La pandémie a fait au moins 3.060.859 morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, jeudi à 10h00 GMT.

Les Etats-Unis sont le pays qui compte le plus grand nombre de morts (569.404), suivis par le Brésil (381.475), le Mexique (213.597), l'Inde (184.657) et le Royaume-Uni (127.327).

Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.

EUROPE

Déconfinement prudent en Europe

Sur le Vieux continent, les campagnes de vaccination sont plus lentes et l'Allemagne a indiqué jeudi envisager d'acheter 30 millions de doses du vaccin russe anti-Covid Spoutnik, qui n'a pas encore reçu le feu vert de l'Europe.

La décrue fragile de l'épidémie encourage cependant les gouvernements à alléger les restrictions.

A commencer par l'Italie où, dès le 26 avril, les restaurants seront autorisés à ouvrir au public à déjeuner, et aussi à dîner pour la première fois depuis fin octobre, mais seulement en plein air et dans les régions classées "jaune", présentant le risque de contagion le plus faible.

Les cinémas, théâtres et salles de concert pourront aussi rouvrir lundi prochain, en respectant la distanciation et en restant en dessous de 50% de leur capacité maximale, tandis que les écoles, collèges et universités donneront la priorité aux cours en présentiel.

La Finlande envisage également de lever plusieurs de ses restrictions à compter de la semaine prochaine.

Pour sa part, face à une amélioration de la situation sanitaire, le Danemark a déjà décidé d'accélérer sa réouverture et les musées, cafés, bars et restaurants ont rouvert leurs portes mercredi aux personnes munies du "coronapas", le passeport sanitaire.

En Grèce, les terrasses des bars et des restaurants rouvriront le 3 mai, mais les déplacements entre régions seront toujours interdits pour les fêtes de Pâques, célébrées le 2 mai par les orthodoxes.

Royaume-Uni: 168 cas de caillots dont 32 mortels recensés avec le vaccin AstraZeneca

Le régulateur britannique a recensé 168 cas majeurs de caillots sanguins au Royaume-Uni chez des patients qui ont reçu le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus, dont 32 mortels, pour plus de 21,2 millions de premières doses administrées, selon un bilan publié jeudi.

Analysant ces données, qui vont jusqu'au 14 avril, le MHRA estime toujours que "les bénéfices du vaccin l'emportent toujours sur les risques chez la majorité des personnes".

Le taux d'incidence s'élève ainsi à 7,9 cas de caillots par million de doses et les données suggèrent un taux plus important chez les adultes les plus jeunes, le régulateur soulignant que ces éléments qui évoluent doivent être pris en compte dans l'utilisation de ce vaccin.

Le comité scientifique supervisant la campagne de vaccination britannique a recommandé début avril de limiter quand c'est possible l'usage du vaccin AstraZeneca aux plus de trente ans.

Les craintes autour des cas rares de caillots sanguins ont conduit plusieurs pays européens à limiter l'usage du vaccin développé par l'université d'Oxford et le laboratoire anglo-suédois aux catégories les plus âgées de la population.

Les cas de caillots recensés au Royaume-Uni concernent 93 femmes et 75 hommes âgés de 18 à 93 ans. L'un d'eux est intervenu après une deuxième dose de vaccin.

Cette augmentation du nombre de cas était "attendue", a réagi le Pr Adam Finn, de l'université de Bristol, cité par l'organisme Science media centre.

Soulignant que le public et le personnel soignant sont désormais sensibilisés à ce syndrome, il relève que "les cas sont signalés de manière fiable et rapide", certains "survenus précédemment sont à présent reconnus et signalés également".

Il a expliqué s'attendre "à ce que le nombre de cas par millions de vaccins devienne clair assez rapidement et que les signalements se stabiliseront, mais il est clair" que les caillots "resteront un événement très rare".

