"Nous avons décidé de suspendre volontairement notre déploiement jusqu'à ce que la relation de cause à effet entre le développement de caillots et le vaccin de Johnson & Johnson soit suffisamment analysée", a annoncé le ministre dans un point de presse en ligne.

Les autorités sanitaires américaines avaient annoncé plus tôt dans la journée "une pause" dans l'utilisation de ce vaccin en raison de l'apparition rare de graves caillots sanguins.

Zweli Mkhize a indiqué qu'aucun cas de caillot sanguin n'a été répertorié parmi les 290.000 travailleurs de santé vaccinés en Afrique du Sud, mais que la décision américaine devait "être prise au sérieux".

"Nous espérons que cette pause ne durera que quelques jours", a-t-il ajouté "et que cela n'aboutira pas à un retrait complet de ce vaccin".

La seconde phase du plan de vaccinations, à destination des travailleurs essentiels et des plus de 60 ans, doit commencer le 17 mai.

Pour l'instant l'Afrique du Sud a commandé 31 millions de doses du vaccin J&J et 30 millions du Pfizer. 1,3 million supplémentaire devrait être fourni par le programme international Covax.