Les autorités britanniques ont décidé d'autoriser trois foyers différents à se rencontrer à l'intérieur pendant cinq jours, du 23 au 27 décembre, levant provisoirement les restrictions qui s'appliquent à la plupart du pays.

Dans un éditorial conjoint, le British Medical Journal (BMF) et le Health Service Journal (HSJ) estiment que cela pourrait entraîner une congestion du service public de santé (NHS), alors que les infections et les hospitalisations repartent à la hausse dans certaines régions.

"Nous pensons que le gouvernement est sur le point de commettre une autre erreur majeure qui coûtera la vie à de nombreuses personnes", soulignent les revues.

"Le nombre de patients hospitalisés avec le Covid-19 continuant à augmenter, et une troisième vague étant presque inévitable, les hôpitaux du NHS risquent d'être confrontés à un choix difficile: être submergés ou stopper les interventions facultatives et non urgentes", ajoutent-elles.

Elles appellent le Royaume-Uni à suivre "les exemples plus prudents" de pays voisins comme l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas.

Le ministre de la Santé, Matt Hancock, avait indiqué lundi n'avoir aucune intention de revenir sur ce relâchement, mais certains journaux font état d'une possible révision de la mesure mercredi.

Cet avertissement intervient au lendemain de l'annonce du passage de Londres et de certaines régions du sud-est, où l'épidémie gagne du terrain, au plus haut niveau des restrictions dès mercredi.

Les autorités ont également indiqué avoir détecté une nouvelle variante du nouveau coronavirus, potentiellement impliquée dans la transmission galopante observée dans ces régions.

Dans les zones soumises au niveau le plus sévère des restrictions, les hôtels, pubs et restaurants doivent fermer (sauf pour la livraison et la vente à emporter), ainsi que les lieux culturels comme les cinémas, théâtres et musées. Les commerces et écoles restent en revanche ouverts.

Les interactions sociales sont limitées, avec l'interdiction de se mélanger avec des personnes faisant partie d'un autre foyer excepté dans certains endroits ouverts comme les parcs.

L'un des pays les plus endeuillés en Europe avec plus de 64.000 morts, le Royaume-Uni a connu deux confinements depuis le début de la pandémie. La gestion de la crise par le gouvernement du Premier ministre conservateur Boris Johnson a été vertement critiquée.