L'Europe reste néanmoins la plus affectée actuellement et les nouveaux décès continuent de largement augmenter, de 18%. Au total, près d'1,85 million de nouveaux cas ont été observés la semaine dernière, selon des données publiées mercredi à Genève par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et qui portent jusqu'à dimanche matin. Ce nombre est en recul de 10% par rapport à la semaine précédente.

Autre indication, l'Europe rassemble à nouveau moins de la moitié des nouvelles infections.

Toutefois, l'organisation a elle-même concédée ne pas être immunisée. L'OMS a admis que cinq collaborateurs qui se sont vus ont été infectés parmi plusieurs dizaines de contaminations auxquelles elle a dû faire face. Le secrétariat de l'ONU à Genève est également affecté, avec une trentaine de nouveaux cas récemment.

La situation sur les hospitalisations reste aussi tendue. Le nombre de nouveaux décès en Europe est celui qui avance le plus rapidement et a dépassé les 29.000 la semaine dernière.

Outre cette région, seule une partie de l'Asie, seule zone où le nombre de victimes a ralenti, a également pu s'appuyer sur une baisse des nouvelles infections, alors que la pandémie a progressé de 6% au total dans le monde. Celle-ci s'accélère très largement sur le continent américain, de plus de 40%.

Côté décès, le Pacifique occidental suit l'Europe. Le nombre de nouvelles victimes a progressé de plus de 10% dans le monde. Au total, plus d'1,3 million de personnes sont décédées de la pandémie. Et le nombre de cas dépasse les 53 millions.