null

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie liée au nouveau coronavirus dans le monde.

L'épidémie a fait au moins 260.546 morts dans le monde depuis son apparition en décembre 2019 en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi à 19H00 GMT.

Plus de 3.710.240 cas ont été officiellement diagnostiqués dans 195 pays et territoires.

Amérique

USA

Les Etats-Unis ont de nouveau enregistré mercredi plus de 2.000 décès supplémentaires du coronavirus en 24 heures, portant le bilan total à 73.095 morts depuis le début de la pandémie, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Ces 2.073 décès supplémentaires ont été recensés entre 20h30 locales mercredi et la veille à la même heure par l'université, qui actualise ses données en continu.

Les Etats-Unis comptent par ailleurs plus de 1,22 million de cas officiellement diagnostiqués, dont quelque 190.000 personnes déclarées guéries. Ils ont réalisé plus de 7,75 millions de tests de dépistage, de même source.

Après un plus bas depuis un mois lundi, avec un bilan journalier redescendu à 1.015 morts supplémentaires, celui-ci a donc redépassé depuis deux jours la barre des 2.000 morts, un plateau dont le pays peine à redescendre.

Malgré ces chiffres, la Maison Blanche concentre depuis plusieurs jours son message sur le déconfinement en cours.

A New York, épicentre de l'épidémie américaine, le nombre de morts supplémentaires déplorés chaque jour a fortement baissé, mais d'autre foyers sont apparus, comme la région de la capitale Washington.

Les Etats-Unis sont de loin le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas détectés, selon les données officielles. Toujours en valeur absolue, c'est-à-dire sans prendre en compte la taille de leur population, les quatre autres pays les plus affectés sont le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne et la France. Donald Trump a toutefois régulièrement accusé la Chine de mentir sur son bilan.

La crise liée au Covid-19 est "pire que Pearl Harbor", a déclaré mercredi le président américain. "C'est pire que le World Trade Center."

"Il n'y a jamais eu une attaque de cette nature. Et cela n'aurait jamais dû arriver", a-t-il ajouté.

Un enfant sur cinq ne mange pas à sa faim

Près d'un enfant sur cinq ne mange pas à sa faim aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie, selon un rapport publié mercredi par un cercle de réflexion américain. La Brookings Institution y analyse les résultats de deux études nationales menées récemment pour mesurer l'impact de la crise du Covid-19 dans le pays.

Dans l'une de ces deux études, 17,4% des mères d'enfants de 12 ans et moins interrogées disent ne pas pouvoir suffisamment nourrir leur progéniture par manque d'argent. "Il est évident que les enfants les plus jeunes souffrent d'insécurité alimentaire à un degré sans précédent à l'époque contemporaine", note Lauren Bauer, qui a compilé le rapport pour la Brooking Institution.

Europe

Royaume-Uni

Les personnes noires, asiatiques ou d'autres minorités ethniques habitant au Royaume-Uni ont deux à trois fois plus de risque de mourir du nouveau coronavirus que la moyenne, selon une étude publiée jeudi qui s'ajoute à d'autres publications dans ce sens. L'analyse a été menée par l'University College London à partir des données officielles délivrées par les autorités sanitaires britanniques.

"Ce travail montre que, loin de frapper de façon égalitaire, le Covid-19 est disproportionnellement plus mortel" pour les minorités, a expliqué l'un des co-auteurs, Delan Devakumar, jugeant "essentiel de s'attaquer aux facteurs sociaux, économiques et aux freins dans l'accès aux soins qui conduisent à ces morts injustes".

Les chercheurs de l'université se sont concentrés sur les patients testés positif au virus et décédés dans les hôpitaux anglais entre le 1er mars et le 21 avril, recensés le service public de santé britannique (NHS).

Les recherches de UCL font suite à d'autres études britanniques similaires. Le Bureau national des statistiques britannique avait ainsi montré début mai que le nouveau coronavirus tuait deux fois plus dans les quartiers défavorisés d'Angleterre, généralement plus peuplés par des minorités ethniques.

