Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

La Grèce va réouvrir ses commerces malgré de nombreux décès et contaminations

La Grèce a annoncé mercredi qu'elle allait rouvrir la plupart de ses commerces et alléger les restrictions concernant les loisirs, malgré un nombre de contaminations et de décès liés au Covid-19 toujours élevé.

Le ministre adjoint de la Protection civile Nikos Hardalias a déclaré que tous les magasins de détail allaient rouvrir lundi, à part les grands magasins et les centres commerciaux.

Les déplacements en voiture seront à nouveau autorisés pour de courtes distances durant les weekends, pour les familles ou des groupes allant jusqu'à trois personnes, pour faire de l'exercice ou des activités en extérieur, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

En permettant aux Grecs de "décompresser" hors de leur domicile alors que la météo s'améliore, le gouvernement espère en retirer des bénéfices au niveau "sanitaire, social et économique", selon M. Hardalias.

La Grèce a répertorié 76 décès du Covid-19 et plus de 3.600 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures.

Au total, le pays a enregistré plus de 260.000 cas de Covid-19 et 8.093 décès depuis le début de la pandémie. Plus de 700 personnes se trouvent actuellement en soins intensifs.

Ferme soutien du passeport vaccinal européen, la Grèce espère démarrer sa saison touristique mi-mai et en tirer des revenus grandement nécessaires.

Quelque 1,6 million de doses de vaccins ont été administrées pour l'instant dans le pays, où plus de 580.000 personnes ont déjà reçu une seconde dose.

La Grèce prévoit de dépenser cette année 11,6 milliards d'euros pour amortir l'impact de la pandémie sur son économie, après en avoir déjà dépensé 24 milliards en 2020.

Le budget grec a été élaboré sur une prévision de croissance de 4,8%, initialement prévue à 7,5% mais abaissée à cause du confinement actuel en cours, instauré en novembre.

L'Italie prolonge les restrictions de lutte contre l'épidémie jusqu'à fin avril

L'Italie a décidé de prolonger les restrictions pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, dont la fermeture de restaurants, commerces et musées jusqu'au 30 avril, selon un décret signé mercredi soir par le Premier ministre Mario Draghi. Le nouveau décret rend obligatoire la vaccination pour les personnels de santé mais garde ouvertes les écoles primaires et prévoit que des mesures d'assouplissement pourront être décidées avant la fin du mois d'avril en cas d'amélioration de la situation sanitaire.

Toutes les régions d'Italie resteront, du 7 au 30 avril, soit classées "rouge", soit "orange", alors que seul le classement "jaune" permettait l'ouverture des restaurants jusqu'à 18H00 et une plus grande mobilité.

L'essentiel du pays est soumis à de sévères restrictions pour endiguer les contagions dans le cadre de la troisième vague du Covid-19 (fermeture au public des bars et restaurants, déplacements limités...).

Toute la péninsule sera en outre classée en zone "rouge" (haut risque de contagion et restrictions maximales) pour le week-end de Pâques, une fête très suivie dans la péninsule qui est habituellement l'occasion de retrouvailles familiales.

La pandémie a jusqu'ici fait plus de 108.000 morts dans le pays, selon le ministère de la Santé.

Ukraine : plus de 400 morts du Covid en 24 heures, un record

L'Ukraine, où la vaccination contre le Covid-19 est à la traîne, a enregistré mercredi un nouveau record de morts liées au coronavirus en 24 heures, dépassant pour la première fois le chiffre de 400. Cette ex-république soviétique a recensé mercredi 11.226 nouveaux cas de coronavirus et 407 morts, contre un précédent plus haut de 362 remontant à la semaine précédente, a déclaré le ministère de la Santé.

Le nombre des hospitalisations quotidiennes a également atteint un nouveau record, 5.558, un défi pour le système de santé très délabré de ce pays, un des plus pauvres en Europe.

Depuis le début de la pandémie, l'Ukraine, qui compte environ 40 millions d'habitants, a enregistré près d'1,7 million d'infections et quelque 32.000 morts.

La vaccination y a commencé le 24 février, minée par des retards de livraison, des problèmes logistiques mais aussi un sentiment anti-vaccin très répandu, nourri encore par les problèmes rencontrés ailleurs en Europe par l'AstraZeneca, le seul vaccin disponible dans ce pays.

