Le Coronavirus frappe toute la planète, forçant de nombreux pays à fermer ses frontières avec les états voisins. Tour du monde.

Europe

Les voyagistes français reportent tous les départs prévus jusqu'au 31 mars

Les voyagistes français ont annoncé lundi le report de tous les départs prévus jusqu'au 31 mars en raison de la pandémie de Covid-19, environ 100.000 clients étant concernés pour le mois de mars, ont-ils précisé à l'AFP.

Cette décision a été prise "devant l'impossibilité d'assurer les prestations à destination et l'incertitude des retours", indiquent dans un communiqué le Seto (syndicat des tour-opérateurs) et les Entreprises du Voyage (agences de voyage).

"Tous les départs jusqu'au 31 mars inclus sont reportés avec émission d'un à-valoir valable jusqu'au 31 décembre 2020 inclus au minimum, au tarif en vigueur du TO. Les tour-opérateurs en informent leurs clients dans les meilleurs délais", est-il indiqué.

"Pour mars, cela représente quelque 100.000 clients. Et pour avril, ce sont 350.000 clients" qui ont prévu de partir, a précisé à l'AFP René-Marc Chikli, président du Seto.

Pour les voyageurs déjà sur place, les voyagistes indiquent traiter "au cas par cas les demandes de retour anticipé et dans la mesure des possibilités".

"Bien évidemment, ces mesures pourront être modifiées à tout moment en fonction de l'évolution de la situation et dans un souci de l'intérêt de la clientèle, des agences de voyage et des tour-opérateurs", ajoutent le Seto et les EDV.

A eux seuls l'an dernier, les tour-opérateurs membres du Seto (70 acteurs, dont TUI France, Voyageurs du Monde, Kuoni, Costa Croisières, etc.) avaient fait voyager un total de 6,3 millions de clients.

La toute première restriction en raison de l'épidémie avait été émise le 26 janvier par le Seto, et concernait les voyages organisés vers la Chine.

L'Espagne prolonge l'état d'urgence

L'Espagne prolonge l'état d'urgence au-delà des deux semaines initialement annoncées, désormais jugées insuffisantes pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus dans le pays, a indiqué lundi le ministre de la Mobilité et des Transports, José Luis Ábalos, interrogé par le service public RTVE. "Ces deux semaines seront insuffisantes pour gagner la bataille", a affirmé le ministre, sans préciser de nouvelle échéance.

"Le durcissement des initiatives dépendra beaucoup des répercussions des mesures décrétées et du respect de celles-ci. Si nous agissons tous de manière responsable, sans banaliser, elles auront évidemment plus d'effet", a-t-il ajouté.

Selon le dernier bilan communiqué dimanche, le Covid-19 a fait 288 morts en Espagne et 7.753 personnes ont été testées positives.

De nombreuses frontières fermées partout en Europe

Premiers contrôles de la police allemande

La police allemande a entamé à 08H00 précises le contrôle des automobilistes et des piétons à l'entrée de Kehl, la ville frontière allemande située face à Strasbourg, sur l'autre rive du Rhin, pour tenter d'endiguer la propagation du coronavirus, a constaté un journaliste de l'AFP.

Plusieurs automobilistes venant de France ont été refoulés par les policiers allemands alors que Paris et Berlin ont annoncé dimanche la réduction au "strict nécessaire" des traversées de la frontières entre les deux pays.

La République tchèque limite les déplacements de toute la population

Le gouvernement tchèque a annoncé dimanche que la libre circulation de l'ensemble des citoyens serait limitée pendant huit jours pour tenter d'endiguer la progression du coronavirus. Les Tchèques sont autorisés seulement à se rendre à leur travail, à faire les courses, à visiter des membres de la famille ou voir un médecin, à prendre soin de leurs animaux, acheter de l'essence ou se promener dans la nature, a déclaré le Premier ministre Andrej Babis.

