Emmanuel André remet en question la stratégie actuelle de Sciensano. L'institut de santé publique a revu dernièrement sa manière de proposer les chiffres du coronavirus en Belgique. Sont présentées ainsi quotidiennement des moyennes hebdomadaires du nombre de contaminations en Belgique.

"Les chiffres lissés dans le temps et l'espace par Sciensano ne sont pas suffisamment précis pour suivre l'évolution rapide de l'épidémie dans plusieurs zones du pays. Il est plus que temps de changer de mode de surveillance pour éviter un phénomène de caisses de résonance", déclare l'ancien porte-parole interfédéral sur Twitter.

Le virologue et collègue d'Emmanuel André à la KULeuven, Marc Van Ranst, avait déjà émis sur le réseau social sa réserve sur la nouvelle manière de communiquer de l'institut de santé publique. "Notre pays ne peut pas se permettre de passer déjà en 'mode vacances d'été' et de ne pas publier de nouveaux chiffres sur le corona le dimanche et le lundi. Gérer, c'est mesurer ! Désolé, mais il faut que cela s'améliore !", avait écrit celui qui est également membre du groupe d'experts chargé du déconfinement. 

Ce n'est pas la première fois qu'Emmanuel André pose un avis tranché sur les réseaux sociaux. Fin juin, il avait déjà fait part de son opinion concernant le port du masque, estimant qu'il fallait le généraliser.