Présentant le plus lourd bilan en Europe avec plus de 127.000 morts, le Royaume-Uni s'est engagé dans une campagne de vaccination massive, utilisant pour l'heure les vaccins AstraZeneca, Pfizer/BioNTech et Moderna.

Selon les derniers chiffres, plus de 33 millions de personnes ont reçu une première dose, plus de onze millions une deuxième.

le vaccin Johnson & Johnson administré "à compter de ce samedi" en France

En France, l'exécutif maintient son objectif de supprimer la limite de déplacement de 10 km le 2 mai au soir et en rouvrant les terrasses mi-mai.

Par ailleurs, les Français de plus 55 ans pourront, "à compter de ce samedi", se voir administrer le vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19, le quatrième disponible sur le territoire, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran.

La France a reçu une première livraison de 200.000 doses de ce vaccin à la fin de la semaine dernière mais elle attendait les conclusions de l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui a estimé mercredi qu'il bénéficiait d'un rapport bénéfices/risques favorable malgré un risque "très rare" de caillots sanguins.

L'Allemagne prévoit un accès au vaccin pour tous les adultes dès juin

L'Allemagne prévoit un accès aux vaccins contre le Covid-19 pour tous les adultes au plus tard en juin, a indiqué jeudi le ministre de la Santé.

"Aujourd'hui, je pense que nous serons en mesure de lever la priorité (d'accès aux vaccins en fonction de l'âge ou d'éventuelles co-morbidités) en juin", a déclaré Jens Spahn devant la chambre haute du Parlement.

Avant cette échéance, "en mai, ce sera le tour du groupe de priorité 3 (les plus de 60 ans et personnes atteintes de certaines pathologies) pour les vaccinations", a déclaré M. Spahn, ajoutant que de "nombreux groupes professionnels" auraient aussi accès aux vaccins dès le mois prochain.

Plus de 17,9 millions de personnes en Allemagne avaient reçu au moins une dose mercredi, selon le ministère de la Santé. Quelque 5,7 millions de personnes en ont reçu deux, soit 6,9% de la population totale.

Le ministre, critiqué en début d'année pour les débuts timides de la campagne d'injections en Allemagne, a en particulier salué le rythme de vaccination des personnes âgées, en particulier en Ehpad.

Actuellement, seules 3% des nouvelles infections sont enregistrées en maison de retraite, contre 50% avant le début de la campagne vaccinale, selon M. Spahn.

La Norvège "prête" du vaccin AstraZeneca

La Norvège, qui a suspendu l'utilisation du vaccin anti-Covid d'AstraZeneca, va à leur demande "prêter" à la Suède et l'Islande les 216.000 doses du sérum actuellement en sa possession, a annoncé jeudi le ministère norvégien de la Santé. "Je suis content que les vaccins que nous avons en stock puissent être utiles même si le vaccin AstraZeneca a été mis en pause en Norvège", a déclaré le ministre de la Santé, Bent Høie, dans un communiqué.

Les 216.000 doses du vaccin du laboratoire anglo-suédois, qui dorment actuellement dans les réfrigérateurs norvégiens, sont à utiliser d'ici juin pour certaines et juillet pour d'autres. Sur ce total 200.000 iront à la Suède et 16.000 à l'Islande.

"Si l'on devait reprendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca, nous récupérerions les doses que l'on prête dès qu'on le demande", a précisé M. Høie.

Comme son voisin danois, la Norvège avait suspendu l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca le 11 mars, le temps d'étudier plus précisément ses effets secondaires, rares mais potentiellement graves.

Sur 134.000 injections réalisées à cette date avec ce vaccin dans le pays nordique, cinq cas de thrombose grave -- dont trois mortels -- avaient été relevés chez des personnes relativement jeunes et jusqu'alors en bonne santé. Une autre primo-vaccinée était décédée d'une hémorragie cérébrale.

