Selon les estimations, environ 600 citoyens européens présents dans la région de Wuhan, en Chine, où est apparu une nouvelle version du coronavirus (2019-nCoV) le mois dernier, ont déjà émis le souhait d'être rapatriés, a indiqué la Commission mercredi. De nombreux pays européens sont concernés, dont la France, qui a activé mardi le mécanisme de protection civile de l'UE, la Belgique, mais aussi l'Autriche, la Bulgarie, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Royaume-Uni, entre autres. Le nombre total d'Européens qui se trouvent non loin du cœur de l'épidémie et souhaiteraient être rapatriés évolue sans cesse, le processus se faisant petit à petit: les demandes parviennent aux présences consulaires de chaque pays sur place, qui les coordonnent ensuite avec la France.

© AFP

Via le mécanisme de protection civile de l'UE, deux avions français doivent se rendre sur place dans les prochains jours pour ramener des citoyens européens qui ne présentent pas de symptômes de l'infection au coronavirus. L'Europe prend en charge la plus grande partie du coût de ce transport.

Avec environ 250 places dans chaque avion, il n'est pas certain que ces deux vols soient suffisants et il est possible que d'autres soient planifiés par la suite, en fonction de la demande, laissait entendre mercredi un porte-parole de la Commission.

Les détails opérationnels des deux vols sont actuellement en discussion entre la France et Pékin, selon le commissaire à la gestion des crises Janez Lenarcic.

Actuellement, il y a huit cas confirmés d'infections au coronavirus en Europe: quatre en Allemagne et autant en France, a rappelé mercredi la commissaire à la Santé Stella Kyriakides. "Elles sont toutes traitées dans des départements spécialisés en maladies infectieuses, en Allemagne et France. Leurs contacts sont retracés et des mesures sont prises pour les personnes avec lesquelles elles ont été en contact", ajoute-t-elle.