La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 774.832 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi.

Plus de 21.936.820 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 171.679 décès pour 5.480.487 cas recensés. Viennent ensuite le Brésil avec 109.888 morts, le Mexique (57.023), l'Inde (51.797) et le Royaume-Uni (41.369).

Argentine

L'Argentine a dépassé mardi le seuil des 300.000 contaminations au coronavirus et a enregistré 235 nouveaux décès en 24 heures, un de ses bilans quotidiens les plus élevés, a annoncé le ministère de la Santé. Les autorités ont fait état mardi de 6.840 nouvelles contaminations au cours des 24 heures précédentes, ce qui porte le total des cas confirmés à 305.953. Et les 235 nouveaux décès enregistrés portent le bilan des morts à 6.048.

Selon les données officielles, 223.531 personnes infectées en Argentine ont guéri du Covid-19.

Le taux de mortalité actuel de l'Argentine, qui compte 44 millions d'habitants, est selon les chiffres du ministère de la Santé de 115 décès pour un million d'habitants, le plus bas de la région après l'Uruguay et le Paraguay.

Lundi s'est tenu à Buenos Aires un rassemblement soutenu par l'opposition pour protester contre les mesures de confinement et d'isolement social, considérées par les manifestants comme portant atteinte à la liberté des citoyens.

Le confinement, qui a été très assoupli dans la zone métropolitaine de Buenos Aires mais reste plus strict dans plusieurs provinces, doit durer jusqu'au 30 août

Corée du Sud

Les autorités sanitaires sud-coréennes ont signalé 297 nouveaux cas de coronavirus mercredi, soit la plus forte augmentation depuis le début du mois de mars, rapporte l'agence de presse Yonhap.

Ces derniers jours, le nombre d'infections en Corée du Sud augmente rapidement. En une semaine, près de 1.300 nouveaux cas ont été signalés. Au total, plus de 16.000 Sud-Coréens ont été infectés par le coronavirus, tandis que 300 autres en sont morts.

Parmi les nouvelles infections, 283 ont été transmises localement. Plus de la moitié ont été enregistrées dans la capitale Séoul, et 94 autres dans la province voisine de Gyeonggi.

Le bilan de mercredi est le plus élevé depuis le 8 mars. À l'époque, 367 nouvelles infections avaient été recensées en Corée du Sud.

La Corée du Sud, qui avait jusqu'ici réussi à juguler l'épidémie grâce à aux tests et au traçage des contacts des personnes infectées, interdit les grands rassemblements et ordonne la fermeture des boîtes de nuit, des musées ainsi que de certains restaurants à Séoul et dans sa région en raison d'une hausse des cas de coronavirus.

La Corée du sud renforce les contrôles

Reconfinement au Liban

Les autorités libanaises ont décrété un reconfinement d'une durée de plus de deux semaines à partir de vendredi après une forte hausse des contaminations au nouveau coronavirus.

Un couvre-feu quotidien de 18H00 à 06H00 locales sera également imposé, a annoncé mardi le ministère de l'Intérieur alors que le pays a recensé officiellement jusqu'à présent un total de 9.758 cas, dont 107 décès.

Masques en entreprise en France

Le port du masque sera "systématisé" dans les entreprises françaises d'ici à la fin août, y compris dans les open space, a annoncé le gouvernement, rejoignant les appels récents émis par plusieurs infectiologues.

Le protocole actuel impose le masque en entreprise en France uniquement quand la distanciation d'un mètre n'est pas respectée.

La Finlande durcit ses restrictions aux frontières, les "plus sévères de l'UE"

Pour "préserver la situation relativement bonne" face au Covid-19 à l'intérieur de ses frontières, la Finlande a retiré de sa liste verte la plupart des voyageurs venant des pays de l'Union européenne, qui devront dorénavant observer une quarantaine à leur arrivée, a annoncé mercredi le gouvernement. La mesure, visant à contenir la propagation du virus et qui entrera en vigueur à compter du 24 août, ne concerne pas les personnes venant d'Italie, de Hongrie, de Slovaquie, d'Estonie et de Lituanie, où le taux d'infection au cours des 14 derniers jours a été faible.

Les voyageurs en provenance des autres pays de l'UE, dont la Belgique et la France qui n'étaient déjà plus sur la liste verte des autorités finlandaises, doivent justifier d'une raison "valable" pour se rendre dans le pays nordique - et observer une quarantaine de deux semaines à leur arrivée.

