Au total, 750.003 décès ont été recensés dans le monde sur 20.667.684 cas déclarés. L'Amérique latine et les Caraïbes est la région la plus touchée avec 228.572 morts et près de la moitié des décès mondiaux du Covid-19 ont été enregistrés dans quatre pays : les Etats-Unis (166.038), le Brésil (104.201), le Mexique (54.666) et l'Inde (47.033).

L'université Johns Hopkins a rapporté jeudi environ 1.500 décès dus au Covid-19 en 24 heures aux États-Unis, un chiffre qui n'avait pas été aussi élevé depuis fin mai. Le pays compte également environ 55.900 nouvelles infections sur une période de 24 heures.

Le 27 mai, 1.522 décès dus au coronavirus avaient été signalés. C'était le chiffre le plus élevé depuis le pic de 2.666 décès mi-avril.

La population des États-Unis s'élève à 330 millions d'habitants. Selon l'université, quelque 5.197.147 personnes ont contracté le nouveau coronavirus, ce qui a entraîné 166.027 décès.

L'Allemagne atteint un nouveau pic d'infections depuis le début du mois de mai

Le nombre de nouvelles infections au Covid-19 en Allemagne a, pour la deuxième journée consécutive, atteint un pic depuis le début du mois de mai. Les ministres de la Santé des Länder ont enregistré 1.445 nouvelles infections en une journée, selon l'Institut Robert Koch. Le dernier nombre plus élevé date du 1er mai, avec 1.639 nouvelles contaminations.

Pas moins de 1.226 nouvelles infections ont été recensées mercredi, ce qui constitue un record en trois mois. Le pic de contaminations avait été atteint début avril avec plus de 6.000 nouvelles infections par jour. Le nombre de cas journaliers dans le pays était ensuite passé sous la barre des 500 à partir de la fin du mois de mai avant de repartir à la hausse fin juillet. Les experts sont préoccupés par la situation sanitaire.

Quelque 219.964 contaminations, environ 9.211 décès et au moins 199.500 guérisons ont été recensés en Allemagne depuis l'apparition du virus dans le pays.

La Finlande recommande désormais le port du masque

La Finlande fait volte-face et recommande désormais le port du masque dans les lieux publics afin de contenir la propagation de nouveau coronavirus, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires, sur fond de reprise de l'épidémie dans le pays. Si la Finlande est selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'un des pays ayant en Europe un taux très bas de contamination, le pays nordique enregistre actuellement une recrudescence du nombre de cas liés au Covid-19. Au cours des deux dernières semaines, 219 nouveaux cas ont été recensés.

L'organisme de santé publique THL a estimé jeudi que "les preuves de l'efficacité des masques ne sont pas particulièrement solides" mais que "de petits ajouts à notre éventail d'options disponibles sont justifiés".

Le port du masque est dorénavant recommandé au plus de 15 ans dans les transports publics et autres situations où la distanciation sociale ne peut être maintenue.

Les régions finlandaises qui n'ont pas enregistré de nouveaux cas ces quinze derniers jours sont dispensées de suivre ces recommandations.

Au début de l'épidémie, les autorités sanitaires locales avaient balayé d'un revers de main le port du masque, insistant sur le fait que ce dernier pourrait accélérer la propagation du virus s'il était mal manipulé.

Mika Salminen, directeur de la sécurité sanitaire au THL, a justifié jeudi ce revirement, en soulignant que "lorsque les masques ont été discutés au printemps, le nombre de cas était en forte baisse".

Lundi, le pays nordique avait annoncé la mise en place de tests de dépistage obligatoires dans certains aéroports et ports. Toute personne en provenance d'un "pays à risque" arrivant en Finlande devra se soumettre à une quatorzaine ou prendre le risque d'une amende ou d'une peine d'emprisonnement de trois mois.

Plus de 3.800 cas en 24 heures en Irak

Le ministère irakien de la Santé a annoncé jeudi avoir recensé 3.841 contaminations au nouveau coronavirus en 24 heures, un record depuis le premier cas de Covid-19 recensé en février dans le pays au système de santé à genoux. Ces nouveaux malades portent à 164.277 le nombre total de contaminations en Irak, dont 5.641 morts et 117.208 guérisons, selon les chiffres officiels communiqués chaque jour par le ministère.

Au gré des confinements, déconfinements partiels et autres couvre-feux plus ou moins longs, le nombre de contaminations n'a cessé de grimper.

