La pandémie de coronavirus, qui s'accélère à l'échelle mondiale selon l'OMS, oblige l'Australie à reconfiner jeudi les cinq millions d'habitants de Melbourne, la deuxième ville du pays, alors que les Etats-Unis ont dépassé le seuil des trois millions de personnes contaminées.

Loin derrière les lourds bilans enregistrés par les pays les plus touchés comme les Etats-Unis et le Brésil, l'Australie - qui compte environ 9.000 cas et 106 morts - enregistre une hausse des cas à Melbourne (sud-est), avec plus d'une centaine de nouvelles infections quotidiennes. Une flambée aux yeux des autorités de ce pays qui semblait avoir réussi à maîtriser l'épidémie de Covid-19.

Les cinq millions d'habitants de la métropole ont donc reçu l'ordre de se confiner à nouveau pour six semaines, à compter de minuit dans la nuit de mercredi à jeudi.

Ils devront rester chez eux sauf pour raisons professionnelles, pour faire de l'exercice physique, se rendre à des rendez-vous médicaux ou acheter des produits de première nécessité. De telles mesures n'avaient été que récemment levées.

Restaurants et cafés ne pourront plus servir que des plats à emporter, tandis que les salles de gym et les cinémas devront à nouveau fermer.

Selon Daniel Andrews, Premier ministre de l'Etat de Victoria dont Melbourne est la capitale, il s'agit de la seule solution possible car sinon, "potentiellement", il y aura "des milliers et des milliers de cas" supplémentaires.

En prévision du reconfinement, les rayons des supermarchés ont été dévalisés mercredi. "Aussi frustrant que cela soit, je soutiens (le confinement) - mais reposez-moi la question dans six semaines", a lancé à l'AFP Michael Albert, un habitant de Melbourne.

Etats-Unis

Les Etats-Unis ont enregistré 55.000 cas de coronavirus supplémentaires sur les dernières 24 heures, selon les données mercredi soir de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. A 20h30, 3.046.351 cas de coronavirus avaient été enregistrés aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie, mais le nombre de personnes ayant contracté le nouveau coronavirus est probablement bien supérieur, en raison des difficultés d'accès aux tests qui existaient dans le pays en mars et avril.

Donald Trump balaie régulièrement ces chiffres inquiétants, les attribuant simplement à une simple hausse des capacités de test au cours du mois de juin.

Le nombre de décès attribués au Covid-19 est de 132.195, 833 personnes ayant perdu la vie au cours des dernières 24 heures. Après une stabilisation de l'épidémie sur la côte Est des Etats-Unis, notamment à New York un temps durement touchée, le pays connaît depuis environ un mois une flambée des infections dans le Sud et l'Ouest.

Plusieurs Etats ont ainsi été obligés de suspendre leur processus de déconfinement, voire même de revenir en arrière en ordonnant la fermeture des bars.

Mercredi, le président américain a appelé les écoles du pays à rouvrir à la rentrée, pesant de tout son poids pour assouplir les consignes de sécurité sanitaire et de distanciation physique émises par l'organisme fédéral de santé publique.

Flambée de cas à Tulsa après le meeting de Donald Trump

Le nombre de cas de Covid-19 recensés à Tulsa, dans l'Etat américain de l'Oklahoma, s'est envolé un peu plus de deux semaines après un meeting de campagne organisé par Donald Trump dans cette ville, ont indiqué mercredi les autorités sanitaires locales. Alors que le nombre de cas de Covid-19 avait chuté de 20% entre la semaine du 28 juin et le 4 juillet, le département de la Santé de Tulsa a fait état de plus de 200 contaminations nouvelles chaque jour depuis lundi, avec un pic à 266 mercredi.

Pressé de dire si cette explosion de cas était due au meeting présidentiel du 20 juin, le responsable local des services de santé, Bruce Dart, a estimé qu'il était "plus que probable" qu'elle soit liée à "plusieurs grands événements qui ont eu lieu voici un peu plus de deux semaines".

Pérou

Le Pérou a dépassé mercredi la barre des 11.000 morts liés au coronavirus, une semaine après avoir amorcé un déconfinement graduel pour réactiver une économie en partie paralysée, a annoncé le ministère de la Santé. Avec 181 décès lors des dernières 24 heures, le total des morts s'est élevé à 11.133, selon les autorités. Le nombre de cas a été porté à un total de 312.911 après l'enregistrement de 3.633 nouvelles contaminations en 24 heures.

Le Pérou, qui compte 33 millions d'habitants, est le deuxième pays d'Amérique latine en termes d'infections, derrière le Brésil, et le cinquième au monde. Il est le troisième pays latino-américain le plus endeuillé, derrière le Brésil et le Mexique.

