Le seuil des 750.000 morts du Covid-19 dans le monde a été franchi jeudi et l'inquiétude persiste face à une résurgence de la maladie, poussant de nombreux pays à imposer de nouvelles restrictions pour limiter sa propagation.

France

Avec 2.846 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures "la situation se dégrade" en France, a résumé vendredi le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, alors qu'un collectif de médecins prône la généralisation du masque en entreprise.

A Paris, le port obligatoire du masque sera étendu à partir de samedi matin à de nombreuses zones dont une partie des Champs-Elysées, le quartier du Louvre et celui des Batignolles, a annoncé vendredi le préfet de police de Paris. "Si la situation épidémiologique devait à nouveau se dégrader, le port du masque pourrait devenir obligatoire sur l'ensemble de la capitale", est-il précisé. Les rassemblements et manifestations de plus de dix personnes qui ne garantiront pas le respect des mesures barrières seront par ailleurs interdits. 

Le taux de positivité continue d'augmenter, avec désormais 2,4% des personnes testées qui se révèlent contaminées, affirme la Direction générale de la Santé dans son communiqué quotidien. 609.527 tests ont été réalisés sur les sept derniers jours. Au cours des dernières 24 heures, 18 malades sont décédés, portant à 30.406 le nombre de morts depuis le début de l'épidémie. Mais le nombre de patients hospitalisés en réanimation continue de baisser, avec 367 malades, soit 7 de moins en 24 heures. Jeudi soir, Santé Publique France avait déjà signalé que les indicateurs continuaient "de se dégrader" et que la transmission du virus "s'accentu(ait)", "plus particulièrement" chez les jeunes. 

Sur France Inter vendredi matin, M. Salomon s'est toutefois voulu optimiste: "on peut freiner l'épidémie et mettre fin à des clusters à risque", a-t-il dit en citant le cas de la Mayenne, département où plusieurs foyers de Covid-19 avaient été identifiés. "Les Mayennais se sont mobilisés, ont observé l'ensemble des gestes barrières, ont accepté de se faire tester massivement: ça a marché! ". Vingt-sept nouveaux clusters ont été signalés depuis jeudi sur l'ensemble du territoire, pour un total de 342 encore actifs, selon la DGS. Paris et Marseille restent "particulièrement à risque" et "une vingtaine de départements sont au-dessus d'un certain seuil de vigilance", a dit Jérôme Salomon. La capitale et les Bouches-du-Rhône ont été classés zones de "circulation active" du virus ce qui permet à leurs préfets de prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre l'épidémie, en concertation avec les élus, par un décret publié vendredi au Journal officiel. Face à la remontée du nombre de cas de contaminations, de plus en plus de grandes villes et de communes touristiques imposent le port d'un masque dans la rue, notamment sur les marchés ou certaines artères très fréquentées.

USA

Aux Etats-Unis, la question ultra-sensible du port du masque est revenue jeudi sur le devant de la scène avec l'appel du candidat démocrate Joe Biden à l'imposer dans tout le pays, une idée aussitôt balayée par son rival républicain Donald Trump, qui l'a accusé de vouloir "enfermer tous les Américains dans leur sous-sol pendant des mois".

Les Etats-Unis demeurent le pays le plus endeuillé (166.038 décès), devant le Brésil (105.463 morts), le Mexique (55.293) et l'Inde (47.033).

Au total, la pandémie a déjà fauché 750.471 vies dans le monde pour un total de presque 20,7 millions de cas de contaminations officiellement recensés.

Mexique

La frontière entre le Mexique et les États-Unis restera fermée jusqu'au 21 septembre, ont rapporté jeudi plusieurs médias mexicains. Le Mexique était d'avis de prolonger la fermeture en raison de l'augmentation des cas de Covid-19 dans le sud-ouest des États-Unis, selon le ministre mexicain des Affaires étrangères, cité par plusieurs médias.

La fermeture des frontières, entrée en vigueur le 21 mars, a déjà été prolongée à plusieurs reprises. Elle était actuellement étendue jusqu'au 21 août.

Le Mexique a enregistré jusqu'à présent plus de 542.500 infections et plus de 57.200 décès.

Amérique latine

Le vaccin sur lequel travaille le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca et qui doit être produit en Argentine et au Mexique à destination des pays d'Amérique latine (sauf le Brésil) devrait être prêt dès le premier trimestre 2021, a assuré jeudi le président mexicain Andrés Manuel López Obrador.

"On raccourcit le processus (...), mais on pense avoir des résultats dès fin novembre (...) et commencer la fabrication pour disposer du vaccin à partir du premier trimestre de l'année prochaine", a dit le dirigeant en conférence de presse. L'Argentine et le Mexique vont prendre en charge la production et la distribution en Amérique latine du futur vaccin contre le coronavirus élaboré conjointement par le laboratoire AstraZeneca et l'université d'Oxford, avec un financement de la Fondation Carlos Slim. Le Brésil n'est pas concerné car il a passé un accord séparément. Le président Lopez Obrador a assuré que le vaccin serait "universel et gratuit" au Mexique. "Tous les Mexicains auront accès au vaccin. Les plus humbles n'ont pas à s'inquiéter", a dit le chef d'État de gauche. "L'idée n'est pas de faire du profit, mais de garantir l'accès à l'Amérique latine", a dit le chef de la diplomatie mexicaine, Marcelo Ebrard, lors de la même conférence de presse. M. Ebrard présidera une réunion virtuelle de la Communauté des Etats latino-américains et caribéens (CELAC) pour présenter cet accord sur le vaccin et sa distribution dans la région, a précisé cet organisme sur Twitter.