Le 15 avril, le gouvernement a ignoré une recommandation des autorités sanitaires nationales qui préconisaient de renoncer définitivement au sérum et décidé de se donner plus de temps pour se prononcer sur son sort.

Oslo a mis sur pied un comité d'experts qui doit rendre d'ici au 10 mai un rapport sur les risques liés aux vaccins d'AstraZeneca et de l'américain Johnson & Johnson, qui utilise la même technologie de l'adénovirus et lui aussi suspecté de pouvoir provoquer des troubles thromboemboliques.

A ce jour seul pays européen à avoir définitivement renoncé au vaccin d'AstraZeneca, le Danemark a quant à lui annoncé mardi qu'il allait lui aussi "prêter" 55.000 doses au land allemand voisin du Schleswig-Holstein.

AMERIQUE

Le Canada suspend les vols venant d'Inde et du Pakistan

Le Canada a décidé de suspendre pendant 30 jours les vols en provenance de l'Inde et du Pakistan, en raison d'une hausse des cas de Covid chez des passagers arrivant de ces deux pays, a annoncé jeudi le ministre des Transports.

Cette interdiction entrera en vigueur dès jeudi soir à 23h30 (03h30 GMT vendredi) et ne concerne pas les vols de fret, a précisé Omar Alghabra lors d'une conférence de presse.

La campagne de vaccination commence à porter ses fruits aux USA

les campagnes de vaccination commencent à porter leurs fruits, comme aux Etats-Unis où le président Joe Biden a salué mercredi l'"incroyable" réussite de son administration que constitue l'injection de 200 millions de doses de vaccins anti-Covid avant le centième jour de son mandat.

"Aujourd'hui, nous l'avons fait, aujourd'hui nous avons atteint 200 millions d'injections", s'est félicité le président lors d'un discours.

Les Etats-Unis, pays déplorant le plus grand nombre de morts du Covid-19, ont mené une campagne de vaccination efficace, devançant certains pays européens, et le Canada voisin.

ASIE

Record quotidien de contaminations en Inde

L'Inde continue de s'enfoncer dans une crise sanitaire majeure, battant jeudi un record mondial de près de 315.000 nouveaux cas de contamination au Covid-19 en 24 heures, tandis qu'en Europe plusieurs pays s'apprêtent à alléger les mesures de restrictions.

Cette recrudescence exponentielle en Inde, avec près de 3,5 millions de nouvelles contaminations depuis le début avril, est notamment imputée à une "double mutation" du virus et à des événements de masse, comme la fête religieuse hindoue Khumb Mela qui draine des millions de dévots depuis janvier.

Confrontés à une pénurie d'oxygène, plusieurs hôpitaux et cliniques de New Delhi, confinée pendant une semaine, ont lancé un appel désespéré au gouvernement central pour qu'il fournisse d'urgence des réserves afin d'alimenter des centaines de patients placés sous ventilateur.

Les hôpitaux de l'État du Maharashtra (Ouest), et de sa capitale surpeuplée, Bombay, épicentre de la poussée de coronavirus, connaissent également de graves pénuries.

Vingt-deux malades sont morts dans un hôpital de Nashik, en raison d'une coupure d'alimentation en oxygène de ventilateurs pendant une demi-heure.

"La plupart des patients sont renvoyés chez eux parce que nous n'avons pas assez d'oxygène et de Remdesivir pour les traiter", a expliqué à l'AFP mercredi Harish Krishnamashar, un médecin de Bangalore (Sud).

Les cimetières et les crématoriums de l'Inde sont pris de court par le nombre croissant de décès.

Le ministère indien de la Santé a fait état jeudi de 314.835 nouvelles contaminations, un bilan quotidien qu'aucun pays au monde n'avait jusqu'alors enregistré.

L'Inde dénombre 15,9 millions de cas au total depuis le début de la pandémie, deuxième pays le plus touché en nombre de cas devant les 14,12 millions enregistrés au Brésil.

