La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1.468.873 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à 12H00. Plus de 63.227.470 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie, dont au moins 40.255.800 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d'autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

Sur la journée de lundi, 7.871 nouveaux décès et 490.401 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 1.057 nouveaux morts, l'Italie (672) et la Russie (569).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 268.103 décès pour 13.545.792 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Au moins 5.146.319 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 173.120 morts et 6.335.878 cas, l'Inde avec 137.621 morts (9.462.809 cas), le Mexique avec 105.940 morts (1.113.543 cas), et le Royaume-Uni avec 58.448 morts (1.629.657 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 144 décès pour 100.000 habitants, suivie par le Pérou (109), l'Espagne (96) et l'Italie (92).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a officiellement dénombré un total de 86.542 cas (12 nouveaux entre lundi et mardi), dont 4.634 décès et 81.631 guérisons.

L'Amérique latine et les Caraïbes totalisaient mardi à 12H00 447.909 décès pour 13.018.511 cas, l'Europe 413.774 décès (18.323.905 cas), les Etats-Unis et le Canada 280.177 décès (13.919.502 cas), l'Asie 195.055 décès (12.411.246 cas), le Moyen-Orient 78.983 décès (3.348.575 cas), l'Afrique 52.033 décès (2.175.413 cas), et l'Océanie 942 décès (30.324 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l'AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d'augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Nouveau record de décès en Russie, alcool interdit dans les pubs du Pays de Galle

Avec 569 décès en 24 heures, la Russie a enregistré, un nouveau record de décès quotidiens dus au covid-19 mardi. Le coronavirus a tué au moins 40.464 personnes depuis son apparition dans le pays. Sur la même période, 26.402 nouveaux cas ont été confirmés, dont 6.524 pour la seule capitale Moscou.

Selon l'agence de presse russe Interfax, c'est le troisième jour d'affilée que ce nombre dépasse le seuil de 26.000. Auparavant, plus de 27.000 nouvelles infections avaient été enregistrées pendant plusieurs jours.

Depuis le début de la pandémie, la Russie a recensé 2.322.056 infections. Il y a actuellement 478.125 cas actifs connus.

En un jour, 24.763 patients ont été guéris, soit près de 5.000 de plus que lundi.

L'Allemagne a enregistré une légère recrudescence des contaminations au cours des dernières 24 heures avec 13.604 nouveaux cas d'infection au coronavirus contre 11.169 lundi, a indiqué mardi l'institut de veille sanitaire Robert Koch.

Le pays a recensé jusqu'à présent 1.067.473 infections au Sars-CoV-2. Au cours des dernières 24 heures, 388 patients ont également ont succombé à la maladie, portant le nombre total de décès à 16.636 depuis le début de la pandémie.

La Colombie a prolongé jusqu'au 16 janvier prochain la fermeture de ses frontières terrestres et fluviales, imposée depuis la mi-mars afin de contenir la pandémie de Covid-19, a annoncé lundi l'autorité migratoire.

La Turquie, confrontée à une flambée de cas de Covid-19, va renforcer les restrictions en place depuis dix jours avec l'introduction d'un couvre-feu total pendant le weekend et partiel en semaine, a annoncé lundi le président Recep Tayyip Erdogan.

Les pubs et restaurants du Pays de Galles ne pourront plus servir d'alcool et devront fermer à 18H00 à partir de vendredi afin de limiter la propagation de l'épidémie avant Noël, a annoncé lundi le Premier ministre gallois, Mark Drakeford.

Les cinémas, bowlings et autres lieux de divertissement intérieurs devront pour leur part fermer dans le cadre de ce nouveau tour de vis dans cette province britannique d'environ 3 millions d'habitants.

En France, les autorités sanitaires ont recommandé lundi de vacciner en priorité les résidents des Ehpad contre le Covid-19, posant le calendrier d'une campagne à hauts risques pour le gouvernement, qui devra convaincre les réticents et assurer une logistique sans faille.


Huit détenus ont été tués et 71 autres blessés au Sri Lanka où des prisonniers se sont mutinés pour protester contre la propagation des cas de coronavirus dans leur établissement, ont annoncé des responsables lundi.

Au Proche-Orient, le Liban a entamé de son côté lundi un déconfinement partiel après deux semaines de fermeture quasi-totale du pays.

Et après neuf mois d'interruption, les vols intérieurs vont bientôt reprendre en Algérie. Son président, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé rentrer dans son pays "dans les prochains jours" après avoir été hospitalisé en Allemagne pour y être soigné du Covid-19.

Et Hong Kong a décidé lundi de nouvelles restrictions face à une quatrième vague épidémique.

Considéré comme une très bonne élève dans la gestion de l'épidémie avec seulement 109 décès depuis le début de l'année, le territoire chinois a dépassé récemment les 100 nouveaux cas quotidiens.

Les fonctionnaires du territoire densément peuplé devront travailler de chez eux, sauf fonctions essentielles, et les salariés du privé sont incités à faire de même. Les rassemblements publics ne pourront dépasser deux personnes. Au restaurant, pas plus de deux convives par table.

Nouvelle flambée aux Etats-Unis

"Nous pourrions voir une nouvelle flambée s'ajouter à la flambée" actuelle, a prévenu le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses, Anthony Fauci.

