Les personnes ayant contracté le coronavirus et qui sont désormais rétablies ne sont pas à l’abri d’une nouvelle contamination. En effet, tout le monde ne développe pas des anticorps et on ne sait d’ailleurs toujours pas si ces anticorps ne disparaissent pas au bout de quelque temps.

Mais une nouvelle étude américaine, rapportée par The New York Times, vient cependant apporter un peu d’espoir et de compréhension dans la lutte contre la maladie. Nos cellules stockent des informations sur le Covid-19, ce qui signifie que le corps est mieux équipé pour lutter contre le virus en cas de deuxième infection.

Les chercheurs ont donc bon espoir que nous pourrons effectivement construire une immunité à long terme contre le virus. Les anticorps et les cellules immunitaires, les soi-disant cellules B et T qui reconnaissent le virus dans l’organisme, semblent être encore actifs des mois après l’infection et capables de se défendre contre le Covid-19 si nécessaire. Que vous soyez gravement malade avec la première infection ou que vous ayez seulement des symptômes bénins n’a pas d’importance.

Et ce ne sont pas seulement les anticorps qui vont alors nous protéger. “Le système immunitaire est un tout complexe. Les anticorps ne sont qu’une partie de cela. Il est fort possible que le virus dans notre corps soit sans danger pour les anticorps, mais pas pour les cellules T, par exemple, qui à leur tour stimulent les cellules B”, indique Marion Pepper, immunologue auprès de l’université de Washington.

La plupart des cellules B meurent à nouveau après quelques semaines. “Mais certaines cellules B subsistent encore. Si le corps est à nouveau attaqué par le virus, il continuera à produire des anticorps et à riposter. Idem avec les cellules T. Elles aussi pouvaient encore être trouvées dans le sang d’anciens patients des mois après la guérison du coronavirus.”