Alors que l'Europe a été déclarée "nouvel épicentre" de l'épidémie par l'OMS, de plus en plus de pays à travers le monde font le choix de fermer leurs frontières aux personnes provenant des régions les plus sévèrement touchées par le virus. D'autres États ont été encore plus loin en interdisant totalement l'entrée d'étrangers sur leur territoire, quel que soit le pays d'origine.

En Europe, certains pays comme la République Tchèque, la Serbie, le Danemark ou encore la Pologne ont annoncé ces derniers jours la fermeture totale de leurs frontières, dans l'espoir d'endiguer l'épidémie de coronavirus qui sévit à travers le monde et a occasionné le décès de plus de 6500 personnes depuis décembre 2019. Depuis ce lundi matin, l'Allemagne a quant à elle instauré un contrôle aux frontières. Les véhicules venant de France, d'Autriche, de Suisse, du Danemark et du Luxembourg sont systématiquement contrôlés et seuls les transports de marchandises et les travailleurs transfrontaliers sont autorisés à rentrer dans le pays, les frontières sont fermées pour les autres automobilistes.

Dans le reste du monde, de nombreux pays comme l'Inde, la Turquie ou l'Afrique du Sud, ont également fait le choix de fermer l'accès à leur territoire pour les personnes provenant des zones les plus touchées par le virus, comme la France, l'Italie, la Chine ou encore l'Espagne. D'autres États tels que l'Argentine et le Pérou ont quant à eux suivi l'exemple de certains de leurs homologues européens en prenant la décision d'interdire totalement l'accès à leur territoire aux étrangers.

Donald Trump avait pour sa part annoncé dès la semaine dernière que les États-Unis seront inaccessibles pour les Européens durant une période 30 jours.