Pour cette étude, une équipe de scientifiques internationaux issus notamment d'Australie, du Japon et de Thaïlande a analysé les données compilées entre décembre 2019 et avril 2020.

La recherche montre qu'environ 800 individus sont morts après avoir bu de l'alcool dans le but de désinfecter leur corps, tandis que 5.900 personnes ont dû être hospitalisées après avoir consommé du méthanol, 60 d'entre elles ayant ensuite perdu la vue.

Certaines fausses informations circulant sur les réseaux sociaux indiens invitaient notamment les internautes à consommer de l'urine ou de la bouse de vache pour se protégrer contre une infection au SARS-Cov-2. En Arabie saoudite, certaines publications prétendaient qu'un mélange d'urine de chameau et de chaux protégait contre le nouveau coronavirus.

L'étude, qui a passé au crible les données de 87 pays dans 25 langues, a également mis en lumière que certaines personnes d'origine asiatique et certains travailleurs de la santé ont été stigmatisés à plusieurs reprises et confrontés à des violences verbales et physiques.

Les scientifiques ont dès lors lancé un appel aux gouvernements et aux organisations internationales afin de mieux contrôler la désinformation en ligne. Ils les ont entre autres exhortés à "coopérer avec les entreprises de médias sociaux afin de diffuser des informations correctes".