Les Etats-Unis ont enregistré mardi pour le huitième jour consécutif plus de 60.000 nouveaux cas de contamination au coronavirus en l'espace de 24 heures, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Le total atteint 3,89 millions de cas positifs. "Cela va sûrement, malheureusement, empirer avant de s'améliorer. Je n'aime pas dire ça mais c'est comme ça", a déclaré le président Trump, changeant de ton après avoir longtemps été accusé d'être dans le déni face à la flambée du coronavirus. "Ces dernières semaines, nous avons observé une hausse inquiétante des cas dans de nombreuses régions de notre Sud", a-t-il ajouté, évoquant de "gros incendies" et même une "situation très difficile" en Floride, a-t-il reconnu. "Nous demandons à tout le monde de porter un masque quand la distanciation physique n'est pas possible", a-t-il lancé, alors qu'il avait lui-même défendu jusqu'ici la "liberté" individuelle en la matière.

Si les Etats-Unis demeurent de loin le pays le plus touché au monde, le continent américain n'est pas en reste, a rappelé l'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS). "La pandémie ne montre aucun signe de décélération dans la région", a mis en garde sa directrice Carissa Etienne. Le Brésil, deuxième pays le plus touché du monde, a recensé mardi plus de 1.300 décès supplémentaires, à presque 81.500 morts pour près de 2,160 millions de cas confirmés. Les signaux sont également alarmants en Bolivie où la police a indiqué avoir collecté plus de 400 cadavres des rues et des maisons dans tout le pays au cours des cinq derniers jours, dont 85% de personnes victimes du virus. Le bilan de l'épidémie a franchi les 40.000 morts au Mexique et les 7.000 morts en Colombie, tandis que le Pérou a franchi la barre des 350.000 contaminations. Au Guatemala, c'est un ancien ministre de la Santé, Jorge Villavicencio, qui a succombé au coronavirus, contracté alors qu'il était en détention provisoire pour corruption.

Le Brésil va par ailleurs devenir le premier pays à lancer les tests de phase III du vaccin chinois Coronavac contre le virus, a annoncé à l'AFP le laboratoire Sinovac Biotech. "Je suis très heureuse de pouvoir participer à cette expérience, on vit un moment unique et historique, et c'est ce qui m'a poussée à faire partie de ce projet", a déclaré une femme médecin anonyme de 27 ans, choisie pour recevoir des injections.

En Asie, Tokyo, la capitale du Japon, se trouve actuellement à son niveau d'alerte maximum, les experts ayant averti que les infections au Covid-19 semblaient se propager rapidement et largement. L'archipel n'a recensé qu'un peu plus de 26.300 cas, dont moins d'un millier de décès, depuis que le Covid-19 a été identifié dans le pays pour la première fois mi-janvier, mais le nombre de patients dans un état grave augmente progressivement. Cette poussée des contaminations survient alors que le Japon s'apprête à marquer jeudi dans la discrétion le début du compte à rebours d'un an -- jour pour jour -- avant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, reportés à 2021 en raison de la pandémie.

Au Brésil, Bolsonaro toujours positif au coronavirus

Le président brésilien Jair Bolsonaro est toujours positif au coronavirus, selon un nouveau test réalisé deux semaines après la découverte de sa contamination, a annoncé mercredi la présidence, et son programme officiel est "en suspens". L'état de santé du chef de l'Etat de 65 ans "évolue bien" mais "le test réalisé mardi était positif", a annoncé dans un communiqué le palais présidentiel de Planalto, à Brasilia.

Des tournées dans les Etats de Bahia et de Piaui (nord-est) que le chef de l'Etat avait envisagées ces prochains jours "sont en suspens", ont indiqué à l'AFP des conseillers de presse de la présidence.

Jair Bolsonaro est confiné au sein du palais d'Alvorada, sa résidence officielle, où il exerce ses fonctions par visioconférence, depuis un premier diagnostic positif le 7 juillet. Il avait fait ce test après s'être senti fiévreux et fatigué.