A ce jour, à peine plus de 230.000 Ukrainiens en ont reçu une première dose.

L'Ukraine n'a obtenu que 500.000 doses d'AstraZeneca, produites en Inde et commercialisées sous le nom de Covishield. Elle a aussi importé 215.000 doses de CoronaVac, mais le début du déploiement de ce vaccin chinois n'est pas attendu avant la semaine prochaine.

Anne Hidalgo demande la fermeture des écoles à Paris

La maire de Paris Anne Hidalgo a demandé mercredi la fermeture des écoles dans la capitale, au vu de la situation sanitaire "très grave" et de la "désorganisation très grande" dans les établissements. "Il y a besoin de prendre une mesure qui freine", a-t-elle estimé sur BFMTV et RMC, à deux semaines et demie des vacances scolaires en Ile-de-France. "Je pense que les écoles doivent être fermées car c'est une désorganisation très grande aujourd'hui", a-t-elle fait valoir en indiquant qu'"environ 20.000 élèves" ne sont aujourd'hui "pas en classe soit parce qu'ils sont malades, soit parce que les classes sont fermées", celles-ci étant au nombre de 850.

Emmanuel Macron va faire une allocution télévisée ce mercredi à 20h pour annoncer de nouvelles mesures.

Une ville chinoise à la frontière birmane en quarantaine

La ville chinoise de Ruili, à la frontière de la Birmanie, a été placée en quarantaine après la détection de six cas de Covid-19, ont annoncé mercredi les autorités. Ce foyer dans la province du Yunnan (sud-ouest) est le plus gros cas de contagion dont font état les autorités en Chine depuis près de deux mois.

La ville de 210.000 habitants a également signalé trois cas de contamination asymptomatiques chez des ressortissants birmans, selon les autorités sanitaires provinciales.

Les frontières chinoises sont fermées depuis un an. Ruili était avant les restrictions liées à l'épidémie un point de passage important avec la ville de Muse, de l'autre côté de la frontière.

Les autorités ont averti qu'elles "réprimeraient sévèrement les passages clandestins de la frontière" ainsi que les réseaux de passeurs et les personnes qui hébergent des clandestins. Elles n'ont toutefois pas lié spécifiquement les cas de Covid à d'éventuels transfuges birmans.

Le Yémen reçoit un premier lot de vaccins

Le Yémen, pays en guerre et théâtre d'une catastrophe humanitaire d'ampleur, a reçu un premier lot de 360.000 doses du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, par le biais du mécanisme Covax, a annoncé mercredi l'agence des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Cette cargaison est arrivée à Aden (sud), capitale provisoire du gouvernement reconnu par la communauté internationale, et fait partie du programme de "1,9 million de doses que le Yémen devrait recevoir en 2021", a indiqué l'Unicef dans un communiqué.

L'annonce intervient quelques jours après un cri d'alarme lancé par Médecins sans frontières (MSF) sur une propagation rapide de la maladie dans le pays.

L'Australie très en retard sur ses objectifs initiaux de vaccination

L'Australie est très en retard sur ses objectifs de vaccination, a reconnu mercredi le Premier ministre Scott Morrison, attribuant en partie cette déconvenue à des restrictions à l'exportation imposées par l'Union européenne. Profitant de son isolement géographique, l'immense île-continent a été relativement efficace pour combattre la propagation de la pandémie. Mais elle fait partie des pays développés qui, à ce stade, ont le moins vacciné.

Seules 670.000 doses ont été administrées, selon les statistiques officielles, alors que le gouvernement s'était fixé un objectif de quatre millions de doses à la fin mars.

M. Morrison a expliqué que cet objectif avait été fixé il y a plusieurs mois, et que le fait que des doses ne soient pas parties d'Europe "pesait nécessairement sur les résultats préliminaires".

Fin février, Rome avait bloqué l'exportation vers l'Australie de 250.700 doses du vaccin anti-Covid d'AstraZeneca produites sur le sol européen en raison d'une pénurie, des retards d'approvisionnement, et du fait que l'Australie n'était pas considérée comme un pays vulnérable.