Yves Coppieters l'affirmait : avec l'arrivée des nouveaux variants du coronavirus, plus contagieux, il pourrait être nécessaire de renforcer les mesures de protection. Dans certains hôpitaux belges, le port du masque en tissu est désormais interdit. Face aux nouveaux variants du coronavirus, le port de masques FFP2 est-il nécessaire ? Quels masques utiliser pour se protéger des variants plus contagieux ?

Nous avons à notre disposition des outils efficaces s’ils sont employés quand il le faut, et convenablement", a assuré Yves Van Laethem.

Le porte-parole interfédéral est d'abord revenu sur l’utilisation de masques en tissu. “Les masques en tissus sont des masques qui doivent être lavés. Ce sont des masques dans lesquels il faut préférer les masques qui ont une double couche, et éventuellement si possible, la possibilité de mettre, entre les deux couches, un filtre”. En ce qui concerne les masques chirurgicaux, Yves Van Laethem rappelle qu'ils doivent être changés régulièrement. Ils ne doivent être ni abîmés, ni mouillés, explique l'expert.

Mais il faut également que le masque soit porté convenablement. “Un masque qui ne cache pas le nez ou qui baille sur le côté, est un masque qui perd énormément de son efficacité”, insiste Yves Van Laethem, avant de rappeler l'importance de se laver les mains avant de mettre son masque.

L’emploi du masque est devenu un automatisme, dans lequel nous avons intégré un certain nombre de comportements fautifs", affirme Yves Van Laethem. Selon lui, “Il serait d’abord judicieux de réparer ces fautes avant de songer éventuellement à employer d’autres systèmes".

Le porte-parole interfédéral a également insisté sur la nécessité de porter le masque régulièrement, “dans toutes les circonstances de notre vie sociale ou professionnelle où cela est nécessaire”. Cela comprend évidemment les transports en commun ou dans les endroits avec beaucoup de monde, où le port du masque est déjà obligatoire, mais également les contacts sociaux pendant lesquels la distance d’un mètre et demi ne peut être respectée.

“Dans un emploi adéquat de masque traité comme il le faut, la filtration peut être au moins aussi importante que si l’on employait des masques plus complexes à mettre, plus complexes à tolérer, et qui ne seront pas de manière évidente sur le terrain, d’un apport significatif”, conclut l’expert.