La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 65.272 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11h00 GMT (13h00 HB).

Plus de 1,2 million de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 190 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 233.300 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

L'Italie, qui a recensé son premier décès lié au coronavirus fin février, est le pays le plus touché en nombre de morts avec 15.362 décès pour 124.632 cas. 20.996 personnes sont considérées comme guéries par les autorités italiennes.

Après l'Italie, les pays les plus touchés sont l'Espagne avec 12.418 morts pour 130.759 cas, les États-Unis avec 8.503 morts (312.245 cas), la France avec 7.560 morts (89.953 cas), et le Royaume-Uni avec 4.313 morts (41.903 cas).

EUROPE

France

La France recense 8.078 personnes mortes à cause du COVID-19 depuis le début de l'épidémie, a annoncé dimanche la Direction générale de la Santé (DGS), dont 5.889 à l'hôpital et 2.189 dans les Ehpad et autres établissements médicaux-sociaux.

Cela représente 357 décès de plus en hôpital au cours des dernières 24h, précise la DGS dans un communiqué. Les premiers bilans concernant les établissements médico-sociaux, dont les maisons de retraite, ont commencé à être publiés jeudi.

Ce nombre de décès dans les hôpitaux est le plus faible enregistré cette semaine. En outre, un indicatif majeur connaît une décélération: la DGS compte 140 entrées en réanimation en plus depuis hier, un solde "qui reste positif mais se réduit progressivement", selon le communiqué, portant le nombre de patients en réanimation à 6.978.

La DGS prévient toutefois que l'ensemble des données "confirme que l'épidémie se poursuit dans notre pays et continue à frapper durement", indique le texte.

Au total, 28.891 personnes sont hospitalisées à cause du Covid-19, soit 748 personnes de plus que samedi, et ce "en tenant compte des sorties qui sont de plus en plus nombreuses". Depuis le début de l'épidémie, ce sont plus de 16.000 personnes qui sont sorties guéries de l'hôpital, fait savoir la DGS.

Par ailleurs, 47 patients ont été "transférés depuis les régions les plus en tension vers les régions les moins en tension" ce dimanche, portant le nombre total de transferts de patients en état grave à 613 personnes.

Espagne

L'Espagne a enregistré en 24 heures la mort de 809 personnes, un nombre en baisse pour le deuxième jour consécutif, selon le bilan officiel de samedi. Madrid a annoncé une prolongation du confinement de deux semaines, jusqu'au 25 avril.

Ces baisses très relatives du nombre de décès ou de contaminations laissent entrevoir un espoir de ralentissement de la propagation du virus, après des semaines de confinement quasi généralisé auquel ont dû se résoudre les pays les plus touchés.

Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, 708 morts supplémentaires ont été enregistrés en une journée, un nouveau record confirmant l'accélération de l'épidémie. Un enfant de cinq ans figure parmi les dernières victimes en Grande-Bretagne, ce qui rappelle que la maladie ne tue pas seulement les personnes âgées ou affaiblies.

La reine d'Angleterre va saluer dimanche soir la réponse des Britanniques à la crise sanitaire lors d'une adresse solennelle. "J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi", doit dire Elisabeth II selon des extraits diffusés par ses services. Cette allocution télévisée de la reine sera seulement la quatrième pour des sujets exceptionnels tels que crises ou deuils depuis le début de son règne de 68 ans.


Pays-Bas

Le bilan officiel du nombre de décès liés au coronavirus aux Pays-Bas a grimpé dimanche à 1.766. 115 morts supplémentaires ont été notifiées ces 24 dernières heures, a indiqué l'Institut national de la Santé publique et de l'Environnement (RIVM).

Les Pays-Bas déplorent pour la première fois le décès d'un jeune dans la vingtaine à cause du coronavirus, victime la plus jeune du pays jusqu'ici, a indiqué dimanche l'Institut national de la Santé publique et de l'Environnement (RIVM). La victime avait entre 25 et 29 ans et souffrait d'une "maladie sous-jacente". La date du décès et le lieu de résidence du jeune n'ont pas été précisés. Parmi les décès notifiés au cours des 24 dernières heures, trois défunts étaient âgés de 25 à 50 ans. Tous souffraient d'une autre maladie.