© IPM Graphics

MOYEN-ORIENT

Virus: les Emirats annoncent suspendre les vols en provenance d'Inde

Les Emirats arabes unis ont annoncé jeudi qu'ils allaient suspendre tous les vols en provenance d'Inde, en raison d'une hausse record des cas de coronavirus dans le pays d'Asie.

Cette suspension sera effective à partir du 25 avril et pour dix jours, une période "qui peut être prolongée", a indiqué l'Autorité générale de l'aviation civile dans un communiqué, relayé par WAM, l'agence de presse officielle émiratie.

"La décision de suspendre les vols intervient après étude et évaluation de la situation épidémiologique" en Inde, est-il précisé.

Les voyageurs venant d'Inde via d'autres pays où ils ont fait escale devront, eux, rester dans ces pays tiers au moins 14 jours avant de rejoindre les Emirats.

L'Inde a recensé jeudi près de 315.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, battant un terrible record mondial au moment où la situation se tend dans les hôpitaux qui sont confrontés à une pénurie d'oxygène et de lits.

Jusque-là, quelque 300 vols transitaient chaque semaine entre les Emirats et l'Inde, selon un média local, soulignant qu'il s'agit d'une des voies aériennes les plus fréquentées du monde.

Les citoyens émiratis et les voyageurs en jets privés ne sont pas concernés par ces nouvelles mesures, tout comme les vols de fret entre les deux pays qui ne seront pas interrompus.

Selon les autorités citées par WAM, ces nouvelles mesures ont pour objectif "de limiter la progression" du Covid-19 dans le pays.

Environ 3,3 millions d'Indiens vivent aux Emirats, où ils constituent un tiers de la population. La majorité d'entre eux résident à Dubaï, un des sept émirats du pays.

Aux Emirats, plus de 504.000 cas ont été officiellement recensés depuis le début de la pandémie, dont 1.565 décès.

L'Egypte va produire 40 millions de doses de Spoutnik V par an

La firme pharmaceutique égyptienne Minapharm a annoncé jeudi un accord pour la production en Egypte de quelque 40 millions de doses par an du vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V.

Dans un communiqué commun, Minapharm et le Fonds souverain russe (RDIF), qui a financé le développement du vaccin, annoncent que "les parties ont l'intention de commencer le transfert de technologie immédiatement".

"Le déploiement du vaccin est attendu pour le 3e trimestre de 2021", selon le communiqué.

La filiale allemande de Minapharm, ProBioGen AG, participera à "l'optimisation du processus afin d'accroître davantage la production", ajoute le communiqué.

La Russie cherche à diversifier les sources de production pour son vaccin en multipliant les accords avec des firmes étrangères.

Fin mars, le RDIF avait ainsi annoncé que la firme pharmaceutique chinoise Shenzhen Yuanxing Gene-tech allait produire 60 millions de doses de Spoutnik V.

Kirill Dmitriev, PDG de RDIF a précisé dans le communiqué jeudi que "l'accord avec Minapharm marque notre premier partenariat dans la région Mena pour produire Spoutnik V".

En Eurore, la question de l'utilisation du Spoutnik est controversée. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a ainsi reproché récemment à la Russie d'en faire un outil de "propagande" dans le monde.

Parallèlement, les autorités sanitaires égyptiennes avaient annoncé un peu plus tôt ce mois-ci que l'Egypte allait produire prochainement quelque 80 millions de doses annuellement de vaccin du laboratoire chinois Sinovac.

Un accord pour la production de Sinovac en Egypte, via la compagnie de production de vaccins locale Vacsera, a été approuvé cette semaine par les autorités.

Damas reçoit plus de 200.000 doses de vaccin

Le gouvernement syrien a annoncé la réception de 203.000 doses du vaccin AstraZeneca, les premières dans le cadre du programme Covax, tandis que le secteur médical est dépassé par une explosion des contaminations dans ce pays ravagé par la guerre..