Les gestes recommandés pour lutter contre la propagation du coronavirus font maintenant partie de notre quotidien. Alors que l'on demande de tousser dans son coude, de ne pas se toucher le visage et de se laver les mains régulièrement, on semble oublier un objet que l'on manipule tous plusieurs dizaines de fois par jour : le smartphone.

Pourtant, que les téléphones soient porteurs de bactéries et de virus n'est pas nouveau. Dans un article sur le sujet, franceinfo a interrogé un spécialiste, Didier Pittet, chef du service de prévention et contrôle de l'infection aux hôpitaux universitaires de Genève (Suisse) et co-inventeur du gel hydroalcoolique. "Des gens feront des prélèvements sur des téléphones et trouveront forcément des virus", souligne Didier Pittet. "Mais reste à savoir s'ils seront capables de contaminer l'utilisateur", ce qui est plus dur à prouver. "On peut imaginer toute une série de choses, mais il n'y a jamais eu d'étude sur le rôle des portables dans les épidémies. Et rien n'a été démontré en laboratoire sur ce point".

Nettoyer son téléphone

Il faut tout de même être vigilant, car s'il n'existe pas d'études à ce sujet, le virus peut résister "quelques heures voire quelques jours" dans un milieu plus humide, et d'autant plus s'il est déposé sur le téléphone par des fluides "qui contiennent beaucoup de mucus ou de cellules", comme en produit une toux grasse par exemple.

Il est donc important, encore une fois, de suivre les recommandations d'hygiène... et de nettoyer son téléphone pour réduire les risques! Pour cela, il suffit utiliser les mêmes produits que pour désinfecter les autres surfaces. Apple a ainsi mis à jour ses consignes de nettoyage, et recommande l'usage de lingettes imprégnées d'alcool à 70%, uniquement sur les "surfaces non poreuses".

Attention, bien sûr, à ce que le téléphone supporte !