La pandémie de coronavirus a fait au moins 1.945.437 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 380.365 décès, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Les autres pays les plus frappés sont le Brésil avec 204.690 morts, l'Inde (151.327 morts), le Mexique (134.368) et le Royaume-Uni (81.960).

Europe

Record en Espagne avec près de 39.000 nouveaux cas en 24H

L'Espagne a enregistré un nombre record de nouveaux cas en 24 heures depuis le début de la pandémie, avec près de 39.000 nouvelles personnes infectées depuis mardi, a indiqué mercredi le ministère de la Santé. Au total, 38.869 cas confirmés et 195 décès ont été recensés sur la dernière journée, pour un total de 2,176 millions de cas et 52.878 morts enregistrés dans le pays depuis qu'a commencé la crise sanitaire.

Ces chiffres révèlent "un risque très haut, un risque extrême" dans tout le pays, a estimé Carolina Darias, la ministre de la Politique Territoriale et de la Fonction Publique lors d'une conférence de presse.

"La pression hospitalière continue à augmenter", a ajouté le ministre de la Santé Salvador Illa, qui se tenait à ses côtés, précisant que 27% des lits en soins intensifs étaient occupés par des patients atteints par le nouveau coronavirus.

Le ministre a également précisé que le nombre de tests était en hausse, après les fêtes de fin d'année.

De nombreuses régions d'Espagne ont mis en place de nouvelles mesures restrictives pour tenter de contenir la pandémie en Espagne, parmi lesquelles la fermeture des bars et restaurants un peu plus tôt ou le bouclage des villes qui empêche ses habitants d'en entrer ou d'en sortir sans raison valable.

Par ailleurs, plus de 581.000 doses du vaccin de Pfizer-BioNTech ont déjà été administrées dans le pays, la campagne de vaccination étant en passe d'atteindre sa "vitesse de croisière", selon Salvador Illa qui s'est réjoui des 93.000 injections de ces dernières 24 heures.

Le vaccin AstraZeneca/Oxford candidat dans l'UE

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi avoir reçu une demande d'autorisation pour le vaccin AstraZeneca/Oxford, précisant qu'elle pourrait prendre sa décision le 29 janvier. Ce vaccin est moins cher à produire que ses rivaux et plus facile à stocker. Pour l'heure, seuls les vaccins de Pfizer/BioNTech et de Moderna sont administrés dans l'Union européenne.

Royaume-Uni: 1564 décès en 24h, un record

Le Royaume-Uni a enregistré mercredi 1.564 morts supplémentaires du Covid-19, un record depuis le début de la pandémie, portant son bilan total à 84.767 décès dans les 28 jours suivant un test positif, selon le ministère de la Santé.

Le nombre de cas recensés en 24 heures s'est élevé à 47.525, portant le total des personnes testées positives dans le pays à 3.211.576.

Les autorités britanniques comptent mettre en place "dès que possible" une vaccination 24 heures sur 24 contre le Covid-19 afin d'accélérer la campagne en cours, a indiqué mercredi le Premier ministre Boris Johnson. Confronté à une flambée de contaminations attribuées à un variant considéré plus contagieux, le Royaume-Uni veut vacciner d'ici à mi-février les plus de 70 ans et les soignants, soit environ 15 millions de personnes.

"Nous allons fonctionner 24 heures sur 24 et sept jours sur sept dès que possible", a déclaré Boris Johnson devant les députés.

"Actuellement, nous sommes limités par l'offre" de vaccins, a-t-il ajouté.

Il n'a pas donné de détails sur la manière dont cela se déroulerait ni sur les publics visés.

Lancée le 8 décembre, la campagne menée avec les doses Pfizer/BioNTech et AstraZeneca/Oxford, a permis de vacciner plus de 2,4 millions de personnes.

En Ecosse, la Première ministre Nicola Sturgeon a annoncé mercredi durcir les restrictions en interdisant le "click & collect" pour les commerces, la vente à emporter à l'intérieur et la consommation d'alcool dans les lieux publics.

La pandémie a causé plus de 83.000 décès au Royaume-Uni, le pire bilan en Europe.

