La Californie est devenue mercredi l'Etat américain le plus touché par la pandémie de coronavirus, surpassant désormais New York en nombre de cas confirmés. Avec un nombre record de 12.807 contaminations mercredi, le total en Californie atteint désormais 413.576 cas, a précisé le gouverneur Gavin Newsom lors d'une conférence de presse.

New York, épicentre américain du virus au début de la pandémie, a vu son nombre de nouveaux cas quotidiens chuter à 700, pour un total de 408.886. Il conserve cependant le record de contaminations par habitant et celui du nombre de décès, qui dépasse les 25.000, soit plus de trois fois plus que la Californie.

L'Allemagne exige des tests de dépistage pour les voyageurs en provenance de pays à risque

Les voyageurs atterrissant dans un aéroport allemand en provenance d'un pays à haut risque devront se faire dépister pour le Covid-19, ont décidé mercredi les ministres de la santé des États fédéraux en Allemagne.

Toute personne arrivant en Allemagne en provenance d'un pays à risque devait passer deux semaines en quarantaine. Mais cette mesure était difficile à contrôler, raison pour laquelle le pays a opéré ce changement.

La plupart des pays en dehors de l'Union européenne (UE) sont considérés comme étant à risque par l'Allemagne. Ce n'est pas le cas pour la plupart des pays de l'UE, y compris la Belgique.

Confinement au Cachemire indien, annulation du pélerinage hindou de l'Amarnath

Les autorités du Cachemire indien ont imposé mercredi un confinement strict pendant une semaine pour faire face à la résurgence du coronavirus dans la région, après avoir annulé l'important pèlerinage hindou annuel de l'Amarnath, une première en plus d'un siècle. L'Inde, qui a enregistré près d'1,2 million de cas de Covid-19, devenant le troisième pays avec le plus d'infections, avait largement levé les mesures de confinement pour relancer son économie.

Mais ces dernières semaines, de nombreux Etats du pays qui compte 1,3 milliard d'habitants ont réimposé des restrictions face à l'explosion des cas de la maladie, faisant craindre l'engorgement des systèmes de santé.

"Confinement intégral dans tous les districts rouges... à partir de ce soir", ont écrit sur Twitter les autorités du Cachemire indien, précisant que la quasi totalité de la vallée de l'Himalaya, à majorité musulmane, sera confinée jusqu'au 29 juillet.

Cette annonce est survenue au lendemain de l'annulation de l'Amarnath Yatra --un pèlerinage hindou dans une grotte de la région qui attire chaque année quelque 300.000 participants--, une première en plus d'un siècle.

Environ 40.000 membres des forces de l'ordre et professionnels de santé sont généralement déployés pendant l'Amarnath, qui dure environ deux mois.

Cette année, les autorités locales ont déclaré qu'elles n'étaient pas en capacité d'affecter autant de ressources à l'événement en pleine crise sanitaire.

Jusqu'à présent, le Cachemire a rapporté 16.000 cas de coronavirus dont 273 morts pour une population de 14 millions d'habitants, ont indiqué mercredi des responsables locaux.

Cette annonce du confinement survient également juste avant la fête musulmane du sacrifice Aïd al-Adha et avant le premier anniversaire, le 5 août, de la suppression controversée de l'autonomie du Cachemire par le gouvernement nationaliste hindou de New Delhi.

L'Inde et le Pakistan se disputent le Cachemire, divisé de fait entre eux, depuis la partition de l'empire colonial britannique des Indes en 1947. Ces deux pays se sont affrontés dans deux guerres et dans d'innombrables accrochages à son sujet.