L'Agence européenne des médicaments (EMA) commence l'examen du vaccin russe Spoutnik V contre le Covid-19, indique l'instance dans un communiqué jeudi. Cette décision se base sur les résultats d'études cliniques sur les adultes. Ceux-ci indiquent que Spoutnik V déclenche la production d'anticorps et de cellules immunitaires qui ciblent le Sars-Cov-2 et peut donc aider à protéger contre le Covid-19, souligne l'EMA dans son communiqué.

Celle-ci évaluera les données dès qu'elles seront disponibles pour déterminer si les bénéfices l'emportent sur les risques. Le processus d'examen se poursuivra jusqu'à obtenir assez d'éléments justifiant une demande formelle d'autorisation de mise sur le marché.

"Le vaccin Spoutnik V sera évalué selon les standards européens d'efficacité, de sécurité et de qualité", poursuit le communiqué.

L'EMA a précisé que le calendrier pour l'approbation devrait "prendre moins de temps que d'habitude" en raisons des travaux préparatoires déjà réalisés. Le temps écoulé entre l'examen continu et l'autorisation a, jusqu'à présent, été compris entre deux et quatre mois.


De l'autre côté, les autorités russes sont prêtes jeudi à fournir des vaccins à 50 millions d'Européens à partir de juin, à suite de l'annonce de l'Agence européenne des médicaments, a déclaré dans un communiqué Kirill Dmitriev, patron du fonds souverain russe, qui a contribué au développement de ce vaccin. "Spoutnik V peut apporter une importante contribution pour sauver des millions de vies en Europe."

D'abord accueilli avec scepticisme en Occident, le premier vaccin russe contre le Covid-19 a depuis convaincu des experts, notamment après la publication de résultats dans la revue spécialisée The Lancet, selon lesquels l'efficacité du vaccin russe est de 91,6% contre les formes symptomatiques de la maladie.

Pour le moment, trois vaccins sont autorisés dans l'Union européenne: ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca. Un quatrième, celui de Johnson & Johnson, est soumis à une demande d'autorisation. Deux autres, ceux de Novavax et CureVac, ont entamé leur processus d'examen continu.