Plus de 60.000 morts du Covid-19 en France depuis le début de l'épidémie

Le nombre de morts causées par l'épidémie de coronavirus en France depuis mars a franchi la barre des 60.000 vendredi, à 60.229 personnes, selon des chiffres de Santé publique France publiés vendredi.

Les autorités sanitaires s'inquiètent depuis plusieurs jours d'une reprise "préoccupante" de l'épidémie, à la veille des fêtes de fin d'année.

"Nous sommes vraiment sur une augmentation de la circulation du virus, une reprise de l'épidémie", a indiqué Sophie Vaux, épidémiologiste à Santé publique France, au cours d'un point de presse en ligne.

Un constat établi sur la base d'une "reprise" des contaminations sur une base hebdomadaire. La semaine dernière, près de 80.000 tests de dépistage (PCR ou antigéniques) ont été enregistrés, soit 10% de plus que la semaine précédente.

Vendredi, Santé publique France a fait état de 15.674 personnes testées positives sur 24 heures, contre 18.254 la veille. Le taux de positivité, --qui mesure le pourcentage de personnes contaminées par rapport aux nombre de tests--, est à 5,9%, en légère baisse par rapport à 6,1% jeudi.

Le nombre de personnes traitées en réanimation s'établit à 2.764 patients, en baisse par rapport à 2.808 jeudi. Même scénario pour le nombre de patients hospitalisés, à 24.945, contre 25.182 la veille.

Mais les autorités sanitaires s'inquiètent d'un nouvel afflux de malades à la suite de la période des fêtes, malgré l'imposition d'un couvre-feu et l'appel pressant des autorités à limiter les réunions familiales.

La France, qui était déjà "à un niveau préoccupant en termes de nouveaux cas, de charge hospitalière", se trouve "à la veille de deux semaines particulières, qui sont des semaines de congés, de retrouvailles, de rencontres", a dit vendredi Laëtitia Huiart, directrice scientifique de l'agence de santé publique lors de son point de presse.

Le bilan de la pandémie en France est à comparer à celui de l'Italie, avec plus de 67.000 morts, et s'inscrit dans les 504.009 décès enregistrés en Europe. Le Covid-19 a fait au moins 1.662.792 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à 11h00 GMT.

La Suède recommande pour la première fois le masque

La Suède a recommandé pour la première fois vendredi le port du masque, dans les transports publics, dans un nouveau revirement de sa stratégie atypique et controversée face au coronavirus. Le pays scandinave, en difficulté face à la deuxième vague, va également adopter une série de nouvelles restrictions, dont l'introduction de jauges dans les commerces et la limitation des tablées à quatre personnes maximum dans les restaurants, a annoncé le Premier ministre Stefan Löfven dans une conférence de presse.

L'Autriche décrète un troisième confinement strict après Noël

Le gouvernement autrichien va instaurer un troisième confinement généralisé à partir du 26 décembre pour tenter d'endiguer la pandémie de coronavirus, a indiqué vendredi le gouvernement.

"Du 26 décembre au 24 janvier, les restrictions en matière de couvre-feu s'appliqueront à nouveau toute la journée", a écrit le gouvernement dans un communiqué. Jusqu'à présent, le couvre-feu avait été décrété entre 20h et 6h du matin.

Les magasins et les écoles vont à nouveau fermer jusqu'au 18 janvier. Le maintien de l'ouverture des stations de ski est laissé à l'appréciation des autorités locales et régionales.

A partir du 15 janvier, seuls les résidents s'étant pliés à un test antigénique pourront reprendre une vie sociale avant la levée générale des restrictions le 24 janvier, a précisé le gouvernement.

"Pendant la semaine du 18 au 24 janvier, les écoles, les magasins et les restaurants seront ouverts à tous ceux qui ont subi un test antigénique de dépistage datant de moins d'une semaine", peut-on lire dans le communiqué.

Les enseignants, les commerçants en contact avec la clientèle et les conducteurs de transports en commun seront testés toutes les semaines à partir du 18 janvier.