La Suisse durcit ses mesures pour lutter contre la pandémie

La Suisse a annoncé mercredi une nouvelle série de mesures pour maîtriser l'épidémie de Covid-19, les autorités craignant particulièrement une nouvelle explosion à cause de la présence de variants du coronavirus plus contagieux. A partir de lundi et jusqu'à la fin février, le télétravail deviendra obligatoire "partout où cela est possible", les magasins ne vendant pas des biens de consommation courante (alimentation, bricolage, réparation...) devront fermer, et les réunions privées ne pourront pas excéder cinq personnes, a annoncé le gouvernement fédéral dans un communiqué.

Les restaurants, établissements culturels, installations de sport et de loisirs, qui sont fermés déjà depuis le 22 décembre, le resteront jusqu'à fin février. Ce sont 5 semaines de plus que ce qui était initialement prévu.

Ces décisions sont justifiées aux yeux du Conseil fédéral, parce que "la situation épidémiologique demeure extrêmement tendue: le nombre d'infections, d'hospitalisations et de décès ainsi que la charge pesant sur le personnel de santé restent très élevés".

Les autorités comptent sur la campagne de vaccination en cours avec deux vaccins, Pfizer-BioNtech depuis la fin décembre et Moderna depuis ce mercredi, pour éviter d'avoir à durcir encore une fois les restrictions.

Certains choix ont fait lever des sourcils, comme celui de laisser ouverts les fleuristes ou les stations de ski, avec néanmoins d'importantes mesures sanitaires pour les moyens de transport sur place pour ces dernières.

Le taux de positivité reste très élevé, à quelque 16,4%, et la pandémie fait en moyenne une centaine de morts par jour depuis des semaines. Au total, l'épidémie a coûté la vie à un peu moins de 8.000 personne, dans un pays qui compte 8,6 millions d'habitants.

Russie: Poutine ordonne une vaccination massive à partir de la semaine prochaine

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné mercredi d'entamer dès la semaine prochaine la vaccination contre le coronavirus de toutes les catégories de population, affirmant que le vaccin conçu par son pays est le "meilleur". "Je demande de lancer une vaccination de masse de toute la population à partir de la semaine prochaine", a-t-il déclaré au cours d'une réunion du gouvernement russe par visioconférence.

En décembre, la Russie avait déjà commencé sa campagne de vaccination à destination des populations jugées prioritaires, notamment les personnes âgées et le personnel médical et scolaire.

Les catégories autorisées à recevoir le vaccin russe Spoutnik V ont ensuite été progressivement élargies. Selon le Fonds souverain russe (RDIF), qui a financé la mise au point de ce ce produit, plus d'un million de personnes en Russie se sont fait vacciner à ce jour.

Ce pays a été le premier en août dernier à homologuer un vaccin contre le coronavirus, s'attirant des critiques à l'international face à une annonce jugée prématurée, avant les essais de phase 3 et la publication des résultats scientifiques.

"Le vaccin russe - c'est tout à fait évident et la pratique le confirme -, je pense que c'est le meilleur du monde", a lâché mercredi M. Poutine, saluant notamment ses conditions de stockage et de transport qui "ne requièrent pas des conditions extrêmes". "C'est beaucoup plus simple et plus efficace", a-t-il ajouté, en comparaison avec ses équivalents occidentaux.

Reconfinement général au Portugal

Le Portugal sera soumis à partir de vendredi à un deuxième confinement "généralisé" pour freiner l'épidémie de Covid-19, qui a atteint de nouveaux records dans le pays, a annoncé mercredi le Premier ministre Antonio Costa. Les nouvelles restrictions sanitaires correspondront "essentiellement" à celles qui avaient été en vigueur en mars et avril, mais cette fois les écoles resteront ouvertes, de même que les tribunaux ou les églises, a-t-il précisé à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire.

Kiev appelle l'UE à l'aide

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dont le pays n'a jusqu'à présent obtenu aucune dose de vaccin contre le Covid-19, a appelé l'Union européenne à aider Kiev et cinq autres ex-républiques soviétiques (Arménie, Azerbaïdjan, Bélarus, Géorgie et Moldavie) à vacciner leurs populations.