Le nombre d'admissions à l'hôpital a baissé, avec 253 nouvelles hospitalisations, contre 336 samedi. Les soins intensifs totalisaient samedi 1.360 patients atteints du Covid-19, dont 17 hospitalisés en Allemagne.

Au total, 17.851 personnes ont été dépistées dans le pays, soit une augmentation de 1.224 unités en 24 heures.

AMERIQUE

Etats-Unis

Aux Etats-Unis, où la pandémie progresse rapidement, le nombre des cas confirmés de contaminations dépasse les 300.000, et le président Trump a prévenu que les Etats-Unis entraient à présent dans "une période qui va être vraiment horrible", avec "de très mauvais chiffres". "Ce sera probablement la semaine la plus dure", a déclaré M. Trump lors d'un briefing à la Maison Blanche. "Il va y avoir beaucoup de morts", a-t-il ajouté. La semaine prochaine sera un moment comme Pearl Harbor, comme le 11 septembre, sauf que ce ne sera pas localisé, ce sera dans tout le pays", a prévenu l'administrateur fédéral des services de santé publique, Jerome Adams sur la chaîne NBC.

"Ca va être une mauvaise semaine" avec une "escalade" des bilans macabres, a renchéri l'épidémiologiste Anthony Fauci, qui conseille la Maison Blanche dans la réponse à la crise. Même si le confinement d'une large partie de la population produit des résultats, "nous avons du mal à contrôler" la pandémie, a-t-il reconnu.

L'Etat de New York, épicentre de l'épidémie de nouveau coronavirus, a enregistré 594 nouveaux décès en 24 heures portant le total des victimes à 4.159, a déclaré dimanche son gouverneur Andrew Cuomo. Comparé au 630 nouveaux décès recensés un jour plus tôt, ce triste bilan est en légère baisse, mais "il est encore trop tôt" pour en tirer des conclusions, a ajouté le gouverneur démocrate lors d'une conférence de presse.

© AFP

Equateur

Le vice-président équatorien, Otto Sonnenholzner, a présenté samedi ses excuses pour la situation survenue dans la ville de Guayaquil, frappée par la pandémie de coronavirus et où des vidéos ont montré des cadavres dans les rues. "Cette semaine, nous avons subi une forte détérioration de notre image internationale, nous avons vu des images qui n'auraient jamais dû exister" et "je vous présente des excuses pour cela", a dit le vice-président dans une déclaration radio-télévisée.

Vers le milieu de la semaine, des militaires et des policiers sont venus enlever 150 corps qui gisaient dans des habitations de Guayaquil, la ville la plus peuplée d'Équateur, sur la côte Pacifique, et la plus affectée par la maladie. Ces forces sont intervenues en raison du chaos provoqué dans la ville par le coronavirus, qui a ralenti le transport des corps des personnes mortes de cette maladie ou d'autres causes.

L'Équateur comptait dimanche 3.465 cas positifs au Covid-19 dont 172 sont décédés. La province de Guayas, dont Guayaquil est la capitale, est celle qui a enregistré le plus grand nombre de cas en Équateur, avec 2.402 personnes contaminées dont 122 sont mortes, raison pour laquelle le gouvernement a décidé l'envoi de l'armée.

Un couvre-feu de 15 heures par jour a été instauré en Équateur. "Nous ne pouvons pas ne pas respecter le couvre-feu, le confinement", a déclaré le vice-président. Confronté à la pandémie, le gouvernement du président Lenin Moreno a déclaré l'état d'exception, l'urgence sanitaire, la suspension du travail sur le lieu habituel d'activité, la suspension des cours dans les établissements d'enseignement, la restriction de la circulation automobile et la fermeture des frontières.

ASIE

Chine

La Chine a recensé samedi 30 nouvelles contaminations au coronavirus, indiquent les autorités sanitaires. Il s'agit de cinq contaminations locales et 25 importées, selon l'agence de presse d'Etat Xinhua. Les cinq nouveaux cas locaux ont été enregistrés dans la province de Guangdong. Trois décès ont également été annoncés samedi.

Plus de 3.300 personnes sont officiellement mortes de la maladie Covid-19 en Chine.

