Pour permettre de stopper la propagation d'un virus, il faut que chaque malade contamine moins d'une personne, explique un chercheur du CNRS dans le Figaro.

Le Covid-19 se transmet essentiellement par les voies respiratoires et à travers les contacts physiques. C'est pourquoi les autorités insistent sur l'importance des mesures de comportement et de confinement pour éviter au maximum la propagation du virus.

D'un point de vue médical, il s'agit de ralentir le taux de reproduction de base (RO) de la maladie. Ce taux permet de mesurer le nombre de personnes qu'un malade peut contaminer en moyenne durant toute sa période contagieuse.

Actuellement, les spécialistes estiment que chaque personne infectée pourrait contaminer près de trois autres personnes. Il faudrait que ce taux descende en-dessous de 1 pour que la propagation du virus ralentisse, explique au Figaro, Samuel Alizon, chercheur CNRS au laboratoire Maladies infectieuses et vecteurs: écologie, génétique, évolution et contrôle de Montpellier (France).

Si tout le monde sans exception "divise par quatre son nombre d’interactions sociales, on peut franchir ce seuil, et faire descendre R0 en-dessous de 1", selon les propos du chercheur recueillis par le Figaro.

Un effort collectif

L'Europe est le continent où la maladie progresse le plus rapidement, avec un dernier bilan de plus de 52 400 cas de contamination.

Chacun doit ainsi faire l'effort de réduire au maximum ses sorties et interactions sociales, qu'il ait été en contact ou non avec des personnes à risques. Les mesures "barrières" prises par les Etats visent à réduire le taux de reproduction du virus et donc à stopper la pandémie.