Le nombre de morts du Covid-19 en Espagne de mars à mai estimé à plus de 45.000

Le nombre de personnes décédées du Covid-19 en Espagne durant les trois premiers mois de la pandémie, entre mars et mai, a dépassé les 45.000, environ 18.000 de plus que le bilan officiel fourni par les autorités, selon un rapport de l'Institut national de la Statistique (INE) publié jeudi. L'INE précise que ce total de 45.684 décès regroupe à la fois ceux pour lesquels le virus a été identifié de manière certaine comme étant la cause (32.652) de la mort et ceux pour lesquels le Covid-19 est soupçonné d'en être à l'origine en raison de "symptômes compatibles avec la maladie".

Le nombre officiel de morts fourni par le ministère de la Santé pour ces trois mois est légèrement supérieur à 27.000. L'estimation de l'INE est donc de 68% supérieure au bilan officiel du gouvernement.

Le nombre total de victimes en Espagne était mercredi soir de 47.019 morts, ce qui fait de ce pays le quatrième comptant le plus de décès du Covid-19 en Europe après le Royaume-Uni, l'Italie et la France.


Le ministère de la Santé a laissé entendre dans le passé que le nombre réel de victimes de la pandémie était sans doute supérieur au chiffre qu'il fournit quotidiennement, celui-ci ne tenant compte que des personnes pour lesquels le coronavirus a été clairement identifié comme la cause du décès.

En ce qui concerne le nombre de cas, il était mercredi soir de 1.712.101 cas, mais il est, là encore, admis que le nombre réel de personnes infectées est nettement supérieur.

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, avait lui-même indiqué le 23 octobre que "le nombre réel de personnes infectées (dépassait) déjà les trois millions" en Espagne.

La tendance se poursuit aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont déploré mercredi plus de 3.000 morts du coronavirus en 24 heures et plus de 220.000 nouvelles infections, un niveau frôlant les records, selon les données de l'université Johns Hopkins, qui font référence. Les autorités sanitaires américaines s'attendaient à cette flambée après les déplacements de millions d'Américains à l'occasion de la fête de Thanksgiving il y a deux semaines, malgré les appels à rester chez soi.

La Californie, dont des régions entières se sont reconfinées en début de semaine, a enregistré à elle seule plus de 30.000 cas de Covid-19 mercredi, un record pour un Etat sur une journée, selon le Covid Tracking Project.

Le nombre de patients hospitalisés aux Etats-Unis pour cause de Covid-19 continue lui aussi de battre des records: plus de 106.000 personnes mercredi.

Depuis deux semaines, la barre des 2.000 morts quotidiens est régulièrement franchie aux Etats-Unis, comme au printemps, au plus fort de la première vague de l'épidémie, qui n'est jamais vraiment retombée dans le pays.

Les Américains, confrontés à ce rebond spectaculaire, s'accrochent à l'espoir de la distribution imminente d'un vaccin.

Les données du vaccin des laboratoires Pfizer/BioNTech seront examinées jeudi par des experts américains indépendants. Il pourrait être autorisé dans les prochains jours, et le vaccin de Moderna dès la semaine prochaine.

Au total, plus de 15 millions de personnes ont contracté le Covid-19 aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie. Près de 290.000 personnes y sont décédées des suites de la maladie.

Nouveau record d'infections au Covid-19 en Allemagne, avec 23.679 cas en 24 heures

L'Allemagne a enregistré 23.679 cas de coronavirus en 24 heures, selon le dernier décompte jeudi par l'institut Robert Koch (RKI) à Berlin qui fait foi en la matière dans le pays frontalier de la Belgique. Le précédent record d'infections datait du 20 novembre, avec 23.648 cas rapportés.


L'institut a annoncé 440 nouveaux décès en un jour alors que la veille un record de 590 décès avait été enregistré. Le nombre total de personnes qui sont décédées des suites du Covid-19 est désormais passé à 20.372 en Allemagne. Plus de 1,2 million de personnes ont en tout été infectées dans le pays depuis le début de la pandémie.

La poursuite de l'augmentation des contaminations et décès s'inscrit dans un contexte de confinement partiel dans la République fédérale, qui n'a pas à ce jour permis de reprendre la maitrise de la seconde vague de l'épidémie.

"Le nombre de contacts" entre personnes "est trop élevé, la réduction du nombre de contacts est insuffisante", a déclaré la chancelière allemande mercredi. Elle a jugé "justifiées" les propositions visant à la fermeture au plus tard entre Noël et la mi-janvier de tous les magasins non alimentaires et des écoles notamment. Elle a aussi exhorté à réduire "au minimum" les contacts d'ici les fêtes, évoquant la possibilité d'avancer le début des vacances scolaires.