L'Agence fédérale des médicaments (AFMPS) interdit pendant six mois l'utilisation des tests rapides de diagnostic du coronavirus, annonce-t-elle vendredi sur son site internet. "Les tests rapides pour détecter le covid-19 ne deviennent positifs que plusieurs jours après la contamination. Ces tests donnent un faux résultat négatif s'ils sont faits peu de temps après que le patient ait eu un contact à risque ou juste après l'apparition des symptômes. Le patient peut donc continuer à transmettre le covid-19 à d'autres personnes de son entourage en pensant qu'il n'est pas malade", explique l'Agence sur son site internet.

Cette interdiction devrait être levée dans six mois car "ces tests peuvent avoir leur utilité pour faire des analyses épidémiologiques et collecter des données scientifiques et médicales", notamment observer si un patient a été contaminé par le Covid-19 ou non, précise une porte-parole de l'AFMPS.