Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19.

AMERIQUE

USA

Le nouveau coronavirus a fait 922 décès supplémentaires en 24 heures aux Etats-Unis, selon le comptage à 20H30 vendredi (00H30 GMT samedi) de l'université Johns Hopkins, qui fait référence.

Cela porte à plus de 109.000 le nombre total de morts dans le pays, où plus de 1.894.000 cas ont par ailleurs été recensés, d'après les chiffres de l'université actualisés en continu. Quelque 491.000 personnes sont déclarées guéries. Les Etats-Unis sont, en valeur absolue, de loin le pays le plus touché par la pandémie, tant en nombre de décès que de cas diagnostiqués. Mais rapporté à la population, plusieurs pays européens -- dont la France, l'Italie ou l'Espagne -- comptent plus de morts par habitant que l'Amérique.

Donald Trump a affirmé vendredi que les Etats-Unis avaient "largement surmonté" la pandémie de Covid-19. Il a de nouveau appelé les gouverneurs des Etats à lever le confinement et autres restrictions toujours en vigueur. S'ils ont déploré jusqu'à plus de 3.000 morts en une journée mi-avril, les Etats-Unis enregistrent actuellement encore autour de 1.000 morts et 20.000 nouveaux cas chaque jour.

Selon une moyenne de neuf modèles épidémiologiques réalisée par des chercheurs de l'université du Massachusetts, le nombre de décès du Covid-19 devrait avoisiner les 127.000 morts dans le pays d'ici le 27 juin. Même si la pandémie ralentit dans le pays depuis le pic atteint à la mi-avril, les professionnels de santé s'inquiètent, avec les manifestations actuelles contre la brutalité policière et le racisme, d'une résurgence dans les semaines à venir.

ASIE

L'Inde devient le sixième pays le plus touché au monde par le coronavirus, devant l'Italie

L'Inde a connu sa plus grande vague d'infections quotidiennes par le coronavirus avec 9.887 contaminations en 24 heures, devenant du même coup le sixième pays le plus touché au monde, devant l'Italie qui a été l'épicentre de la pandémie en Europe. Le nombre total de cas s'élève à présent à 236.954, a indiqué samedi le ministère de la Santé. Ce dernier bilan fait également état de 295 morts supplémentaires, pour un total de 6.649 décès dans ce pays d'Asie du Sud densément peuplé.

L'Inde s'est ainsi hissée à la sixième place des États les plus touchés par la pandémie, devant l'Italie qui enregistrait au total 234.531 infections vendredi soir, d'après les chiffres collectés par l'Université américaine Johns Hopkins.

De nombreux cas ont été détectés dans les provinces rurales de l'Inde, après l'exode massif vers leurs villages natals de citadins devenus sans emploi à cause du confinement. Les autorités avaient autorisés ces déplacements début mai, créant des scènes de chaos alors que la foule se pressait aux postes de contrôle. Le gouvernement de Narenda Modi a annoncé fin mai un assouplissement important du confinement pour relancer l'économie.

Lundi, les accès aux édifices religieux, hôtels, restaurants et centres commerciaux seront autorisés après consultations avec les autorités d'État, en dépit de ce nouveau record quotidien de contaminations.

Avec près de 1,9 millions d'infections constatées, les États-Unis comptent actuellement le plus de cas, devant le Brésil (près de 615.000), la Russie (près de 450.000), le Royaume-Uni (près de 285.000) et l'Espagne (plus de 240.000).

Sri Lanka

Les touristes étrangers pourront se rendre au Sri Lanka à partir du 1er août mais à condition de se soumettre à des consignes strictes et à plusieurs tests de détection du nouveau coronavirus juste avant et pendant leur séjour, a annoncé samedi le ministère du Tourisme. Les touristes devront être munis à leur arrivée d'un certificat attestant qu'ils ne sont pas porteurs du coronavirus, le test devant être réalisé moins de 72 heures avant leur atterrissage. Même munis de ce document, ils devront subir un nouveau test à l'aéroport, puis encore un autre quatre à cinq jours plus tard, et un troisième si la durée de leur séjour dépasse 10 jours, a précisé le ministère.

"Bien que ce soit gênant, c'est essentiel pour que chacun soit préservé et pour assurer la tranquillité d'esprit", a souligné le ministère.

En outre, le tarif du visa passera de 40 à 100 dollars, les visiteurs ne pourront séjourner que dans les hôtels agréés par le ministère, et ne seront pas autorisés à utiliser les transports publics sur l'île. Seuls les séjours d'une durée minimale de cinq jours seront autorisés.

Le secteur du tourisme au Sri Lanka commençait tout juste à se remettre des attentats terroristes du 21 avril 2019 qui avaient 279 morts dont 45 étrangers, lorsque l'épidémie de Covid-19 a mis un coup d'arrêt aux voyages et entraîné la fermeture des hôtels, privant d'emploi des dizaines de milliers de personnes.

Onze morts et 1.800 cas de contamination ont été rapportés dans le pays depuis l'identification du premier cas le 27 janvier. Le nombre de touristes visitant le Sri Lanka avait atteint 1,91 million en 2019, en forte baisse par rapport aux 2,33 millions de touristes enregistrés l'année précédente.