Les Pays-Bas exigent un test rapide pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni

Les voyageurs en provenance du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud qui souhaitent se rendre aux Pays-Bas par avion ou par ferry devront bientôt se soumettre à un test rapide à l'aéroport ou au terminal de ferry avant de partir. Ils ne peuvent se rendre aux Pays-Bas que si leur test est négatif, a annoncé le ministère néerlandais de l'Infrastructure mercredi. Cette mesure vise à prévenir la propagation de nouvelles variantes du coronavirus. Un test PCR négatif reste obligatoire. Il peut être daté de 72 heures au maximum.

L'obligation s'appliquera également aux chauffeurs de camion et aux équipages des ferries et des avions. "La mesure entrera en vigueur à très court terme", a précisé un porte-parole du ministère. "Nous nous associons à la France et à la Belgique sur ce point."

Au sein du gouvernement fédéral belge, cette dernière information n'a pas pu être confirmée pour l'instant.

Amérique

Test négatif exigé pour entrer aux Etats-Unis

Tous les voyageurs souhaitant se rendre aux Etats-Unis par avion devront présenter, à partir du 26 janvier, un test négatif au Covid-19 réalisé dans les trois jours précédant le départ, afin d'être autorisés à voyager, ont annoncé mardi les autorités sanitaires américaines.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies, la principale agence fédérale de santé publique, ont justifié ce changement de politique sanitaire par l'émergence de variants du coronavirus, dont certains se révèlent plus contagieux.


Les Etats-Unis ont par ailleurs largement dépassé mardi leur précédent record de morts quotidiens, en déplorant près de 4.500 décès du coronavirus en une seule journée, selon les données de l'université Johns Hopkins, qui font référence. Le pays, confronté à une flambée de l'épidémie dont il n'arrive pas à reprendre le contrôle depuis l'automne, n'avait encore jamais dépassé la barre des 4.000 décès en 24 heures.

Les Etats-Unis ont, précisément, enregistré mardi plus de 235.000 nouvelles contaminations et 2.470 morts, selon un relevé effectué chaque jour à 20H30 locales par l'AFP des chiffres de l'université, actualisés en continu.

Quatre cas d'infection au variant britannique du coronavirus en Equateur

L'Equateur a annoncé mardi avoir enregistré trois nouveaux cas d'infection au variant britannique du coronavirus, ce qui porte à quatre le nombre de cas au total dans ce pays sud-américain. L'institut de microbiologie de l'université libre San Francisco de Quito a analysé six échantillons biologiques prélevés sur des proches du premier patient infecté avec cette variante du virus, et trois d'entre eux se sont révélés positifs, a précisé Veronica Barragan, chercheuse auprès de cet institut.

Ces personnes infectées vivent dans la même région côtière de Los Rios (sud) où a été détecté le premier cas de variant du virus, un homme âgé de 50 ans qui revenait d'un voyage au Royaume uni. Il était pourtant porteur d'un test PCR négatif à son arrivée mi-décembre en Equateur, a indiqué le ministre équatorien de la Santé Juan Carlos Zevallos.

L'Equateur, avec 17,4 millions d'habitants, a enregistré quelque 222.567 cas et 14.196 morts du Covid-19 depuis le début de l'épidémie.

Seconde vague de Covid-19 au Pérou

Le Pérou connaît une seconde vague de Covid-19 avec une forte augmentation ces derniers jours des cas enregistrés de contamination, a déclaré mardi le gouvernement péruvien. Le Pérou subit "une croissance accélérée" du nombre des contaminations, "nous sommes dans une seconde vague", a déclaré la ministre de la Santé, Pilar Mazzetti, au cours d'une réunion virtuelle avec des responsables du monde des affaires. Le Pérou vit depuis la mi-décembre une hausse importante du nombre des cas et du nombre des décès liés au coronavirus. Le nombre des hospitalisations a fortement augmenté au cours des cinq dernières semaines, passant de 3.800 à 6.800 environ, selon les chiffres officiels.