L'Autriche se confine à son tour et ferme ses frontières, tout comme la Slovénie

Le gouvernement autrichien a renforcé dimanche les restrictions à la vie publique en interdisant les rassemblements de plus de cinq personnes, en limitant les déplacements au strict nécessaire et en prévoyant de faire contrôler ces interdictions par la police afin de freiner la propagation du coronavirus. Ces nouvelles mesures ont été décidées lors d'une session spéciale du parlement. Dans son discours, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a exhorté la population à "s'auto-isoler", à se déplacer uniquement pour des motifs de première nécessité ainsi qu'à limiter les contacts "à ceux avec lesquels on vit".

Alors que certains pays ont cessé les liaisons aériennes avec l'Autriche, Vienne a déjà décidé de suspendre ses vols avec l'Italie, l'Espagne, la France, la Suisse, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Russie et l'Ukraine.

Les frontières terrestres sont également fermées, en passe de l'être ou rigoureusement filtrées avec les huit pays frontaliers de l'Autriche, du fait des mesures du gouvernement autrichien ou des gouvernements voisins.

La Slovénie, située au sud de l'Autriche, a également annoncé dimanche soir une suspension de tout le trafic aérien. En plus de la fermeture des établissements scolaires, des commerces et lieux culturels, ce pays de deux millions d'habitants suspend également à partir de lundi les transports publics dans tout le pays.

Etat d'urgence en Serbie qui ferme ses frontières et déploie l'armée

L'état d'urgence a été décrété dimanche pour une période indéterminée en Serbie, qui ferme ses frontières pour les étrangers et déploie l'armée pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus. "A partir de demain, il n'y a plus d'école, pas de crèche, pas de faculté, tout ferme, pas d'entraînement, de sport (...) on ferme la vie pour sauver la vie, pour sauver nos parents, pour sauver nos personnes âgées", a déclaré le président serbe, Aleksandar Vucic, en conférence de presse.

Les plus de 65 ans sont priés de rester confinés à domicile tandis que les bars et restaurants verront leurs horaires limités, a ajouté le président serbe.

L'armée sera mise à contribution pour protéger les sites comme les hôpitaux dans lesquels "sont soignés des gens atteints du coronavirus". "Vous verrez l'armée devant les sites les plus importants", a-t-il lancé.

AMERIQUE: Trump optimiste, même si "le pire est à venir"

Donald Trump s'est montré optimiste dimanche après un geste fort de la Banque centrale américaine pour juguler l'impact économique de la pandémie, mais ses experts ont mis en garde contre "un pic" à venir dans les cas de coronavirus aux Etats-Unis, qui renforçaient les mesures de prévention.

Gardant un oeil inquiet sur l'Europe, les Américains redoutent l'évolution de la pandémie aux Etats-Unis, où plus de 3.000 cas ont été officiellement déclarés, pour plus de 60 morts.

"C'est un virus très contagieux, c'est incroyable. Mais c'est quelque chose sur lequel nous avons un contrôle extraordinaire", a affirmé le président américain, lors d'un conférence de presse à la Maison Blanche.

"Tout ira très bien", a-t-il ajouté en affirmant qu'il n'y avait pas de pénuries dans les supermarchés américains. "Détendez-vous. Nous nous en sortons bien. Tout cela va passer".

Lors de la même conférence de presse, les experts chargés du dossier à la Maison Blanche ont donné un autre ton.

"Le pire est à venir", a déclaré le directeur de l'Institut national des maladies infectieuses, Anthony Fauci.

"La façon dont nous répondrons à ce défi déterminera là où nous nous retrouverons au final. Nous en sommes à un stade très, très décisif" de l'épidémie, a-t-il ajouté.

Après des retards critiqués dans le déploiement des tests sur le terrain, le vice-président, Mike Pence, a affirmé que le dépistage était désormais disponible dans les 50 Etats américains, et que 2.000 laboratoires étaient en mesure de "traiter les tests du coronavirus beaucoup plus rapidement".

