On le sait, le coronavirus cherche à s'attaque au système respiratoire des patients, provoquant de la toux ou des difficultés à respirer. Mais l'infection peut aussi provoquer des lésions plus graves.

Le Dr. Brittany Bankhead-Kendall, chirurgienne traumatologue au Texas, a tenu à rappeler qu'il ne fallait pas prendre la maladie à la légère. Confrontée au Covid-19 depuis plusieurs mois, elle affirme que les poumons d'un patient après une infection au coronavirus "sont pires que TOUS les types de poumons des fumeurs que nous avons jamais vus". "Et ils s'effondrent. Et ils coagulent. Et l'essoufflement persiste... et encore... et encore", ajoute-t-elle.

Parmi les milliers de patients COVID traités par le Dr. Brittany Bankhead-Kendall, tous ceux qui présentaient des symptômes COVID ont présenté une radiographie pulmonaire anormale. C'était également le cas de trois patients asymptomatiques sur quatre, a expliqué la chirurgienne à plusieurs médias américains.

"Même si vous ne ressentez pas de problèmes maintenant, le fait que ce soit sur votre radiographie pulmonaire indique que vous pourriez avoir des problèmes plus tard", affirme-t-elle.

Des conséquences à long terme

Si la plupart des patients semblent pouvoir combattre la maladie et guérir relativement rapidement, ce n'est pas le cas de toutes les personnes infectées. Selon une récente étude, environ 10% des patients garderaient des séquelles respiratoires après une infection au coronavirus.

En outre, de plus en plus d'études mettent en évidence les conséquences à long terme d'une infection au coronavirus, quelle que soit la gravité de l'infection initiale. Les données recueillies auprès de neuf hôpitaux helvétiques montrent que le virus laisse des traces dans les poumons plusieurs mois après une infection aiguë.