D'abord quasi-épargné, l'Irak est désormais l'un des pays du Moyen-Orient les plus touchés par la pandémie mais reste toujours loin derrière son grand voisin iranien (plus de 300.000 cas et quelque 18.000 décès).

Dans le pays, qui s'enorgueillissait jusque dans les années 1980 d'avoir l'un des meilleurs systèmes de santé du Moyen-Orient --gratuit pour tous-- les hôpitaux publics sont devenus des repoussoirs avec leurs équipements vétustes, leur personnel peu formé et leurs bâtiments délabrés.

Le budget de la santé n'atteint par ailleurs pas les 2% en Irak pourtant parmi les pays les plus riches en pétrole.

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, l'Irak dispose de 14 lits d'hôpitaux pour 10.000 habitants, contre 60 en France par exemple.

Une fois contaminés, beaucoup d'Irakiens préfèrent ainsi rester chez eux.

Mais alors que la corruption règne dans le pays et que le marché des médicaments ne répond à aucune règle: la spéculation a également fait exploser les prix des médicaments et équipements médicaux pour les particuliers.

Récession record au Royaume-Uni

La pandémie de Covid-19 continue de faire planer incertitude et inquiétude à travers le monde au moment où le Royaume-Uni connaît une récession sans précédent et que l'OMS se dit impatiente d'analyser les essais cliniques d'un vaccin russe.

Le Royaume-Uni a subi au deuxième trimestre une chute "record" de 20,4% de son économie et, sur les six premiers mois de l'année, sa pire récession jamais enregistrée. Le Royaume-Uni signe la plus mauvaise performance au deuxième trimestre en Europe, devant l'Espagne (-18,5%) et bien pire que la France (-13,8%).

Londres a par ailleurs changé mercredi sa méthode pour comptabiliser les décès dus à l'épidémie, ne prenant désormais en compte que ceux survenus dans les 28 jours après un test positif. Cette méthode offre un bilan inférieur de 5.300 morts par rapport au bilan précédent pour ce pays qui reste en tête des décès en Europe avec 41.329 tués, selon le nouveau comptage.

Alors que de Moscou à Washington en passant par l'Amérique latine, la course effrénée pour trouver un vaccin contre le coronavirus s'accélère, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mercredi attendre avec impatience de pouvoir analyser les résultats des essais cliniques russes du vaccin contre le virus. A la surprise générale, le président russe Vladimir Poutine avait affirmé la veille que son pays avait développé le "premier" vaccin contre le Covid-19 et allait le produire dès septembre, alors même que les essais ne sont pas terminés. "L'OMS est en contact avec les scientifiques et les autorités russes et attend avec impatience d'étudier les détails des essais" cliniques, dit le communiqué de l'Organisation basée à Genève.

Le gouvernement de l'Etat brésilien du Parana (sud) a signé mercredi un protocole d'accord avec la Russie pour essayer et produire son nouveau vaccin Spoutnik V contre le coronavirus, dont l'efficacité est sujette à caution.

L'Argentine et le Mexique vont prendre en charge de leur côté la production et la distribution en Amérique latine, sauf au Brésil, du futur vaccin contre le coronavirus élaboré conjointement par le laboratoire AstraZeneca et l'université d'Oxford.

En Europe, de nouvelles mesures sanitaires ont été prises

L'Allemagne a ajouté mercredi Bucarest et plusieurs régions de Roumanie à sa liste de zones considérées comme à haut risque de contamination par le Covid-19, obligeant son ministre du Travail à annuler une visite dans la capitale roumaine.

Sur le plan économique, le gouvernement allemand a annoncé mercredi l'octroi d'une nouvelle aide publique de 1,2 milliard d'euros au numéro 1 mondial du tourisme TUI, afin d'assurer le "maintien des emplois" du groupe dans le pays.

En Espagne, la province de Galice (nord-ouest) va à partir de jeudi interdire de fumer dans les rues et aux terrasses de café s'il n'est pas possible de respecter une distance de sécurité d'au moins deux mètres entre les personnes. Cette mesure, inédite en Espagne qui compte 28.579 décès, vise à tenter de freiner la transmission du virus.

La Turquie quant à elle s'est résolue à retarder d'un mois la rentrée des établissements scolaires et des universités, le nombre de cas de contamination au coronavirus enregistrés chaque jour étant supérieur à 1.000.