Parmi les personnes atteintes de la maladie du Covid-19 se trouvent 24 enfants, hospitalisés à Iquitos, la principale ville de l'Amazonie péruvienne, qui a été la première région du pays à subir l'épidémie.

Le Pérou a assoupli la semaine dernière le confinement dans 18 de ses 25 départements, notamment la capitale Lima qui concentre 70% des cas du pays, et où l'épidémie est "en train de descendre", selon le gouvernement.

Les hôpitaux du pays andin sont au bord de l'explosion, avec 11.626 patients atteints du coronavirus, 20 de moins que mardi qui avait marqué un record d'occupation des lits. Il manque des équipements médicaux et de l'oxygène, et les personnels soignants se plaignent du manque de moyens.

Mexique

Le Mexique a enregistré mercredi un nouveau record d'infections au coronavirus avec 6.995 nouveaux cas répertoriés lors des dernières 24 heures, pour un total de 275.003 cas, a annoncé le ministère de la Santé. Le pays nord-américain déplore un total de 32.796 décès. Il est le cinquième pays le plus endeuillé au monde du fait de la pandémie de Covid-19. "Dans l'ensemble du pays, l'épidémie est en train de ralentir. Evidemment, elle continue à être active, mais l'augmentation du nombre de cas ne veut pas dire qu'elle accélère", a dit en conférence de presse le sous-secrétaire à la Santé Hugo Lopez-Gatell, responsable de la stratégie de lutte contre le coronavirus.

Le Mexique a amorcé en juin une timide réouverture pour quelques secteurs d'activité, ce qui, selon le responsable, représente un risque de nouvelles contaminations.

Japon

Tokyo a confirmé jeudi 224 nouvelles infections au coronavirus, soit l'augmentation quotidienne la plus élevée depuis le début de l'épidémie, a déclaré la chaîne NHK. Ce rapport intervient dans un contexte où l'on craint de plus en plus une nouvelle vague de coronavirus après que le gouvernement ait mis fin à l'état d'urgence à la fin du mois de mai.

Le Japon a signalé 207 nouveaux cas de coronavirus mercredi, dont 75 à Tokyo et 48 dans la localité voisine de Saitama.

Le Japon a jusqu'à présent confirmé 21.125 infections au coronavirus, dont 712 sur un bateau de croisière mis en quarantaine près de Tokyo en février, et 995 décès, selon un décompte de la chaîne NHK.

Grèce

Les autorités grecques ont exprimé jeudi leur inquiétude face à l'augmentation des cas de Covid-19 dans les Balkans voisins, soulignant le risque de "cas importés" en raison de l'arrivée en Grèce de touristes par les frontières terrestres. Alors que le bilan dans le pays reste toujours particulièrement bas, avec moins de 50 cas repérés quotidiennement, le fait que plus de la moitié de ces cas proviennent des touristes est un sujet de préoccupation.

"Sur les 31.169 tests effectués à l'ensemble des portes d'entrée du pays entre les 1er et 6 juillet, seuls 100 cas ont été détectés positifs, soit 0,3%", a assuré le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas lors d'un point de presse.

L'augmentation du nombre de cas est "sous contrôle", mais "les plus grands problèmes proviennent des frontières terrestres avec les Balkans (...) où la tendance soudaine à la hausse est un risque pour les cas importés", a-t-il ajouté.

Stelios Petsas a toutefois prévenu que "le principal risque actuellement est à l'intérieur du pays" où les mesures de distanciation sociale ou le port de masques ne sont pas bien respectés.

Au moins sept touristes serbes à travers le pays ont été testés positifs au Covid-19 depuis lundi et placés en quarantaine.

A la station balnéaire d'Aidipsos sur l'île d'Eubée, les autorités sont en train d'effectuer des tests sur 80 touristes serbes séjournant dans un hôtel où un couple en provenance de la Serbie s'est révélé positif au Covid-19, selon des médias.

Dès l'ouverture de ses frontières à la mi-juin, la Grèce a décidé d'effectuer de tests aléatoires sur les touristes arrivant dans le pays.

Après le foyer en Serbie, les autorités grecques ont multiplié les tests au poste frontalier de Promahonas avec la Bulgarie, principal point d'entrée de nombreux touristes des Balkans.

Dimanche, la Grèce a fermé ses frontières à tous les ressortissants de Serbie jusqu'au 15 juillet.

"Nous attendons avec inquiétude de voir l'évolution de la courbe épidémiologique d'ici fin juillet", a indiqué à la télévision publique Ert Nikolaos Sypsas, professeur des maladies infectieuses à la Faculté de médecine d'Athènes.

Avec 193 morts pour moins de 3.700 cas au total depuis l'apparition du Covid-19 sur son sol fin février, la Grèce reste l'un des pays européens les moins touchés.