Il a rappelé que grâce à une loi, qui devrait être adoptée lundi au Congrès américain, les tests seraient bientôt gratuits pour tous les Américains, y compris ceux qui ne disposent pas d'une assurance santé.

Deborah Birx, experte chargée de la coordination de ce dossier au sein de la Maison Blanche, a expliqué que l'augmentation du dépistage allait mener à une nette hausse du nombre des cas recensés.

"Lorsque ces tests vont être déployés la semaine prochaine, vous allez voir un pic" aux Etats-Unis, a-t-elle déclaré, en appelant les Américains à laisser la priorité aux personnes à risques dans les centres de dépistage.

"Pas de pénuries" dans les supermarchés, rassure Trump

Donald Trump a affirmé dimanche qu'il n'y avait "pas de pénuries" dans les supermarchés et appelé les Américains à ne pas "amasser d'aliments de premières nécessités" par crainte de la pandémie de coronavirus, après s'être entretenu avec les PDG de grands supermarchés. "Il n'y a pas de pénuries. Nous n'avons pas de pénuries, sauf que les gens achètent de trois à cinq fois ce qu'ils achèteraient normalement", a déclaré Donald Trump lors d'un point presse à la Maison Blanche.

"Personne n'a besoin dans ce pays d'amasser des aliments de premières nécessités", a-t-il souligné, après s'être entretenu avec les responsables de supermarchés et de fournisseurs américains.

"Nous nous sommes longuement entretenus avec eux. Et ils vont travailler sans relâche pour que leurs magasins restent approvisionnés", a déclaré Donald Trump, se voulant rassurant: "Tout ira très bien".

Bars et restaurants fermés à New York, sauf pour vente à emporter

Le maire de New York a annoncé dimanche soir la fermeture des bars et restaurants de sa ville, sauf pour la vente à emporter, nouvelle étape destinée à enrayer la propagation du coronavirus.

"Demain je signerai un décret limitant les restaurants, les bars et les cafés à la vente à emporter et aux livraisons à domicile. Les boîtes de nuit, les cinémas, les petits théâtres et salles de concerts doivent tous fermer. Le décret prendra effet mardi à 9h du matin", a indiqué le maire de la première ville américaine, Bill de Blasio, après avoir plus tôt dimanche annoncé la fermeture des écoles publiques à partir de lundi.

L'Argentine ferme ses frontières

Le président Alberto Fernandez a annoncé dimanche que l'Argentine fermait ses frontières et suspendait les cours dans tous les établissements d'enseignement pour contenir l'expansion de la pandémie de coronavirus.

"Nous avons fermé les frontières de l'Argentine", a déclaré M. Fernandez lors d'une conférence de presse, précisant que la mesure visait seulement les entrées mais que les sorties du territoire restaient libres. Cette mesure et la suspension des cours seront en vigueur jusqu'au 31 mars.

Le Pérou déclare l'état d'urgence

Le Pérou a déclaré qu'un état d'urgence serait en place lors des 15 prochains jours dans le pays, afin de limiter la propagation du coronavirus Covid-19 responsable d'une pandémie. "La mesure, qui va durer au moins 15 jours calendrier, se traduit par une isolation sociale obligatoire de notre population", a communiqué le président péruvien Martin Vizcarra qui s'exprimait dimanche soir dans une allocution télévisée.

Le Guatemala se ferme aux Européens après un premier décès

Le Guatemala s'est fermé dimanche aux ressortissants européens après avoir enregistré un premier décès sur son sol, celui d'un Guatémaltèque de 85 ans de retour d'Espagne, a annoncé le ministre de la Santé Hugo Monroy.

"A partir de maintenant, l'entrée des étrangers européens sur le territoire national est interdite", a déclaré M. Monroy lors d'une conférence de presse. Les voyageurs en provenance de Chine, de Corée du Sud et d'Iran sont déjà interdits d'entrée.