Le président, qui n'a eu de cesse depuis le début de la pandémie en mars de critiquer le confinement, a jugé sa propre quarantaine "horrible" et souhaité retrouver au plus vite sa liberté de mouvement. Il est sorti du palais présidentiel à la rencontre de ses partisans dimanche dernier, restant à environ deux mètres de distance mais abaissant son masque de protection pour leur parler. Il a par ailleurs brandi une boîte d'hydroxychloroquine, une molécule très contestée par les scientifiques mais dans laquelle il croit dur comme fer et qu'il a demandé au ministère de la Santé de recommander même pour les cas légers de Covid-19.

Le président Bolsonaro, qui a longtemps qualifié la pandémie de "petite grippe", a été très critiqué pour son attitude dans la crise sanitaire qui a fait officiellement près de 81.500 morts au Brésil, le deuxième pire bilan au monde derrière les Etats-Unis.

Le Covid-19 a contaminé 2,16 millions de personnes dans le pays, dont plusieurs des ministres du gouvernement Bolsonaro.

La Suède s'attend à plus de 3.000 décès supplémentaires

La Suède, qui affiche déjà un des bilans les plus lourds par habitant dans le monde, a jugé mardi probable un scénario prévoyant plus de 3.000 décès supplémentaires dus au nouveau coronavirus. Ces prévisions sont tirées de l'un des trois scénarios envisagés par l'agence de santé publique du royaume scandinave, qui a attiré l'attention du monde entier par sa stratégie moins stricte face au Covid-19.

Le bilan de l'épidémie en Suède a atteint mardi 5.646 décès et 78.166 cas confirmés, plaçant le pays nordique dans le peloton de tête des pays les plus touchés, même si les autorités soulignent le ralentissement des nouveaux cas, des cas graves et des décès.

Selon l'agence de santé publique suédoise, le scénario le plus probable consisterait à voir émerger différents foyers à travers le pays, qui seraient plus ou moins faciles à endiguer.

Nouveau record quotidien à Hong Kong avec 113 cas

Hong Kong a signalé mercredi 113 nouvelles contaminations au Covid-19, un nouveau record dans la région semi-autonome qui a connu une brusque augmentation des cas malgré des mesures accrues de distanciation sociale. Le centre financier a été l'une des premières zones touchées par l'épidémie apparue dans le centre de la Chine. Mais il a initialement enregistré de très bons résultats dans le combat contre le Covid-19, au point qu'il avait presque mis fin aux contaminations locales fin juin.

Cependant, le nombre de cas est reparti à la hausse ces dernières semaines et les médecins ont du mal à identifier les chaînes de transmission du coronavirus dans ce territoire très densément peuplé de 7,5 millions d'habitants. "Hong Kong est à son moment le plus critique", a déclaré la ministre de la Santé Sophia Chan, appelant la population à "annuler toutes les sorties inutiles". Les autorités ont ordonné il y a un peu plus de deux semaines de nouvelles mesures de distanciation sociale, parmi lesquelles la fermeture des salles de sport ou des discothèques. Elles ont également imposé le port du masque dans les transports et, à partir de jeudi, dans tous les espaces intérieurs publics.

Plus de 800 cas de contamination ont été confirmés au cours des deux dernières semaines dans l'ex-colonie britannique. Seulement huit des 113 nouveaux cas signalés mercredi étaient des personnes venues de l'extérieur. Les autorités étaient dans l'incapacité d'identifier la source de transmission dans 60 pour cent des cas, ce qui signifie que la maladie se propage. Au total, 2.132 infections et 14 décès ont été comptabilisés à Hong Kong.

Alors que les hôpitaux se remplissent, les autorités tentent de construire 2.000 nouvelles chambres d'isolement sur un terrain aride près du parc d'attraction de Disneyland, pour accueillir les cas positifs. La ville de Hong Kong était déjà en pleine récession en raison de la guerre commerciale sino-américaine et de sept mois de manifestations pro-démocratie lorsque l'épidémie est apparue. Les autorités cherchent à éviter un confinement douloureux pour l'économie mais n'ont pas écarté cette éventualité si l'épidémie s'aggrave.

L'Australie sur le qui-vive

L'Australie a annoncé mercredi 501 nouveaux cas de coronavirus, soit le décompte le plus élevé depuis l'arrivée de la pandémie sur l'île-continent, peu touchée jusqu'ici avec près de 13.000 cas de Covid-19 et 128 morts pour une population totale de 25 millions d'habitants.

