Depuis son apparition en Chine en décembre 2019, les questionnements quant à l'origine du coronavirus ne manquent pas. Selon les dernières études, une chose est désormais sûre: l'origine est animale et provient bien de l'épicentre du virus, à savoir le marché de Wuhan. Mais quel animal est finalement à la base du coronavirus ? Existe-t-il d'autres coronavirus ? Réponses avec Jean Ruelle, virologue à l'UCLouvain.

Depuis des semaines, les études et rapports scientifiques se sont multipliés pour tenter de percer les secrets du coronavirus, qui a déjà tué plus de 7500 personnes et contaminé plus de 200.000 individus dans 155 pays à travers le monde. Actuellement, bien que l'on ne puisse pas encore avoir de certitudes concernant l'origine du virus, la communauté scientifique dispose tout de même d'hypothèses assez solides. "Ce qui est sûr, c’est que le coronavirus provient d’un réservoir animal", explique le virologue Jean Ruelle.

La chauve-souris et le pangolin: le duo à l'origine de l'épidémie

Pour retracer le plus précisément possible l'origine du virus, les chercheurs comparent le matériel génétique du SARS-Cov-2, qui circule actuellement chez l'homme, avec le matériel génétique du coronavirus trouvé chez les animaux. "On n’a évidemment pas une liste exhaustive de tous les coronavirus qui circulent chez les animaux. On essaye donc de faire par rapport à ce que l’on sait. On voit que le coronavirus humain ressemble fort à celui que l’on peut observer chez la chauve-souris, qui est une espèce très porteuse en coronavirus", explique le virologue et chercheur à l'UCLouvain.

"On pense qu’un autre animal, le pangolin, pourrait avoir joué le rôle d'intermédiaire dans cette épidémie. La séquence du virus humain ressemble assez fort à la séquence retrouvée chez le pangolin, espèce qui était présente au marché de Wuhan en Chine, l’épicentre du virus", continue-t-il.

"7 coronavirus décrits chez l'homme, bien plus chez les animaux"

Cette épidémie de coronavirus n'est pas la première du genre à toucher notre société. En 2002, une autre épidémie du même type s'était déclarée, principalement en Asie, et avait contaminé plus de 8000 personnes et tué plus de 770 personnes. Preuve que les coronavirus sont nombreux et que leur dangerosité est variable. "Il y a actuellement 7 coronavirus qui ont été décrits chez l’homme, mais il en existe bien plus dans la nature chez les animaux", détaille Jean Ruelle. 

Parmi les 7 coronavirus décrits pour l’être humain, 3 sont réellement dangereux: le SARS de 2002, le coronavirus qui nous préoccupe aujourd’hui et "un coronavirus qui est apparu au Moyen-Orient il y a quelques années", précise le virologue. "Ces 3 coronavirus sont les plus préoccupants pour l’homme, les 4 autres sont moins graves et ne causent que de simples rhumes et des infections plus banales", conclut-il.