Ce jeudi 12 mars, 160 échantillons ont été testés positifs au virus Covid-19 par le laboratoire de la KULeuven, indique le SPF Santé publique.

Parmi ceux-ci, 61 résident en Flandre, 84 en Wallonie et 8 à Bruxelles (nous n’avons pas d’information concernant le lieu de résidence des 7 dernières personnes).

Depuis le début de l’épidémie, 559 cas d’infections au Covid-19 ont été détectés en Belgique.

Le SPF indique qu'on constate "une augmentation du nombre de cas sur notre territoire, qui s’accentuera encore dans les jours à venir. Nous rappelons qu’il est très important de s’isoler à la maison dès que l’on est malade (fièvre, toux, difficultés respiratoires ...) et de téléphoner directement à son médecin traitant. Il est également essentiel de respecter les nouvelles recommandations annoncées hier par la Première ministre Sophie Wilmès, afin de ralentir la progression de l’épidémie et de protéger les plus fragiles d’entre nous".

"On n'est qu'au démarrage de l'épidémie"

Lors d'une conférence de presse convoquée par le centre de crise ce vendredi matin, Steven Van Gucht et Emmanuel André, porte-paroles interfédéraux Covid-19, précisaient que le nombre de 160 nouveaux cas était probablement une sous-estimation puisque les diagnostics sont privilégiés pour les personnes "les plus sévèrement malades et celles qui participent à l'effort sanitaire". Les hôpitaux commencent par ailleurs à ressentir l'arrivée de ces nouveaux patients.

"On n'est qu'au démarrage de l'épidémie, qui continue de progresser", ont souligné les experts. "Les mesures prises et appliquées aujourd'hui commenceront à avoir un impact dans les cinq à 10 prochains jours" et leurs effets pourront alors être évalués, a estimé Emmanuel André. Elles visent à "limiter un maximum les contacts sociaux pour éviter une propagation de l'épidémie". "Nous voulons essayer de diminuer un maximum le pic de l'épidémie et l'intensité du travail qui sera demandé à nos collègues dans les hôpitaux, en première ligne et aux familles et malades." Ces mesures, "drastiques" mais "qui sauveront des vies", "sont prises au début de l'épidémie" pour éviter des scénarios tels que celui de l'Italie.

© IPM Graphics

Les spécialistes sont conscients que le fait d'autoriser les crèches à rester ouvertes peut "poser question", a relevé le professeur Emmanuel André . "Il y a déjà des mesures d'hygiène dans les crèches qui peuvent être renforcées." Si les enfants en bas âge peuvent être fortement contagieux, ils ne sont "généralement pas sévèrement malades" en cas de contamination.

Le passage en phase fédérale implique la mise en place d'une organisation de crise en Belgique pour "faciliter la coordination et le flux d'informations", pour une gestion "collégiale et cohérente", a expliqué Benoît Ramacker, porte-parole de la cellule de crise fédérale. Le comité fédéral de coordination est présidé par le centre de crise et appuyé par le SPF Santé publique sous l'expertise du Risk Management Group (RMG).

Note de la rédaction

Les chiffres officiels que nous relayons chaque jour, suite à la communication du SPF Santé, ne sont pas le reflet exact de la situation de la propagation du coronavirus en Belgique. Parce que, dans un premier temps, seules les personnes souffrantes et de retour d'une zone à risques ont été dépistées. Et parce que, désormais, seuls les cas les plus critiques, qui font l'objet d'une hospitalisation, sont testés au Covid-19. Il est évident que le coronavirus est largement plus présent en Belgique que ce que les chiffres du SPF décrivent. Néanmoins, s'agissant du seul état des lieux officiel chiffré d'une situation qui évolue au jour le jour, nous estimons important de continuer à relayer cette information, qui doit toutefois être relativisée.