Face à une situation préoccupante la Suisse prend de nouvelles mesures anti-Covid

Le gouvernement fédéral suisse a annoncé vendredi de nouvelles mesures pour tenter d'enrayer une épidémie de Covid-19 qui continue à progressser dans une partie du pays alpin.

"La situation épidémiologique est préoccupante. Le nombre de contaminations est très élevé et augmente à nouveau. Les hôpitaux et le personnel soignant sont surchargés depuis des semaines, et les fêtes qui approchent renforcent le risque de propagation accélérée du virus", souligne un communiqué du Conseil fédéral.

La Suisse enregistre chaque jour plus de 4.000 nouvelles infections et plus d'une centaine de morts pour une population de seulement 8,6 millions de personnes.

A partir de mardi 22 décembre, les restaurants, les établissements culturels et sportifs ainsi que les lieux de loisirs devront fermer leurs portes. Les magasins en revanche pourront rester ouverts, mais en limitant les capacités, a précisé la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, au cours d'une conférence de presse.

Ces restrictions sont instaurées au moins jusqu'au 22 janvier.

Les restaurants seront fermés, avec des exceptions comme les cantines et les restaurants d'hôtels.

Les établissements sportifs doivent aussi fermer leurs portes, mais là encore il y aura des exceptions: les matchs d'équipes professionnelles peuvent être maintenus en l'absence de spectateurs.

Les lieux culturels seront aussi fermés mais les activités culturelles organisées en petits groupes restent possibles.

Toutefois, devant le tollé des cantons francophones, qui avaient pris plus tôt des mesures plus fermes qu'en Suisse alémanique, la Confédération explique que les cantons qui ont des statistiques épidémiologiques plus favorables pourront alléger les mesures annoncées au niveau national.

Les stations de ski elles restent ouvertes, mais devront instaurer les mêmes mesures restrictives concernant les restaurants et les magasins.

Le ministre de la Santé, Alain Berset a mis ses concitoyens en garde et leur a demandé "de réfléchir" avant de partir à la neige, ne serait ce que parce que les hôpitaux sont déjà pleins.

Croatie: restrictions sur les déplacements mais pas les messes

La Croatie, où les contaminations au coronavirus sont galopantes, a imposé vendredi des restrictions sur les déplacements pendant les fêtes mais allégé les contraintes pour les messes de Noël. Le petit pays des Balkans, où l'Eglise catholique est très influente, recense depuis quelques semaines des taux de nouveaux cas par habitant parmi les plus élevés de l'Union européenne.

Du 23 décembre au 8 janvier, les gens ne pourront se déplacer que dans le département de leur lieu de résidence, a déclaré le ministre de l'Intérieur Davor Bozinovic à la presse.

Seuls les membres de deux foyers pourront se réunir à l'intérieur, dans une limite de dix personnes.

"Le but, c'est que le nombre (de contaminations) n'explose pas après Noël et le Nouvel an", a-t-il dit.

Mais les autorités ont décidé de permettre que les fidèles puissent assister aux messes de Noël, les 24 et 25 décembre, à plus de 25 personnes, la limite actuelle pour les rassemblements.

"Les gens ont le besoin spirituel d'aller à l'église (...) alors la décision a été prise de permettre aux fidèles de le faire pendant ces deux jours", a déclaré Krunoslav Capak, directeur de l'Institut national de Santé publique.

Les églises devront toutefois s'assurer que les fidèles disposeront de sept mètres carrés par personne.

Cette décision a suscité des réactions de colère sur les réseaux sociaux, des usagers estimant que les bars et les restaurants, fermés depuis la fin novembre, pourraient bénéficier de mesures similaires.

"L'église n'est pas le seul endroit où les fidèles peuvent prier", se plaint un internaute.

Près de 90% des Croates sont des catholiques et l'Eglise joue un rôle très actif dans le pays.

Selon des données de l'AFP, la Croatie arrive en deuxième position dans l'UE pour le taux d'incidence du virus, avec 1.158 cas pour 100.000 habitants sur 14 jours, derrière la Lituanie.

Plus de 3.000 personnes sont mortes du Covid-19 dans le pays de 4,2 millions d'habitants.