Une autre étude de l'Institut d'études fiscales (IFS), publiée le même jour, avait déjà relevé le fait que les minorités ethniques décédaient plus que les populations blanches à l'hôpital.

Russie

La Russie a enregistré jeudi un nouveau record de cas de coronavirus détectés, amenant Moscou, son principal foyer épidémique, à prolonger l'essentiel de ses mesures restrictives jusqu'au 31 mai et à n'engager qu'un timide déconfinement, notamment à Moscou, où le port du masque de protection sera imposé.

Un record quotidien de 11.231 infections au Covid-19 a été atteint selon les chiffres annoncés jeudi, tandis que la mortalité semble toujours rester faible, avec 88 décès en 24 heures, portant le total à 1.625.

Avec désormais 177.160 cas recensés, la Russie dépasse la France pour se classer au 4e rang européen et au 5e rang mondial en nombre de contaminations, selon le comptage établi par l'AFP.

Mais l'envolée de ce chiffre depuis une semaine s'explique, assurent les autorités, par la multiplication des tests effectués -4,8 millions selon le comptage de jeudi- et non par une accélération de la propagation.

L'objectif de cette politique de dépistage est de mettre au jour les cas asymptomatiques ou légers de la maladie du Covid-19, qui ne sont pas nécessairement comptabilisés dans d'autres pays faute d'accès aux tests, afin de mettre en quarantaine ces patients et ainsi juguler la propagation du virus.

Pour le maire de Moscou Sergueï Sobianine, qui pilote la cellule de crise nationale ainsi que dans la capitale, la forte hausse du nombre des personnes contaminées est donc une "très bonne chose", même si en termes de cas quotidiens, la Russie se classe au 2e rang mondial derrière les Etats-Unis.

Ce dépistage accru explique aussi, affirment les autorités russes, la faible mortalité : avec 1.625 morts, la Russie reste très loin des niveaux enregistrés en France (plus de 25.000 morts pour 174.000 cas) et même en Allemagne (7.000 décès pour 166.000 malades).

Des experts soupçonnent cependant les statistiques russes d'être tronquées et que des morts dues au Covid-19 ont pu être attribuées à d'autres causes.

Outre sa politique de dépistage, la Russie explique la faible mortalité par des mesures sanitaires prises très tôt, comme la fermeture des frontières et le confinement des populations jugées les plus à risque.

Moscou reste néanmoins de loin le principal foyer de la pandémie dans ce pays avec 92.676 cas et va donc reconduire au-delà du 12 mai, et jusqu'à une date encore indéterminée, l'essentiel des mesures de confinement imposées depuis le 28 mars.

D'autres régions russes, moins affectées, devraient pouvoir lever certaines restrictions la semaine prochaine, mais le déconfinement devra être lent. Le président Vladimir Poutine a réclamé mercredi à chaque entité régionale un "plan d'action", tout en leur intimant l'ordre de ne rien "précipiter".

Pays-Bas

La pandémie due au nouveau coronavirus a fait 84 morts supplémentaires en l'espace de 24 heures aux Pays-Bas, portant le total à 5.288 décès, selon les chiffres communiqués jeudi par l'institut national de la Santé publique et de l'Environnement (RIVM). Le nombre de nouvelles admissions à l'hôpital a, lui, augmenté de 39 unités pour atteindre 11.192. Ces chiffres ne reflètent toutefois pas complètement la réalité, certains décès et admissions étant signalés après plusieurs jours.

Le nombre total de contaminations est passé à 41.774, soit une hausse de 455 unités en un jour. Tout le monde n'étant pas testé, le nombre de malades du Covid-19 est certainement plus élevé.

