"Pour le moment, les usines russes sont consacrées à la production (de ce vaccin) pour la Russie, jusqu'à la fin de la vaccination de masse. On espère que l'on pourra peut-être terminer cette vaccination de masse avant le mois de juin" pour "tous les citoyens russes qui le souhaitent", a affirmé le diplomate sur le plateau de l'émission 'C'est pas tous les jours dimanche' de la chaîne de télévision privée RTL.

"Après, on pourrait livrer ce vaccin à l'étranger", a ajouté M. Tokovinin, assurant que Moscou était "en contact avec plusieurs pays" pour la fourniture de ce vaccin, déjà choisi par la Hongrie, membre de l'UE, et la Serbie, de même que par des pays proches de la Russie (Iran, Brésil, Nicaragua...).

Au sein de l'UE, la France et l'Allemagne se disent ouvertes au vaccin Spoutnik V. Il pourra être distribué en France s'il "correspond aux exigences" scientifiques européennes, a déclaré le gouvernement français. L'Allemagne et l'Espagne ont exprimé la même position, tandis que la Russie, qui veut augmenter la production de son vaccin à l'étranger, a contacté le laboratoire allemand IDT pour le produire en Europe. "S'il est homologué par l'Agence européenne des médicaments", a précisé M. Tokovinin.

Il a confirmé la possibilité de produire le Spoutnik V en Inde, au Brésil et en Allemagne, parlant de "contacts préliminaires".

Selon une étude dont les résultats ont été publiés mardi dans la revue médicale 'The Lancet' et validés par des experts indépendants, ce vaccin est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du Covid-19.

Selon l'ambassadeur, les scientifiques "peuvent être fiers" de ces résultats.

La Hongrie accorde son ultime feu vert 

La Hongrie a levé dimanche le dernier obstacle à l'administration à sa population du vaccin russe Spoutnik V, avec le feu vert accordé par les autorités sanitaires nationales. "Le Centre national de la santé publique (NNK) a terminé les tests officiels (...) et le vaccin peut être administré chez l'homme", a annoncé le ministre de la Santé Miklos Kasler sur les réseaux sociaux.

Mardi, Budapest avait annoncé avoir reçu 40.000 doses de ce vaccin, une première au sein de l'Union européenne (UE). Au total, le gouvernement nationaliste de Viktor Orban en a commandé deux millions, qui doivent être livrées sur trois mois.

D'abord accueilli avec scepticisme en occident, le vaccin russe a depuis convaincu des experts de son efficacité.

La revue médicale spécialisée The Lancet a publié mardi des résultats selon lesquels Spoutnik V est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du Covid-19.

A plusieurs reprises, la Hongrie, un pays de 9,8 millions d'habitants proche de Moscou, a dénoncé le processus d'acquisition des vaccins occidentaux par les autorités de l'UE, qu'il juge trop lent.

Elle a également été le premier membre de l'UE à avoir signé un accord avec le laboratoire chinois Sinopharm, annonçant une commande de cinq millions de doses de son vaccin.

Elle prévoit de commencer à administrer à ses habitants le vaccin chinois dans le courant du mois de février.