Vénézuela

Le chef du gouvernement de Caracas, Dario Vivas, qui représente le gouvernement national dans la capitale vénézuélienne, est décédé jeudi à l'âge de 70 ans, près d'un mois après avoir été testé positif au coronavirus, a-t-on appris de sources officielles.

Pérou

Le Pérou, troisième pays le plus endeuillé d'Amérique latine, a dépassé la barre des 25.000 décès dus au coronavirus jeudi et atteint un demi-million de cas confirmés, a annoncé le ministère de la Santé.

"Nous avons un total de 25.648 décès", a déclaré le vice-ministre de la Santé, Luis Suarez, lors d'une conférence de presse, dont un record de 277 décès au cours des dernières 24 heures.

Colombie

Plus de 14.000 personnes sont mortes du coronavirus en Colombie depuis la détection d'un premier cas dans le pays le 6 mars, selon le dernier bilan officiel publié jeudi.

Le ministère de la Santé a fait état de 308 décès supplémentaires, portant le total des morts à 14.145 pendant ces cinq mois d'urgence sanitaire. Les autorités précisent que ce bilan ne donne pas le nombre de morts en 24 heures, mais regroupe les données rassemblées à travers le pays au cours des 10 derniers jours.

Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande a prolongé d'au moins 12 jours le nouveau confinement d'Auckland après la propagation de l'épidémie en dehors de la plus grande ville du pays, a annoncé vendredi la Première ministre Jacinda Ardern. "Le gouvernement a accepté de maintenir les mesures actuelles pendant 12 jours supplémentaires, ce qui porte (le confinement) à deux semaines complètes au total", a déclaré Mme Ardern.

Depuis que quatre membres d'une même famille d'Auckland ont été testés positifs mardi au coronavirus, après une remarquable série de 102 jours sans contamination locale, la Nouvelle-Zélande a enregistré une trentaine de nouveaux cas.

La nouvelle vague de cas de coronavirus en Nouvelle-Zélande s'est propagée au-delà d'Auckland, la plus grande ville du pays où elle etait jusqu'alors cantonnée, ont annoncé vendredi les autorités.

Le ministre de la Santé Chris Hipkins a fait état de 12 cas supplémentaires de transmission locale, et d'un cas probable. Une trentaine de cas ont été enregistrés depuis que le coronavirus a recommencé à se propager dans l'archipel océanien, après une remarquable série de 102 jours sans contamination locale. M. Hipkins a précisé que deux des cas avaient été enregistrés à Tokoroa, à 210 km au sud d'Auckland.

Cette propagation est intervenue en dépit du nouveau confinement imposé à Auckland, dans un premier temps à compter de mercredi à la mi-journée jusqu'à vendredi minuit.

Des policiers ont été affectés au contrôle des sorties de la ville alors que des équipes sanitaires s'activent à identifier l'origine des nouveaux cas et que la campagne de dépistage a été intensifiée.

Mme Ardern a indiqué que des tests génétiques n'ont pas permis d'établir un lien entre cette épidémie et les cas de Covid-19 enregistrés sur des personnes en provenance de l'étranger et placées en quarantaine.

Aucun lien avec la première vague de contaminations en mars-avril n'a également pu être établi.

La Première ministre a cependant salué la rapidité avec laquelle cette nouvelle épidémie a été détectée et s'est montrée optimiste sur la capacité du pays à l'enrayer.

"Des tests approfondis et la recherche des contacts ont permis de déterminer que la première personne porteuse a été malade vers le 31 juillet", a-t-elle affirmé.

La Nouvelle-Zélande n'a jusqu'ici enregistré que 22 décès dus au coronavirus sur son sol pour une population de 5 millions d'habitants.

Corée du Nord

La Corée du Nord a annoncé vendredi la levée du confinement d'une ville située à la frontière intercoréenne. Il avait été instauré fin juillet après la découverte sur son son sol d'un premier cas "suspect" de coronavirus. "Il a été prouvé que la situation (...) a été stabilisée", a déclaré le leader Kim Jong Un, selon l'agence de presse officielle KCNA.

Jusqu'à présent, Pyongyang a affirmé ne pas avoir enregistré de cas de Covid-19 sur son territoire, ce dont les experts internationaux doutent au vu des ravages causés par le virus à travers la planète.

Les autorités nord-coréennes avaient ordonné fin juillet le confinement durant trois semaines de la ville de Kaesong (sud) après l'arrestation d'un homme de 24 ans, présentant des symptômes du virus, accusé d'avoir franchi illégalement "la ligne de démarcation" qui fait office de frontière avec la Corée du Sud.

M. Kim a tenu à "exprimer ses remerciements... aux habitants de la région confinée qui ont été fidèles aux mesures prises par notre Parti et notre gouvernement en dépit des désagréments subis au cours de la quarantaine".

La Corée du Nord a fermé ses frontières fin janvier, au moment où l'épidémie explosait en Chine, et a imposé des restrictions drastiques à sa population, notamment un confinement strict à des milliers de personnes.

Corée du Sud

Les autorités sud-coréennes ont signalé vendredi 85 nouvelles infections locales au Covid-19, le nombre le plus élevé depuis mars, selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. Sur les 103 cas totaux, seuls 18 sont "importés", selon le Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies (KCDC).

Les nouvelles infections locales, principalement recensées à Séoul et dans la province voisine de Gyeonggi, ont presque doublé depuis la veille. Selon Yonhap, il s'agit du nombre le plus élevé depuis les 88 recensés le 31 mars.

En Corée du Sud, 14.873 infections ont été détectées au total, dont 2.618 ont été "importées", d'après le KCDC.