ASIE: trois fois plus de cas importés de Chine qu'indigènes

La Chine a annoncé lundi 12 nouveaux cas importés de coronavirus contre seulement quatre cas indigènes, au moment où Pékin resserre ses mesures de quarantaine visant les voyageurs internationaux.

Le pays où a démarré l'épidémie fin 2019 compte désormais 123 cas de contamination en provenance de l'étranger, chiffre à mettre en rapport avec un bilan total de 80.860 infections, selon un communiqué du ministère de la Santé. Les quatre cas détectés en Chine même l'ont tous été à Wuhan (centre), berceau du virus placé de facto en quarantaine depuis fin janvier. C'est le troisième jour consécutif que les cas importés dépassent le nombre de contaminations internes. Le ministère a par ailleurs fait état de 14 décès au cours des dernières 24 heures, contre 10 annoncés dimanche.

Le virus a désormais tué 3.213 personnes en Chine, selon ces chiffres officiels. Les autorités de Pékin ont annoncé dimanche que les personnes arrivant depuis l'étranger dans la capitale chinoise seraient placées à compter de lundi dans des centres de quarantaine. Jusqu'à présent, les voyageurs en provenance de l'étranger devaient se placer d'eux-mêmes en quarantaine durant deux semaines, mais désormais seules les personnes faisant état de "circonstances particulières" ne seront pas envoyées dans ces structures. La forte baisse des cas d'infection en Chine ces dernières semaines contraste avec la flambée épidémique constatée ailleurs dans le monde, particulièrement en Europe.

OCEANIE: état d'urgence partiel en Australie

En Australie, l'Etat du Victoria et le territoire de la capitale Canberra ont décrété lundi un état d'urgence pour tenter d'endiguer la propagation du coronavirus Covid-19. L'Etat du Victoria (sud), le second le plus peuplé du pays ayant pour capitale fédérée Melbourne, et le territoire comprenant la capitale fédérale Canberra, ont annoncé l'entrée en vigueur de l'état d'urgence après le décès deux personnes âgées contaminées par le nouveau coronavirus Covid-19.

L'Australie recense plus de 300 cas d'infection au nouveau coronavirus, pour une population de 25 millions de personnes, ainsi que cinq décès à ce stade. La police va veiller à ce que la mesure soit respectée. Y contrevenir pourra être puni d'une amende jusqu'à 20.000 dollars australiens.

La Nouvelle-Zélande interdit les rassemblements de plus de 500 personnes

La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a annoncé interdire les rassemblements de plus de 500 personnes dans un effort de lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, responsable d'une pandémie. Elle a précisé que les personnes qui ne s'en tiennent pas aux mesures d'auto-isolation ne bénéficieraient d'aucune clémence. L'interdiction de rassemblement ne concerne par les écoles et universités dans le pays d'Océanie. La Nouvelle-Zélande avait déjà annulé l'hommage national aux victimes de l'attaque des mosquées de Christchurch, survenue il y a un an, en raison des craintes liées au Covid-19.

AFRIQUE: les rassemblements de plus de dix personnes interdits

La Guinée équatoriale a adopté dimanche des mesures drastiques pour endiguer la pandémie de coronavirus, avec notamment l'interdiction des rassemblements de plus de dix personnes ou l'arrêt de la circulation des bus. Tous les établissements scolaires, ainsi que les "salles de loisirs et de divertissement", sont également fermés pour "éviter la propagation de la pandémie qui menace actuellement le monde", a assuré le Premier ministre, Francisco Pascual Obama Asue, dans un communiqué.

Ces mesures, appliquées à partir de dimanche, sont valables 30 jours et renouvelables, précise le communiqué. Le petit pays d'Afrique centrale a détecté son premier cas avéré de coronavirus samedi, une femme équato-guinéenne de 42 ans qui rentrait d'un séjour en Espagne.