Les experts ont semblé exclure l'hypothèse selon laquelle le virus ait pu s'échapper de l'institut de virologie de la ville, comme l'administration Trump l'affirmait, lors de leur conférence de presse lundi à Wuhan à la fin de leur mission. Ils ont évoqué une hypothèse "hautement improbable".

"D'aucuns se sont interrogés pour savoir si certaines hypothèses (sur l'origine de la pandémie, NDLR) avaient été abandonnées et après avoir discuté avec les membres de l'équipe, je souhaite confirmer que toutes les hypothèses restent sur la table", a dit le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors de la conférence de presse bi-hebdomadaire sur la pandémie.

"Cela a été un exercice scientifique très important dans des circonstances très difficiles", a souligné le Dr Tedros.

Il a indiqué "espérer" qu'un rapport préliminaire sur la mission puisse être publié la semaine prochaine et le rapport final "dans les semaines à venir".

Les premières conclusions présentées lors d'une conférence de presse des experts en Chine ont été accueillies pour le moins avec prudence voire scepticisme notamment aux Etats-Unis.

"Plutôt que de sauter sur des conclusions qui peuvent être motivées par tout sauf par la science, nous voulons voir où les données nous conduisent, où la science nous conduit, et nos conclusions seront fondées là-dessus", a déclaré mardi le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price, qui a toutefois ajouté: "Nous soutenons totalement cette enquête".

Présent à la conférence de presse à Genève, Peter Embarek, qui dirigeait l'équipe de scientifiques venus de différents pays et différentes disciplines, a estimé que l'enquête "avait rencontré de nombreux succès".

"Nous avons une meilleure compréhension de ce qui est arrivé en décembre 2019", à Wuhan, a-t-il dit, tout en soulignant que ce "n'est qu'un début".