De même, le nombre des décès quotidiens s'est accru ces dernières semaines, repassant au-dessus des 50 morts par jour après être descendu sous ce chiffre. Le Pérou a dépassé le 22 décembre la barre du million de cas.

Le gouvernement est sévèrement critiqué pour ne pas avoir pu s'assurer l'achat de vaccins. Il a prolongé en novembre pour 90 jours, jusqu'au début de mars, l'état d'urgence sanitaire.

Le Pérou est l'un des pays de la région les plus affectés par la pandémie, avec plus de 38.000 décès et 1.037.350 contaminations à la date de lundi.


Brésil: le vaccin chinois efficace à 50,38%

Le vaccin chinois CoronaVac a montré une efficacité globale de 50,38% contre le Covid-19 lors d'essais cliniques réalisés au Brésil, a annoncé mardi l'Institut Butantan chargé de sa production dans le pays. Selon lui, le vaccin, développé par le laboratoire chinois Sinovac, empêche 78% des vaccinés ayant néanmoins contracté le virus d'avoir besoin d'être hospitalisés et 100% d'entre eux de développer des formes graves de la maladie.

Asie

La Chine reverrouille

En Chine, qui a très largement éradiqué l'épidémie, apparue dans le pays fin 2019, et où le dernier décès signalé officiellement remonte à mai dernier, plusieurs foyers de contamination sont apparus ces derniers jours, entraînant une réponse ferme des autorités.

La province du Heilongjiang (nord-est), qui partage une longue frontière avec la Russie, a proclamé un "état d'urgence épidémique" et ordonné mercredi à ses 37,5 millions d'habitants de rester sur place, après la découverte d'une trentaine de cas de contamination.

Une des villes de la province, Suihua (5 millions d'habitants) avait déjà été placée en quarantaine lundi après la découverte de 45 cas asymptomatiques.

Nationalement, le bilan quotidien fait état mercredi de 115 nouvelles contaminations, soit le chiffre le plus élevé depuis juillet dernier.

Même si l'on reste très loin des chiffres enregistrés dans le reste du monde, la recrudescence des cas de Covid inquiète le pouvoir à l'approche du Nouvel an chinois, qui tombe cette année le 12 février, et donne lieu à des centaines de millions de déplacements de travailleurs migrants rentrant dans leur famille.

Hors du Heilongjiang, quelque 20 millions d'habitants du nord de la Chine sont désormais soumis à une forme ou à une autre de confinement. Et le Hebei, qui entoure Pékin, a interdit à ses 76 millions d'habitants de quitter la province sauf cas d'urgence.

La Chine s'apprête par ailleurs à recevoir une équipe d'experts de l'OMS chargée d'enquêter sur l'origine du coronavirus. Attendue jeudi à Wuhan, dans le centre du pays, elle devrait être placée en quarantaine avant de commencer son enquête.

Le Japon étend l'état d'urgence et renforce les restrictions d'entrée

Le Japon a étendu mercredi l'état d'urgence, déjà en vigueur dans la région du grand Tokyo, à sept départements supplémentaires et a renforcé les restrictions aux frontières pour tenter de contrer la progression rapide du coronavirus. "Nous continuons à voir une situation grave", a déclaré le Premier ministre Yoshihide Suga. "Ces mesures sont indispensables et je souhaiterais demander aux gens de faire preuve de compréhension. Nous devons surmonter ce défi", a-t-il dit.

M. Suga a aussi déclaré que le gouvernement allait encore renforcer les restrictions d'entrée au Japon qui interdit déjà l'arrivée de presque tous les visiteurs étrangers. Le gouvernement va suspendre un programme qui autorisait les voyageurs d'affaires en provenance de onze pays et régions, a-t-il dit.

L'état d'urgence a été étendu aux départements d'Osaka, Kyoto et Hyogo (ouest), Aichi et Gifu (centre), Fukuoka (sud-ouest) et Tochigi (est).

