Le roi Philippe, accompagné de la ministre de la Santé Maggie De Block, a visité mercredi après-midi le centre d'expertise Sciensano, à Uccle. Il a notamment participé à une table ronde en compagnie d'experts au sujet de l'épidémie de coronavirus. 

"J'ai confiance à 100% en nos chercheurs" pour faire face à la crise actuelle, a indiqué le souverain lors de sa visite au centre, où travaillent quelque 700 personnes.

La ministre De Block a elle martelé qu'il appartenait à "tout le monde de prendre ses responsabilités" pour endiguer la propagation du coronavirus. "Le travail de Sciensano, plus particulièrement depuis huit semaines, est essentiel pour prendre des décisions. Hier/mardi, il était vraiment temps de mettre des mesures en place."

Quant à l'évolution de la situation, elle concède que, sur base des observations à l'étranger, d'autres décès sont inéluctables en Belgique. "Le suivi en temps réel est essentiel, tant du nombre de personnes contaminées que des capacités de nos services de santé. Les mesures peuvent être modifiées à tout moment."

© Belga

"Il y aura des 'surprises'", a ajouté le virologue Marc Van Ranst. Les personnes âgées ne seront pas les seules concernées par les cas les plus graves, prévoit-il. "Des patients jeunes vont aussi mourir, pour des raisons que nous ne comprenons pas forcément."

Quant aux limitations de personnes dans certains lieux décidées, le scientifique estime qu'il faut "comprendre l'esprit" de ces restrictions. "On sait bien que dès qu'un chiffre est fixé, les gens vont se montrer créatifs pour essayer de contourner la mesure."