés par la clinique. Tout le monde peut participer.