Afrique

L'Union africaine obtient 270 millions de vaccins pour le continent

L'Union africaine a obtenu 270 millions de vaccins anti-Covid pour le continent, dont la plupart des pays n'ont pas les moyens de financer l'immunisation de leur population, a annoncé mercredi soir dans un communiqué l'Afrique du Sud, qui assure la présidence tournante de l'UA. Les vaccins, dont au moins 50 millions seront disponibles entre avril et juin, seront fournis par les laboratoires Pfizer-BioNTech, AstraZeneca dont la production est en Inde, et Johnson & Johnson.

"Nous avons franchi une étape supplémentaire pour obtenir des vaccins de manière indépendante en utilisant nos propres ressources limitées", a souligné le président sud-africain Cyril Ramaphosa, cité dans le communiqué.

Des accords pour aider les pays africains à financer l'achat de ces vaccins ont été conclus avec la banque panafricaine Afreximbank (Africa Export-Import Bank) et la Banque mondiale.

L'Afrique a été officiellement relativement épargnée jusqu'ici par la pandémie: le continent enregistre un peu plus de 3 millions de cas et plus de 74.000 décès, selon les données officielles, contre 16 millions de cas et plus de 500.000 décès pour l'Amérique du Sud et les Caraïbes par exemple.

Mais plusieurs pays sur le continent font face à une virulente deuxième vague de l'épidémie, à l'image de l'Afrique du Sud, pays de loin le plus touché avec plus d'1,2 millions de cas et 35.000 morts.

L'initiative lancée par l'UA est distincte du dispositif Covax, de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de partenaires privés, pour un accès équitable aux vaccins. L'objectif de l'OMS est de fournir des doses pour jusqu'à 20% de la population des pays participants avant la fin de l'année, le financement de ces vaccins étant assuré pour les 92 pays les plus pauvres ou un peu plus riches du monde.

La semaine dernière, l'OMS a annoncé que ces derniers recevraient les premières doses entre fin janvier et mi-février.

"Si l'initiative Covax est essentielle pour l'Afrique, l'Union africaine craint que les volumes, qui seront disponibles entre février et juin, ne dépassent pas les besoins pour les soignants et ne soient donc pas suffisants pour contenir les chiffres croissants de la pandémie en Afrique", explique le communiqué.

Par ailleurs, l'objectif d'immuniser 20% de la population n'est pas suffisant pour freiner le virus, ajoute le texte. "Les scientifiques du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC) ont indiqué que nous devons atteindre au moins 60% de la population pour ralentir significativement la propagation de la maladie".

La mission de l'UA pour trouver des vaccins mène des discussions avec d'autres fabricants pour obtenir davantage de vaccins, précise le communique, car "la route est encore longue" pour vaincre le virus, a reconnu M. Ramaphosa.

La RDC a franchi la barre des 20.000 cas

La République démocratique du Congo "a dépassé la barre des vingt mille cas de coronavirus", a indiqué mercredi le comité chargé de la lutte contre cette pandémie dont les premiers cas ont été diagnostiqués en mars 2020 à Kinshasa. "Depuis le début de l'épidémie déclarée le 10 mars 2020, le cumul des cas est de 20.003. Au total, il y a eu 626 décès et 14.767 personnes guéries", a détaillé le Comité multisectoriel dédié à la riposte à la pandémie du Covid-19 en RDC.

L'épidémie touche 22 provinces sur les 26 que compte le pays, ajoute ce comité dans son bulletin quotidien sur la situation épidémiologique daté de mardi.

A cette date, la RDC a enregistré 296 nouveaux cas de contamination par le coronavirus dont 273 dans la capitale Kinshasa, considérée comme "épicentre de la Covid-19 en RDC (79%)", d'après l'Organisation mondiale de santé (OMS).

La Tunisie confinée

Le ministère tunisien de la Santé a décidé mardi d'imposer un confinement général de quatre jours à partir de jeudi pour limiter la propagation du Covid-19 qui a atteint des records, entraînant une situation "très dangereuse" en Tunisie.

Mondial de hand: forfait des Tchèques, les USA décimés

La République tchèque et les Etats-Unis ne participeront pas au Mondial-2021 en Egypte à cause d'une vague de Covid-19 au sein de leur effectif, ont annoncé leur fédération respective.