Iran

La propagation du nouveau coronavirus en Iran a ralenti pour le cinquième jour de suite, selon les chiffres officiels publiés dimanche par les autorités, qui ont aussi annoncé entrevoir une reprise progressive de certaines activités économiques à partir du 11 avril. La maladie Covid-19 a fait 151 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures, ce qui porte à 3.603 morts le bilan officiel de l'épidémie en Iran, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, lors de son point presse quotidien.

Dans le même temps, le pays a enregistré 2.483 nouvelles contaminations, selon M. Jahanpour.

Ce chiffre témoigne d'une baisse des nouveaux cas quotidiens pour le cinquième jour d'affilée, après le pic de 3.111 cas journaliers atteint le 31 mars.

Au total, 58.226 cas ont été déclarés officiellement en Iran, l'un des pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19. Certains, à l'étranger, soupçonnent néanmoins les chiffres officiels iraniens d'être sous-estimés.

Le président Hassan Rohani a annoncé dimanche la reprise "étape par étape" des activités économiques "des entreprises à faible risque" de propagation du virus, dans le respect des consignes sanitaires du gouvernement.

AFRIQUE

Liberia

En Afrique occidentale, le Liberia a annoncé samedi son premier décès, celui d'un homme de 72 ans. Ce pays, l'un des plus pauvres du monde, avait été durement touché par la fièvre Ebola entre 2014 et 2016.

Cette annonce renforce l'inquiétude pour le continent africain, qui reste pour le moment officiellement relativement peu touché par la pandémie avec 7.600 cas et un peu plus de 300 décès déclarés.

Afrique du Sud

En Afrique du Sud (1.585 cas, 9 décès), le président Cyril Ramaphosa a lancé une vaste campagne de dépistage qui doit mobiliser 10.000 médecins, infirmières et bénévoles. En combinaisons bleues, ces chasseurs de virus équipés de questionnaires et de kits de dépistage ont commencé à débusquer le virus dans les townships les plus menacés.

Sénégal

Le président sénégalais Macky Sall a prolongé de 30 jours l'état d'urgence instauré sur tout le territoire face au nouveau coronavirus, rapportent les médias publics. L'état d'urgence annoncé la première fois le 23 mars par le chef de l'État est assorti d'un couvre-feu de 20h00 à 6h00.

Le présentateur du journal de la télévision publique a lu samedi soir le décret de prolongation, daté du 3 avril. L'état d'urgence permet aux autorités de réglementer ou d'interdire les déplacements des biens et des personnes ainsi que les rassemblements, de faire fermer provisoirement les lieux publics et de réunion, d'interdire la circulation des avions et des bateaux, de statuer sur les points d'entrée et de sortie du territoire, ou encore d'assigner des personnes à résidence.

Éthiopie

Le premier décès en Éthiopie dû à la maladie causée par le nouveau coronavirus, celui d'une femme de 60 ans, a été annoncé dimanche par la ministre de la Santé Lia Tadesse. "C'est mon plus profond regret d'annoncer le premier décès d'un patient atteint de #Covid-19 en Éthiopie", a déclaré la ministre sur Twitter. La victime était une Éthiopienne de 60 ans qui avait passé six jours en soins intensifs. Le Premier ministre Abiy Ahmed a également présenté dimanche ses condoléances dans un tweet.

L'Éthiopie, pays de la Corne de l'Afrique de plus de 100 millions d'habitants, a confirmé son premier cas de Covid-19 le 13 mars et n'a enregistré officiellement depuis que 43 cas, pour la plupart des personnes ayant récemment voyagé à l'étranger.

Mais le nombre de tests effectués est resté extrêmement limité. A la date de vendredi, le pays n'avait réalisé que 1.222 tests, selon l'Institut éthiopien de Santé publique.

Samedi, les responsables de la Santé ont annoncé qu'ils étaient en train de réaliser 647 tests de plus, principalement parmi le personnel de santé et le secteur des transports, portant leur attention sur les éventuelles transmissions communautaires dans la capitale Addis Abeba et dans la ville d'Adama, dans la région Oromia.

Le pays dispose d'environ 23.000 équipements de tests, en grande partie offert en mars par le milliardaire chinois Jack Ma, fondateur d'Alibaba.

© AFP