"Les écoles rouvriront avec l'enseignement à distance le 31 août", a déclaré à la presse à Ankara le ministre de l'Education Ziya Selcuk. Selon lui, on peut espérer un retour progressif dans les classes à partir du 21 septembre.

Confinement dominical

En Amérique latine, un confinement dominical va être réimposé au Pérou, 3e pays le plus affecté de la région après le Brésil et le Mexique, alors qu'en Argentine, le nombre de décès a dépassé mercredi la barre des 5.000.

Au Brésil, 2e pays le plus touché au monde avec plus de 104.000 décès, Joao Doria, le gouverneur de Sao Paulo, a annoncé mercredi être positif au Covid-19 et continuer d'exercer ses fonctions en quarantaine.

En Nouvelle-Zélande, la Première ministre Jacinda Ardern réfléchissait quant à elle mercredi à un possible report des élections du 19 septembre en raison de la résurgence, encore modeste, de l'épidémie dans son pays.

L'archipel océanien a jusqu'ici été érigée en exemple de bonne gestion de la crise sanitaire après avoir enregistré 102 jours sans aucune contamination locale.

Au total, selon le dernier bilan établi par l'AFP jeudi à 00H30 GMT, l'épidémie de coronavirus a fait au moins 745.783 morts dans le monde et contaminé plus de 20 millions de personnes depuis son apparition en décembre.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 165.909 décès pour 5.191.689 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Marathon annulé

En France, au cours des dernières 24 heures, le nombre de personnes diagnostiquées positives au virus a augmenté de 1.397 nouveaux cas.

"Je le dis avec une forme de gravité: si nous ne réagissons pas collectivement, nous nous exposons à un risque élevé de reprise épidémique qui sera difficile à contrôler", a ainsi prévenu mardi le Premier ministre français Jean Castex.


Sur le plan sportif, les événements connaissent des fortunes diverses. Si le marathon de Londres fait de la résistance avec une course réservée aux athlètes d'élite le 4 octobre, le marathon de Paris a lui été annulé mercredi, à l'instar de ceux de New York, Berlin, Boston, Francfort, et Chicago, parmi les plus prestigieux du circuit mondial.

L'Indonésie fermée aux touristes étrangers jusqu'à la fin de l'année

L'Indonésie n'accueillera pas de touristes étrangers jusqu'à la fin de cette année en raison de la pandémie de coronavirus, le gouvernement pariant plutôt sur une stimulation du tourisme intérieur comme l'a expliqué jeudi le ministre en charge des investissements lors d'un forum virtuel avec des hommes d'affaires. On ignore pour l'instant l'impact qu'aura cette décision sur les projets des autorités balinaises d'autoriser le retour des touristes à la mi-septembre.

L'archipel, particulièrement touché par le virus, a enregistré près de 133.000 contaminations et 6.000 décès.

Le coronavirus découvert sur du poulet brésilien en Chine

Le coronavirus à l'origine de la maladie Covid-19 a été découvert au cours d'un contrôle de routine sur du poulet importé du Brésil, premier producteur mondial, ont annoncé jeudi les autorités chinoises. Le virus était présent sur des échantillons d'ailes de poulet congelées prélevés mardi, a précisé dans un communiqué la mairie de la métropole de Shenzhen (sud), aux portes de Hong Kong. Les autorités assurent avoir "immédiatement" procédé au dépistage des personnes ayant été en contact avec les produits contaminés, ainsi que de leurs proches. Ces tests se sont tous avérés négatifs, selon le communiqué.


La Chine, où le coronavirus a fait son apparition à la fin de l'an dernier, a largement endigué l'épidémie si l'on en croit les chiffres officiels. Le pays a ainsi annoncé jeudi un bilan quotidien de 19 contaminations. Le dernier décès dû au virus remonte à mi-mai. Le Brésil est en revanche le deuxième pays du monde le plus durement frappé, après les Etats-Unis.

Dans la province de l'Anhui (est), la mairie de la ville de Wuhu a par ailleurs annoncé jeudi la découverte du virus sur des emballages de crevettes en provenance d'Equateur. Ces paquets étaient conservés dans le congélateur d'un restaurant de la ville.

Le Covid-19 est une maladie respiratoire et rien ne laisse supposer pour l'heure qu'elle puisse se transmettre via l'ingestion de produits contaminés.