Les mesures adoptées par les autorités afin de contrer la propagation du coronavirus fonctionnent, a estimé le RIVM. Le 12 mars dernier, le gouvernement avait décidé d'annuler tous les grands rassemblements. Il était par ailleurs recommandé à la population de rester un maximum chez elle. Quelques jours plus tard, les écoles, les restaurants, les cafés et clubs sportifs avaient dû fermer leurs portes. Ces mesures avaient mené à une baisse des nouvelles admissions à l'hôpital dans toutes les provinces du pays dès la première semaine après leur implémentation.

Suède

La Suède a officiellement dépassé les 3.000 morts provoquées par le nouveau coronavirus, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires. Dans ce royaume de 10,3 millions d'habitants, qui a pris des mesures plus souples que la plupart des autres pays européens pour tenter de contenir la pandémie, 99 nouveaux décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures, portant à 3.040 le nombre total des morts dues au Covid-19 pour 24.623 cas confirmés.

Selon l'agence de santé publique, la Suède n'a pas atteint sa capacité maximale de prise en charge des malades.

Grèce

L'Acropole d'Athènes, monument phare de l'Antiquité en Grèce ainsi que tous les sites archéologiques du pays rouvriront le 18 mai avant la réouverture des musées le 15 juin, a annoncé jeudi le gouvernement. Attirant chaque année des millions de visiteurs, l'Acropole d'Athènes (Ve siècle avant notre ère), les sites archéologiques et les musées sont fermés depuis la mi-mars dans le cadre des mesures de restriction imposées par le gouvernement pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus Covid-19.

"L'Acropole d'Athènes va rouvrir le 18 mai, comme tous les sites archéologiques du pays", a indiqué Lina Mendoni, ministre de la Culture lors d'une conférence de presse.

Elle a souligné que des mesures de distanciation sociale seraient obligatoirement imposées et qu'un nombre limité de visiteurs serait autorisé à entrer en même temps dans les sites et les musées.

Depuis lundi, la Grèce a commencé graduellement le déconfinement avec la réouverture des salons de coiffures et de petits commerces.

Les lycées vont rouvrir aussi le 18 mai, avant la réouverture le 1er juin des cafés, bars, tavernes et cinémas d'été fonctionnant en plein air.

Asie

Iran

L'Iran a jugé jeudi la situation "relativement stable" concernant la propagation du nouveau coronavirus dans le pays, annonçant 68 décès supplémentaires ainsi que plus de 1.000 nouvelles infections pour le quatrième jour consécutif. Depuis l'apparition mi-février des premiers cas de contagion au nouveau coronavirus, l'Iran est le pays de loin le plus touché par la pandémie au Proche et Moyen-Orient.

Au cours des dernières 24h, le gouvernement a enregistré 68 nouveaux décès dus à la maladie Covid-19, portant le bilan à 6.486 morts dans le pays, a annoncé Kianouche Jahanpour lors de son point de presse quotidien télévisé.

Il a également indiqué que l'Iran avait enregistré dans le même laps de temps 1.485 nouveaux cas de contamination.

"Plus de 986 des (personnes nouvellement contaminées) présentent des symptômes légers ou modérés ou bien sont des patients externes ou des membres de la famille de patients infectés", a-t-il précisé.

Depuis lundi, le nombre de nouvelles infections recensé officiellement est supérieur à 1.000 par jour. Le 3 mai, ce nombre était tombé à 802 cas, son plus bas niveau depuis le 10 mars.

La situation est "relativement stable", a estimé M. Jahanpour.

Pour certains experts étrangers, mais aussi selon plusieurs responsables iraniens, les chiffres du gouvernement sont largement sous-estimés.

Afin d'endiguer la propagation de la maladie, l'Iran a pris diverses mesures de restrictions, sans jamais imposer de confinement ou de quarantaine.

Depuis le 11 avril, l'Etat a autorisé une réouverture progressive des commerces, et depuis lundi, celle des mosquées dans environ 30% des comtés où le risque de regain de la maladie est jugé minime.