Le Canada approuve vaccin de Pfizer-BioNTech

Le Canada a annoncé mercredi avoir approuvé le vaccin de l'alliance Pfizer/BioNTech, devenant ainsi le troisième pays après le Royaume-Uni et Bahreïn à donner son feu vert.

"Les Canadiens peuvent avoir l'assurance que le processus d'examen a été rigoureux et que nous avons mis en place des systèmes de contrôle efficaces", indique le ministère de la Santé dans un communiqué.

Le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau avait annoncé lundi que la vaccination des Canadiens pourrait commencer dans les jours qui suivent l'approbation par le ministère de la Santé.


Le nombre de décès dans le monde dus au Covid-19 s'accélère encore, avertit l'OMS

Le nombre de nouvelles victimes du coronavirus dans le monde a encore augmenté la semaine dernière, de 4%. Après un recul des nouvelles infections la semaine précédente, les contaminations se sont stabilisées, selon des données de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). En Europe, le nombre de personnes qui succombent à la pandémie reste plus important que dans les autres régions. Même si les nouveaux décès ont baissé de 3% et sont désormais inférieurs à la moitié du total dans le monde, ils sont toujours au-dessus de 35.000 sur une semaine, selon les données de l'OMS dévoilées mardi soir et qui portent jusqu'à dimanche matin.

La Méditerranée orientale est la seule autre zone où ce nombre recule, de 13%. En revanche, celui-ci progresse largement sur le continent américain, de 18%.

Les efforts des différents pays se reflètent sur les nouvelles contaminations. Si le total est stable à 3,97 millions sur une semaine, presque toutes les régions ont observé un recul. Celui-ci est le plus important dans une partie de l'Asie, devant l'Europe où les nouvelles contaminations sont 9% moins nombreuses que la semaine précédente.

Pour autant, les nouveaux cas ont avancé de 12% sur le continent américain. Cette région rassemble désormais 46% du total mondial des nouvelles infections.

L'OMS avait elle dit lundi que le vaccin ne devrait pas être obligatoire. Tout en saluant cet instrument, elle a répété ces dernières semaines qu'il faudra continuer à suivre les recommandations de distanciation physique et d'hygiène pendant un certain nombre de mois.

Au total, plus d'1,5 million de personnes sont décédées de la pandémie. Le nombre de cas se rapproche des 70 millions.

Merkel appelle à de nouvelles restrictions face à la hausse des cas

Angela Merkel a appelé mercredi à de nouvelles restrictions jusqu'à la mi-janvier dans l'ensemble de l'Allemagne, où les mesures existantes se révèlent insuffisantes pour maîtriser le nombre de cas de Covid-19.

"Le nombre de contacts" entre personnes "est trop élevé, la réduction du nombre de contacts est insuffisante", a déclaré la chancelière devant la chambre des députés, en évoquant la fermeture des magasins et des écoles notamment.

Coïncidence ou corrélation? Les zones les plus touchées en Allemagne par la deuxième vague de la pandémie sont des bastions de l'extrême droite, opposés aux restrictions et sensibles aux thèses complotistes.

"Il est frappant de constater que les régions les plus touchées sont celles où le vote AfD a été le plus élevé" lors du dernier scrutin législatif de 2017, résume le commissaire du gouvernement aux anciens Länder de l'Est, Marco Wanderwitz, lui-même originaire de Saxe.

Cet Etat-région d'ex-Allemagne de l'Est est le cas le plus emblématique. Il présente le taux d'incidence le plus élevé d'Allemagne, atteignant mardi 319,4 pour 100.000 habitants, quand la moyenne fédérale s'élève à 114,2, selon l'institut Robert Koch.

Ce même Land avait placé en 2017 l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) en tête (27%), et donné au parti d'extrême droite son meilleur score fédéral.

Une équipe de l'Institut pour la démocratie et la société civile, basée dans la région voisine de Iena, vient de lancer une étude sur la "corrélation statistique forte et très significative" entre vote pour l'AfD et intensité de la pandémie, a annoncé sur Twitter son directeur, Matthias Quent.

Les restrictions prolongées jusqu'au 15 janvier au Luxembourg

Le Luxembourg, pays européen où le coronavirus circule le plus intensément, a décidé mercredi de prolonger d'un mois, jusqu'au 15 janvier au moins, ses restrictions de rassemblements et d'interactions sociales afin de lutter contre la pandémie. "Les infections sont trop nombreuses pour envisager des assouplissements maintenant", déclaré la ministre de la Santé, Paulette Lenert, à l'issue d'une réunion du gouvernement sur la situation épidémiologique.

Conséquence: restaurants, bars, salles de sport, cinémas, et théâtres restent fermés jusqu'au 15 janvier.

Par ailleurs le nombre de visiteurs autorisés à la maison reste limité à deux, malgré les fêtes de fin d'année, et le couvre-feu de 23 heures à 6 heures est maintenu.

Ces décisions avaient été annoncées fin novembre, quand le gouvernement du Grand-duché avait pris conscience de l'ampleur de la deuxième vague de la pandémie.

Selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, le Luxembourg affichait mercredi un taux d'incidence frôlant les 1.200 infections pour 100.000 habitants sur les quatorze derniers jours, soit le chiffre le plus élevé en Europe juste devant la Croatie (1.149) et la Lituanie (1.115).