L'immense majorité des cas ont été recensés ces dernières 24 heures dans l'Etat du Victoria (sud), où les autorités luttent contre d'importants foyers d'épidémie à Melbourne et dans ses banlieues, qui sont soumises depuis près de deux semaines à de nouvelles mesures de confinement.

© AFP

Clé sous la porte

En Europe, l'heure était à la satisfaction après l'adoption tôt mardi d'un accord "historique" sur un méga-plan de relance post-coronavirus d'un montant de 750 milliards d'euros, après quatre jours d'un sommet marathon sous haute tension à Bruxelles.

Il s'agit du "moment le plus important depuis la création de l'euro", a lancé le président français Emmanuel Macron, d'une "réponse à la plus grande crise de l'UE depuis sa création", a renchéri la chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays préside actuellement l'Union.

Le plan prévoit une émission de dette commune, une première, malgré la farouche opposition initiale de la part des quatre pays dits "frugaux" (Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède), rejoints par la Finlande. Il bénéficiera essentiellement aux pays du sud comme l'Italie et l'Espagne.

Le chef d'orchestre du sommet, le président du Conseil européen Charles Michel, s'est réjoui de ce "signal envoyé aux Européens et au reste du monde", tout en appelant à "garder la tête froide car il faut le mettre en oeuvre".

Le plan de relance et le budget à long terme approuvés par les dirigeants des pays de l'UE doivent être examinés jeudi en séance plénière par le Parlement européen.

Il devrait permettre un retour de la croissance dans tous les pays de l'UE "d'ici 2021", a estimé mardi le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier, saluant une "bonne nouvelle pour des millions d'Européens".

Pour l'heure, la crise a déjà contraint 13% des cafés, bars, restaurants et hôtels d'Espagne à mettre définitivement la clé sous la porte, soit environ 40.000 établissements, a affirmé l'organisation patronale représentant le secteur.

Casques "intelligents"

Le virus continue par ailleurs de mettre à mal de nombreux événements comme le banquet des prix Nobel, prestigieux dîner organisé chaque année en décembre avec les lauréats à Stockholm, qui sera annulé pour la première fois depuis 1956. Les prix eux-mêmes seront néanmoins attribués en octobre, a annoncé mardi la Fondation Nobel.

La pandémie a également eu raison du tournoi de tennis de Washington qui devait marquer la reprise de la saison ATP, et pourrait menacer la tenue de l'US Open.

A Bombay, ville indienne la plus touchée par la pandémie de coronavirus, les autorités ont dévoilé des "casques intelligents" pour mesurer la température de dizaines de personnes par minute, un temps record. Déjà utilisés à Dubaï, en Chine et en Italie, ils pourraient devenir la clé pour stopper le Covid-19 dans les bidonvilles de cette ville tentaculaire de 18 millions d'habitants.

La France comptait mardi 208 foyers de coronavirus actuellement actifs, selon la Direction générale de la Santé, qui relève que "la circulation du virus est en augmentation".

La Suisse a enregistré 141 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures contre 108 la veille, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique. Deux décès ont été enregistrés, portant le nombre à 1.693. Au total, 658 nouvelles infections ont été annoncées ces sept derniers jours, selon les chiffres de l'OFSP. La Suisse et la Principauté du Liechtenstein dénombrent 33.883 cas confirmés depuis le début de la pandémie.

On compte 12 nouvelles hospitalisations depuis mardi. Il y en a eu 16 les sept derniers jours. Au total, 4.146 personnes ont été hospitalisées. Sur les 739.616 tests effectués depuis le début de la pandémie, 5,5% étaient positifs, un taux stable. Actuellement, 767 personnes se trouvent en isolement et 2962 en quarantaine.

En Serbie, un collectif de 350 médecins regroupés sous l'appellation "Unis contre le Covid" a adressé une lettre ouverte au gouvernement dénonçant un "désastre sanitaire" et réclamant le limogeage de sa cellule de crise.

En Russie, où les frontières demeurent fermées depuis fin mars, la crise sanitaire a provoqué une ruée des plus nantis vers les jets privés, utilisés sans vergogne pour rejoindre leurs somptueuses résidences secondaires à Londres, Chypre, Monaco ou Nice.