Dans ce contexte, le docteur Scott Atlas, membre de la cellule de crise de la Maison Blanche sur le coronavirus, critiqué pour ses prises de positions contre les mesures de confinement et le port du masque, a annoncé sa démission lundi.

Pays le plus endeuillé au monde par la pandémie, les Etats-Unis totalisent plus de 267.000 morts et 13,5 millions de cas.

Au vu de la situation, le Dr Fauci a expliqué ne pas envisager un relâchement des recommandations à ne pas voyager ou des restrictions sanitaires avant Noël.

Dans certains Etats comme en Californie, de nouvelles restrictions ont même été mises en place: un couvre-feu à été décrété à San Francisco et Los Angeles a interdit la plupart des rassemblements publics et privés à partir de lundi.


Les Etats-Unis s'apprêtaient à subir un essor des contaminations, après les célébrations de Thanksgiving marquées par les déplacements de millions de personnes à travers le pays.

L'OMS alerte sur le Brésil et le Mexique, et les vacances au ski

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a alerté sur la situation au Brésil et au Mexique en proie à une progression rapide du Covid-19. "Je pense que le Brésil doit prendre cela très, très sérieusement. C'est très, très inquiétant", a mis en garde le patron de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Il a lancé le même appel au Mexique qui, a-t-il souligné, est "en mauvaise posture".

L'OMS, toujours très prudente à l'heure de prodiguer des conseils, a invité lundi chaque pays à examiner les risques de transmission du Covid-19 entourant la pratique du ski, en plein débat sur le sujet en Europe. L'ouverture des stations de ski et des piste fait débat en Europe, les pays ne parvenant pas à s'entendre sur la question.

Un pas de plus vers Moderna

Le laboratoire américain Moderna a déposé lundi une demande d'autorisation de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis, faisant espérer de premières vaccinations possibles dès le mois de décembre face à une pandémie toujours en pleine expansion.

Une demande d'utilisation conditionnelle devait aussi être déposée en Europe, où un contesté "hôpital des pandémies", sorti de terre en quelques mois et voué à accueillir jusqu'à 1.000 malades, ouvrira mardi à Madrid.

Deux semaines après avoir annoncé une efficacité de 94,5% sur la base de résultats préliminaires, Moderna a annoncé que des résultats complets avaient confirmé une efficacité estimée à 94,1%, et qu'il allait donc déposer des demandes d'autorisations conditionnelles de son vaccin.

L'Agence américaine des médicaments (FDA) devrait ensuite convoquer le 17 décembre son comité consultatif, ce qui pourrait permettre, en cas de feu vert, une distribution dans les jours suivants.

Deux vaccins pourraient alors être disponibles dès le mois de décembre car celui développé par le laboratoire américain Pfizer en collaboration avec l'allemand BioNTech est déjà en cours d'évaluation par la FDA.

Cette avancée sur le front des vaccins contraste avec l'accumulation de motifs d'inquiétude liés à la propagation du virus.

L'Irlande entame un déconfinement progressif

L'Irlande sort mardi de son deuxième confinement avec la réouverture des magasins non essentiels, coiffeurs et salles de sports, après six semaines de strictes restrictions instaurées pour lutter contre l'épidémie de nouveau coronavirus. L'Irlande avait été, le 22 octobre, le premier pays d'Europe à instaurer un second confinement national face à la nouvelle vague de la maladie Covid-19, fermant commerces non essentiels et proscrivant les rencontres entre personnes de différents foyers, tout en gardant les écoles ouvertes.

Les musées, galeries, bibliothèques, cinémas et lieux de culte sont aussi autorisés à rouvrir mardi, tandis qu'il est désormais recommandé de porter un masque dans les rues et lieux de travail très fréquentés, ainsi que dans les lieux de culte.

Les restaurants et pubs qui servent à manger pourront eux accueillir de nouveau des clients à partir de vendredi, mais pas installer à la même table des personnes issues de foyers différents, qui ont toujours interdiction de se mélanger.

"Tout le monde s'attend à ce qu'on constate, dans les prochaines semaines, une augmentation dans les chiffres" de contamination, a indiqué lundi le ministre des Affaires étrangères Simon Coveney sur la chaine de télévision publique RTE. "Le défi est de maintenir cette augmentation aussi faible que possible".

Selon le dernier bilan officiel, 2.053 personnes sont décédées du nouveau coronavirus en Irlande, sur une population de 5 millions d'habitants. Le nombre quotidien de décès, qui avait atteint un pic à 77 morts mi-avril, est généralement resté en dessous de 10 ces dernières semaines.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôles des maladies, la république affiche désormais le taux d'incidence du virus sur 14 jours le plus faible de l'Union européenne derrière l'Islande.

"Les efforts et sacrifices de chacun d'entre nous ont marché. Des vies ont été sauvées", s'était félicité vendredi le Premier ministre irlandais Micheal Martin. "En assouplissant les restrictions, nous allons aussi loin que possible pour trouver le meilleur équilibre entre les considérations sanitaires, économiques et sociales".

Une "trêve" de Noël sera mise en place du 18 décembre au 6 janvier, autorisant jusqu'à trois foyers à se retrouver à l'intérieur, ainsi que les voyages hors du comté de résidence ou à l'étranger.

"Ce ne sera pas le genre de Noël dont nous avions l'habitude, mais ce sera un moment très spécial où nous pourrons tous profiter d'un peu de répit face aux difficultés de l'année 2020", a déclaré M. Martin.