Dans ce pays de quelque 600.00 habitants, ont été recensés 38.864 cas de coronavirus et 369 décès, selon les derniers chiffres officiels disponibles.

La vaccination contre le Covid-19 sera gratuite pour la population en Suisse

La vaccination contre le coronavirus sera gratuite pour la population en Suisse. La prise en charge sera assurée par l'assurance-maladie obligatoire (AOS). La Confédération et les cantons suisses assumeront eux aussi une partie des coûts, conformément à la loi sur les épidémies, selon les autorités. Le Département fédéral de l'Intérieur a, en effet, adapté en ce sens l'ordonnance sur les prestations de l'assurance des soins, a-t-il indiqué dans un communiqué. Elle entrera en vigueur dès le 1er janvier.

Les assureurs-maladie prendront en charge les coûts de la consultation médicale et du vaccin pour la population suisse. Quant à la Confédération, elle assumera les frais de transport, de distribution du vaccin dans les cantons, ainsi que les coûts dépassant les cinq francs suisse (soit un peu moins de 5 euros) par dose de vaccin. Le prix des futurs vaccins n'est pas encore connu, selon les autorités.

Les cantons s'occuperont eux des montants de la logistique sur leur territoire ainsi que la quote-part. Aucune franchise ne sera prélevée.

L'objectif sera, en premier lieu, d'empêcher les formes sévères de la maladie chez les groupes vulnérables, d'assurer la pérennité du système de santé et de minimiser les conséquences sociales et économiques négatives.

Les premières vaccinations sont attendues au premier semestre 2021, après que Swissmedic a donné son feu vert. Le Conseil fédéral ne prévoit pas de rendre la vaccination obligatoire, concluent les autorités suisses.

Près de 220.000 nouvelles infections aux USA

Les Etats-Unis ont recensé mardi près de 220.000 nouvelles infections au Covid-19 en 24H, un niveau frôlant les records enregistrés ces derniers jours dans le pays, selon les données de l'université Johns Hopkins, qui font référence. Le pays a dans le même temps déploré près de 2.500 morts liées à la maladie, d'après un relevé effectué chaque jour à 20H30 locales par l'AFP des chiffres de l'université, actualisés en continu.

Les autorités sanitaires américaines s'attendaient à cette flambée après le voyage de millions Américains à l'occasion de la fête de Thanksgiving il y a 10 jours, malgré les appels à rester chez soi.

Plus de 100.000 personnes sont actuellement hospitalisées dans la première puissance économique mondiale pour cause de Covid-19. Les Américains, confrontés à un rebond spectaculaire de l'épidémie depuis plusieurs semaines, s'accrochent à l'espoir de la distribution imminente d'un vaccin dans le pays.

Celui fabriqué par les laboratoires Pfizer/BioNTech pourrait être autorisé dans les tout prochains jours, et le vaccin de Moderna dès la semaine prochaine.

Au total, plus de 15 millions de personnes ont contracté le Covid-19 aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie. Plus de 286.000 personnes y sont décédées des suites de la maladie.

Plus de 40.000 morts en Argentine

L'Argentine a franchi mardi la barre des 40.000 morts du Covid-19, avec 40.009 décès pour 1,5 million de cas depuis le début de la pandémie, a annoncé le ministère argentin de la Santé.

Dépistage en Chine de 250.000 personnes après l'apparition d'un foyer épidémique

Près d'un quart des habitants de Chengdu, une ville du sud de la Chine qui en compte un million, ont été soumis à un test de dépistage après la découverte de cas de Covid-19. Un couple de personnes âgées a été diagnostiqué lundi comme étant porteur du virus et, depuis, les autorités se sont employées à retracer leurs cas contacts et à analyser des échantillons de nourriture.

Les autorités sanitaires ont indiqué que la présence du virus a été décelée sur des aliments conservés dans leur réfrigérateur, ainsi que sur une planche à découper se trouvant dans leur appartement.

Mardi, 255.200 habitants de la ville avaient subi un test de dépistage au Covid-19, a indiqué la commission municipale en charge de la santé. Sur ce nombre, six cas confirmés ont été enregistrés ainsi qu'un patient asymptomatique.

Les écoles et les crèches du quartier de Pidu, où les cas sont apparus, ont été fermées, selon les autorités.

Les élèves ainsi que les enseignants ont été placés en quarantaine et devront subir un test de dépistage.

Des images de la télévision publique ont montré des personnes faisant la queue dans un parc afin de se faire tester par du personnel médical vêtu d'une combinaison de protection intégrale.

La Chine a largement endigué l'épidémie depuis le printemps, grâce à des tests, des confinements, des quarantaines et au suivi des déplacements.

La vie a repris un cours quasi normal et régulièrement, la presse officielle accuse notamment les aliments congelés importés de l'étranger d'être à l'origine de ces nouveaux foyers d'infection localisés.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a cependant affirmé qu'il n'y a actuellement aucune preuve que les gens puissent attraper le Covid-19 à partir d'aliments ou d'emballages alimentaires.

Près d'un an après l'émergence du coronavirus dans la ville chinoise de Wuhan (centre), Pékin intensifie sa campagne visant à remettre en question les origines du virus.

Le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a promis la semaine dernière de tout faire pour connaître l'origine du virus ayant provoqué la pandémie.