"La politique aux frontières de la Finlande est la plus stricte de l'Union européenne, car nous avons voulu préserver la situation relativement bonne (du pays) face au virus", a déclaré la ministre de l'Intérieur, Maria Ohisalo, en conférence de presse.

Depuis juin, la Finlande permet aux résidents de pays ayant répertorié moins de huit nouveaux cas de Covid-19 pour 100.000 habitants au cours des deux dernières semaines de passer ses frontières sans restrictions.

Le seuil imposé par le pays nordique est beaucoup plus sévère que celui de la Norvège, qui elle place la barre à vingt nouveaux cas pour 100.000 habitants.

Si la Finlande est selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'un des pays ayant en Europe un taux très bas de contamination (5,3 nouveaux cas pour 100.000 ces deux dernières semaines), elle enregistre actuellement une légère recrudescence du nombre de cas liés au Covid-19 et craint une nouvelle vague du virus dans le pays.

Dans le même temps, Mme Ohisalo a annoncé mercredi que les restrictions aux frontières terrestres avec la Suède et la Norvège seront assouplies, afin de permettre aux personnes vivant de part et d'autre de la frontière de circuler plus facilement au quotidien.

Il est également envisagé d'interdire les vols en provenance de Skopje, en Macédoine de Nord, en raison du "nombre extrêmement élevé d'infections" survenus en Finlande, a annoncé le ministre des Transports Timo Harakka en conférence de presse.

Ces discussions font suite à l'arrivée de passagers aériens en provenance de pays de l'Est ou des Balkans, testés positifs ou qui ont refusé d'être testés à leur arrivée.

Un vaccin "prometteur" et obligatoire ?

L'Australie s'est assurée d'obtenir un vaccin "prometteur" grâce à un accord passé avec le groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca qui est en plein développement de produit. L'Australie fabriquera le vaccin et l'injectera gratuitement à sa population, assure son Premier ministre.

Le pays a lancé mercredi le débat sur la nécessité pour les pays de rendre obligatoire le futur vaccin contre le coronavirus, alors que des contaminations repartent à la hausse et que les restrictions se multiplient dans le monde. "Il y a toujours des exemptions à la vaccination, pour des raisons médicales, mais cela devrait être la seule", a déclaré le Premier ministre Scott Morrison à la radio 3AW de Melbourne. Se faire vacciner devrait "être obligatoire", a-t-il estimé.

Devançant les critiques des mouvements anti-vaccin, M. Morrison a affirmé que les enjeux étaient trop grands pour permettre à la maladie de continuer à se propager librement. "Nous parlons d'une pandémie qui a détruit l'économie mondiale et provoqué des centaines de milliers de morts dans le monde", a-t-il dit.

L'Iran prévoit de son côté d'acheter le premier vaccin mis au point par la Russie contre le coronavirus, sous réserve de l'approbation de l'OMS.

Et un vaccin chinois sera bientôt testé au Pakistan et en Arabie Saoudite pour sa troisième phase d'essais cliniques (sur un grand échantillon d'humains). Développé par le laboratoire chinois CanSinoBio et l'Institut chinois de biotechnologie de Pékin, il a déjà été testé en Chine, en Russie, au Chili et en Argentine.

Extension du port du masque en France et en Grèce

Le port du masque sera obligatoire à partir de vendredi matin sur l'ensemble de la commune de Toulouse en raison de la circulation active du covid-19 dans la 4ème ville de France, a annoncé mercredi le préfet de Haute-Garonne.

"J'ai décidé (...) d'étendre le port du masque sur l'ensemble de la ville de Toulouse à partir du 21 août à 07h00 du matin", a précisé le préfet Etienne Guyot lors d'une conférence de presse. C'est la première fois qu'une telle mesure est imposée à une grande ville en France. Cette obligation est valable un mois de 07h00 du matin à 03h00 du matin pour "les personnes de plus de 11 ans qui se déplacent à l'air libre".

La Grèce a annoncé mercredi le port du masque obligatoire sur l'île de Mykonos et en Chalcidique, dans le nord du pays, après une flambée du nombre de cas du nouveau coronavirus ces derniers jours.

Cette mesure sera appliquée à partir de vendredi et ce jusqu'au 31 août, a annoncé la protection civile grecque. Les habitants et touristes sur l'île touristique de Mykonos et les stations balnéaires de Chalcidique devront porter le masque à l'intérieur et à l'extérieur.